29 novembre 2012

Un jardin chinois

Dans un des chapitres des Spectacles curieux d’aujourd’hui et d’autrefois, le conteur Langxian décrit un jardin exceptionnel tout en racontant une histoire surprenante. Soulignons les parties de ce jardin et recensons ses fleurs.

Le jardin

Le jardin est entouré d’une clôture de bambou à claire-voie. Un portail en treillis lui donne accès. Une allée centrale de bambou conduit à une chaumière dont les fenêtres offrent des vues sur les fleurs. Une digue de terre borde un lac adjacent au domaine.

Les fleurs

Abricotier, alpinie, amarante, azalée
Balsamine, bambou
Camélia, châtaigne d’eau, chrysanthème, cytise
Daphné
Églantier, érable
Fougère aquatique
Grenadier
Hémérocalle, hibiscus, hortensia
Lis, liseron, lotus, lychnis
Kerrie, ketmie
Narcisse
Orchidée, osmanthe
Pavot, pêcher, pivoine, poirier, poivrier, pommier, prunier
Renouée, roncier, rose, rose trémière, rosier grimpant
Saule, sophora, souci
Théier, thuya

La description du jardin est des plus pittoresques et la présentation des fleurs est captivante. Par ailleurs, le récit les met bien en valeur.

Référence

Spectacles curieux d'aujourd'hui et d'autrefois (Jingu qiguan). – Texte traduit, présenté et annoté par Rainier Lanselle. – Paris : Gallimard, 1996. – lxii, 2105 p. – (Bibliothèque de la Pléiade). – ISBN 2-07-011332-9. – BAnQ : 895.134608 S7418 1996. – [Le vieil arroseur de jardin, sur le tard, rencontre l’immortelle, p. 288-292].

Lectures complémentaires

Administration nationale du tourisme de la République populaire de Chine. – Jardins classiques chinois. – Beijing : Beijing Xinglu, (2012). – 80p. – [Jardins impériaux, Jardins privés, Autres jardins célèbres, Annexe]. – [Nombreuses photos contemporaines].

Pimpaneau, Jacques. – Dans un jardin de Chine. – Arles : Philippe Picquier, 2000. – 117p. – ISBN 2-87730-486-8. – Cote BAnQ : 712.0951 P644d 2000.

Valder, Peter. – The Garden Plants of China. – Portland : Timber Press, 1999. – 400 p. – ISBN 0-88192-470-9. – Cote BAnQ : 635.90951 V144g 2002.

Article connexe

Introduction aux Spectacles curieux

24 novembre 2012

Création en temps de crise sociale

Aujourd'hui pour moi, demain pour toi.

Le Centre de design de l’Université du Québec à Montréal (UQÀM) présente une exposition exceptionnelle sur l’École de la Montagne rouge.

L’exposition est constituée de deux grandes parties. Une sélection d’œuvres produites au cours du Printemps québécois est affichée dans la première partie. Une sélection d’œuvres en cours de conceptualisation et de réalisation est présentée dans la seconde partie. La première section est semblable à un musée, la seconde à un atelier de travail.

L’article du 21 novembre 2012 de Frédérique Doyon, cité ci-dessous, décrit bien le contenu de cette exposition. Des productions de l’École de la Montagne rouge sont reproduites dans cet article et les suivants.

Le passage liant les deux parties est doublement accrocheur : la projection d’un film sur un vaste écran mettant en vedette les artisans de l’École de la Montagne rouge, ainsi que leurs productions, au cours de manifestations; les salopettes rouges, maculées de peinture, suspendues à des crochets.

En visionnant le film, j’ai surtout été captivé par les cubes articulés Bloquons la hausse. L’intitulé de l’œuvre rappelle le but visé par la grève étudiante illimitée, tandis que l’équipe des porteurs des mobiles souligne la solidarité des manifestants dans leur combat méritoire.

Un vaste panneau, visible de l’intérieur de l’édifice, est situé hors les murs. De nombreuses affiches y sont apposées. Cette installation ajoute au réalisme de l’exposition.

Cette exposition est extrêmement émouvante, car elle rappelle l’effervescence du Printemps québécois. Elle est un témoignage exemplaire sur une contestation populaire d’une ampleur et d’une durée sans précédent dans notre histoire.

Un numéro spécial du périodique Urbania portant sur la grève est offert aux visiteurs. Il a été réalisé par l’École de la Montagne rouge :

Ce que vous tenez dans vos mains, c’est le parcours incroyable de quatre mois intenses de marches et de cris; c’est la porte que nous avons ouverte pour notre génération et celles qui suivront. À nous d’y entrer et de construire ce qui se trouve de l’autre côté.

L’École de la Montagne rouge projette l’édition d’un livre au cours de l’année 2013. À suivre…

Coordonnées

Création en temps de crise sociale
Production graphique de l’École de la Montagne rouge
Commissaire : Frédéric Metz
22 novembre au 9 décembre 2012
Ouvert du mercredi au dimanche, de midi à 18 heures
Entrée libre

Centre de design (UQÀM)
1440, rue Sanguinet (angle Sainte-Catherine Est)
Montréal
Métro Berri-UQÀM

Téléphone : 514 987-3395

Exemple

Au cours de mes randonnées pédestres dans divers quartiers de la métropole, j’ai constaté que plusieurs affiches rouges sont encore visibles ici et là. C’est dire la vie prolongée d’œuvres par nature éphémères. Le mouvement étudiant est d’ailleurs toujours vivant comme l’atteste la grève de plus de 60 000 étudiants le 22 novembre 2012, le jour même de l’ouverture de l’exposition Création en temps de crise sociale.


Manifestation nationale du 22 mars
Affiche apposée sur un poteau – Quartier Rosemont
Photo prise le 29 octobre 2012

Références

Centre de design (UQÀM)
Communiqué de presse (Maude N. Béland) (UQÀM)
École de la Montagne rouge (Site officiel)
Urbania (Grève, Spécial Rouge, Été 2012) (Toxa)

Une expo signée École de la montagne rouge (Claude Gauvreau, L’UQAM, 26 novembre 2012 - Version au format pdf, page 17)
Échos graphiques de l’École de la Montagne rouge (Frédérique Doyon, Le Devoir, 21 novembre 2012)
Boucler la boucle du carré rouge (Frédérique Doyon, Le Devoir, 14 septembre 2012)
New York accueille l’École de la Montagne rouge (Frédérique Doyon, Le Devoir, 9 août 2012)
Une grève signée École de la Montagne rouge (Nathalie Petrowski, La Presse, 5 mai 2012)
L'imagination au pouvoir (Lisa-Marie Gervais, Le Devoir, 22 mars 2012)

Les quotidiens Le Devoir et La Presse, ainsi que le périodique Urbania, peuvent être consultés à la Grande Bibliothèque et dans les Bibliothèques de Montréal.

20 novembre 2012

La désobéissance civile

Au cours du Printemps québécois, des centaines de milliers de Québécoises et de Québécois, de toutes les générations, ont participé à des manifestations de désobéissance civile.

Les motivations des désobéissantes et désobéissants furent principalement la lutte contre la hausse des frais de scolarité à l’université et l’opposition à la loi spéciale.

Ce mouvement populaire de contestation, par son ampleur et sa durée, fut historique. Il a donné lieu à une foule d’opinions contrastées et il continuera sûrement de faire l’objet d’études exhaustives au cours des prochaines années et décennies.

Dans ce contexte, deux ressources documentaires intéressantes méritent d’être signalées :

1° - un dossier de la revue québécoise Relations :

« Le pouvoir de la désobéissance civile », (septembre 2010, n° 743). – Version électronique (version papier disponible à la Grande Bibliothèque, niveau 2).

Les articles ont été composés par Catherine Caron, Philippe Duhamel, Xavier Renou, Jean-Claude Ravet (entrevue avec Jean-Marie Muller), Normand Beaudet, Robert Jasmin, André Myre, Gregory Baum et Louise Dionne.

Extrait :

La désobéissance civile, en tant que désobéissance à la loi, n’est pas synonyme d’irrespect de la loi. Elle ne nie en rien la légitimité du système juridique et ne fait pas la promotion du désordre. Au contraire. C’est le profond respect que l’on porte à la fonction de la loi dans une société démocratique qui est le fondement des actions de désobéissance civile. Car ceux qui désobéissent à la loi qu’ils estiment injuste en revendiquent une autre qui la remplace, montrant bien par là qu’ils ne contestent pas le principe de la loi. (Jean-Marie Muller)

2° - un nouveau livre français :

Hayes, Graeme; Ollitrault, Sylvie. – La désobéissance civile. – Paris : SciencesPo, 2012. – 169p. – (Contester). – ISBN 978-2-7246-1245-5. – BAnQ : 322.4 H4176d 2012. – Bibliothèques de Montréal : nouveauté.

Les auteurs abordent le sujet en quatre chapitres : une historique de la désobéissance civile, des origines au 20e siècle; les nouvelles causes de désobéissance depuis les années 1990; les différentes facettes de la désobéissance civile; les relations entre la désobéissance et la violence. Une bibliographie sélective complète l’ouvrage.

Extrait :

La désobéissance civile contemporaine s’inscrit dans une tradition héroïque et valorisante qui légitime ce type d’action. […] La figure du désobéissant devient celle du citoyen démocratique par excellence. (Conclusion, p. 154)

Sur la Toile

Trois sites français référencés dans la bibliographie de Hayes et Ollitrault :

La désobéissance civile (Colloque de Lyon 2006)
L'Actualité des luttes désobéissantes
Faucheurs d’OGM

Ajout (27 10 2014)

La désobéissance civile, une forme nouvelle de l’activité politique? (Christian Ruby et Nonfiction, Slate,15 octobre 2014)

16 novembre 2012

Le Vaisseau fantôme

L’Opéra de Montréal a présenté cet opéra de Richard Wagner les 10, 13, 15 et 17 novembre 2012, à la Salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts.

La Grande Bibliothèque offre un grand nombre de ressources documentaires sur cet opéra de Richard Wagner (1813-1883) : disques, livres, partitions, bases de données, etc.

Parmi ces documents, l’étude de Gustave Kobbé dédiée à cet opéra est particulièrement intéressante :

- source
- création (1843) et représentations ultérieures
- personnages
- lieu de l’action et durée de l’opéra
- comparaison avec l’opéra Rienzi
- singularités du Vaisseau fantôme
- livret
- argument
- motifs
- Actes 1, 2 et 3
- représentation de 1901 en un seul acte

Le musicologue qualifie ainsi Le Vaisseau fantôme : « C’est une œuvre d’une sombre et sauvage beauté, avec quelques touches de lumière et de grâce. »

Référence

Kobbé, Gustave. – Tout l’opéra. – Paris : Robert Laffont, 1999. – 1065p. – ISBN 2-221-08880-8. – BAnQ (Bibliothèque centrale de Montréal) : 782.10269 K75tp 1999. – [Le Vaisseau fantôme, p. 948-952].

Critiques

Une femme dirige Wagner (Réjean Beaucage, Voir, 08 11 2012)
Wagner pour tous (Christophe Huss, Le Devoir, 10 11 2012)
Keri-Lynn Wilson et Le vaisseau fantôme: débuts avec Wagner (Caroline Rodgers, La Presse, 10 11 2012)
Le Vaisseau Fantôme : l'Opéra de Montréal célèbre le bicentenaire de Richard Wagner (Samuel Larochelle, Le Huffington Post, 10 11 2012)
Opéra de Montréal: un Wagner de metteur en scène (Claude Gingras, La Presse, 11 11 2012)
Senta, la magnifique (Christophe Huss, Le Devoir, 12 11 2012)

Le Devoir, La Presse et Voir peuvent être consultés à la Grande Bibliothèque, tout comme dans les Bibliothèques de Montréal.

12 novembre 2012

La condition humaine

Un classique (1933) d’André Malraux (1901-1976).

Une histoire romanesque se déroulant pendant la guerre civile chinoise, plus précisément en mars et avril 1927.

L’action se déroule principalement à Shanghai, lors de la grève ouvrière et de l’écrasement des militants communistes par le Kuomintang.

Les péripéties sont décrites avec minutie.

Les personnages sont nombreux, leurs portraits détaillés.

Les introspections des protagonistes sont élaborées. Elles portent notamment sur la mort et l’amour.

Dans la collection Folioplus classiques, aux Éditions Gallimard, Sophie Doucet présente un dossier en six volets sur le chef-d’œuvre de Malraux :

Mouvement littéraire
Genre et registre
L’écrivain à sa table de travail
Groupement de textes
Chronologie
Fiche

Club de lecture

Ce livre est au programme du Club de lecture (section histoire) des Amis de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (ABAnQ).

Référence

Malraux, André. – La condition humaine. Dossier et notes réalisés par Sophie Doucet. Lecture d’images par Agnès Verlet. – Paris : Gallimard 2008 © 1946. – 415 p. (Folioplus classiques). – ISBN 978-2-07-034610-3. – Bibliothèques de Montréal (Mercier) : MAL.

Sur la Toile

Amitiés internationales André Malraux
Site littéraire André Malraux

08 novembre 2012

L’Inaveu | Richard Ste-Marie

Je vais à la Grande Bibliothèque consulter de vieux journaux.

Couverture attrayante.

La table des matières précède le polar.

Cinq parties. Prologue, Aujourd’hui, Le Ledger, CS, Épilogue. Pas de dédicace, mais deux épigraphes. Une de Jacques Lacan et l’autre d’Iris Murdoch. Toutes deux portant sur le bien et le mal.

Le prologue. Une page et demie. Une fillette rue Laval.

Le premier chapitre commence d’une façon banale. Une introspection sur la vie policière. Quelques détails sur la carrière du sergent-détective Francis Pagliaro, de la Sûreté du Québec. Une dernière conversation avec l’enquêteur Martin Lortie, avant de quitter pour les vacances estivales.

Puis surgit un inconnu devant la porte du bureau du sergent-détective, Régis Duchesne. Le survenant lui remet deux objets intrigants. Le lecteur découvre ainsi un troisième événement, aucun d’entre eux n’étant relié.

Retour sur la couverture. Les éléments du prologue et du chapitre initial s’y trouvent. Une voiture roulant dans une rue bordée par des arbres dénudés. Une lampe banquier à abat-jour jaune. Un carnet usé et un album à frange rouge.

Le récit n’a que quelques pages et déjà sa lecture devient passionnante… Vite, de plus en plus irrésistible...

Épilogue, comme un écho aux épigraphes.

Le style est dynamique. La construction de l’ouvrage singulière. Quel plaisir de lire cette écriture!

Référence

Ste-Marie, Richard. – L’Inaveu. – Québec : Alire, 2012. – 243p. – (Polar). – ISBN 978-2-8961-5079-3. – Bibliothèques de Montréal (L'Octogone) : C843 S157.35i. – Cote BAnQ : Ste-Marie S157i. – [Citation, p. 169].

Critique

Boivin, Aurélien. - « Richard Ste-Marie | L’inaveu ». – Québec français. – N° 166 (Été 2012). – ISSN 0316-2052. – P. 17-18. – [Cette revue peut être consultée au niveau 2 de la Grande Bibliothèque].

Sur la Toile

Richard Ste-Marie (Site de l’auteur)

04 novembre 2012

Appel à la solidarité


Aidez Gabriel Nadeau-Dubois à financer son appel :



L'ex-gouvernement libéral a volontairement fait durer ce conflit-là pour engranger des points électoraux et c'est à cause de cette stratégie politique que le conflit s'est autant transporté devant les tribunaux.

C'est un jugement avec lequel je ne suis pas d'accord. C'est un jugement, en tout respect pour la Cour, que je trouve erroné sur plusieurs plans.

Je crois, en tout respect évidemment pour le juge et le tribunal, que le juge se trompe lorsqu’il dit que j’ai prôné, et je le cite, l’anarchie. Je n’ai pas prôné l’anarchie, je n’ai pas prôné le désordre, j’ai prôné et je prône encore l’accessibilité à l’éducation et la justice.

J'ai dit des mots, je vais en assumer les conséquences, et moi je suis convaincu que ces paroles-là non seulement représentaient l'opinion de milliers de personnes, mais je suis surtout convaincu que ça ne constituait pas un outrage au tribunal et, en tout respect pour la Cour, en tout respect pour le juge, je pense que son argumentation est erronée à quelques endroits et c'est pour ça qu'on essaie d'aller en appel.

Les mots que j'ai prononcés en mai ne sont pas seulement les miens, mais ceux de dizaines de milliers de personnes.

À mes yeux, il s'agit de beaucoup plus que d'une sentence potentielle. Il s'agit d'éviter qu'un précédent soit créé. Un précédent dangereux qui ferait en sorte que dorénavant les porte-parole du mouvement étudiant, du mouvement syndical ou de l'ensemble des citoyens aient peur de parler par crainte de se retrouver en prison.

Je ne peux pas accepter qu'à cause de mon jugement, des gens, dans le futur, au Québec, aient peur de défendre leurs convictions politiques, même si elles sont défendues par des dizaines de milliers de personnes.

Je n’appelle pas seulement à la solidarité de gens qui étaient d’accord avec moi, mais aussi à celle des gens qui n’étaient pas d’accord, mais qui pensent que j’avais le droit de le dire.

Sources

Gabriel Nadeau-Dubois interjette appel (Laurent Dionne, Canoë, 2 novembre 2012)
Gabriel Nadeau-Dubois lance un appel à tous (Lisa-Marie Gervais et La Presse canadienne, Le Devoir, 3 novembre 2012)
Outrage au tribunal: Gabriel Nadeau-Dubois interjettera appel (Valérie Simard, La Presse, 2 novembre 2012)
Gabriel Nadeau-Dubois porte sa cause en appel (Radio-Canada, 3 novembre 2012)

Les quotidiens Le Devoir et La Presse peuvent être consultés dans les Bibliothèques de Montréal et à la Grande Bibliothèque.

Article connexe

Gabriel Nadeau-Dubois (2009-2012) (Recueil de textes et de vidéos de Gabriel Nadeau-Dubois)