27 décembre 2014

Gabriel Nadeau-Dubois (2014)

Tout en poursuivant ses études supérieures de maîtrise en sociologie à l’Université du Québec à Montréal (UQÀM), l’étudiant Gabriel Nadeau-Dubois continue d’intervenir dans l’espace public:

- débats à l’émission C’est pas trop tôt!
- chroniques publiées dans Ricochet
- publication du livre collectif Libres d’apprendre
- participation à des salons du livre
- conférences et panels thématiques
- lettres et entrevues dans les grands médias
- levée de fonds Doublons la mise!
- autres participations citoyennes.

Voici une sélection de documents relatifs aux interventions du jeune progressiste et écrivain émérite au cours de l’année 2014.

Manifeste contre un État pétrolier québécois (Collectif de personnalités, dont Gabriel Nadeau-Dubois, 8 janvier 2014)

Des scientifiques, des écologistes et des politiciens demandent une étude d’impact (Alexandre Shields, Le Devoir, 20 janvier 2014)

GND en conférence à l’Université Laval (Jean Louis Bordeleau, Impact campus, 18 février 2014)

Gabriel Nadeau-Dubois s'explique mal l'engagement péquiste des ex-leaders étudiants (Annie Mathieu, Le Soleil, 27 février 2014)

La couverture médiatique revue et analysée (Antony Da Silva-Casimiro, La Revue, 1er mars 2014)

«Tenir Tête» revisits the Maple Spring (Nora Loreto, Rabble.ca, 6 mars 2014)

Le piège du pétrole québécois (Gabriel Nadeau-Dubois, La Presse, 26 mars 2014)

D’une génération à l’autre (Jean-François Nadeau, Le Devoir, 12 avril 2014)

Nous sommes inquiets (Collectif de jeunes,dont Gabriel Nadeau-Dubois, Huffington Post Québec, 5 mai 2014)

Une critique teintée de rouge (Giguère, La Nouvelle Union, 15 mai 2014)

Libération et laïcité (Dans le débat sur la laïcité, Gabriel Nadeau-Dubois apporte un souffle neuf) (Michel Lapierre, Le Devoir, 24 mai 2014)

Lettre d'un étudiant aux policiers qui manifestent (Gabriel Nadeau-Dubois, candidat à la maîtrise en sociologie à l'UQAM, La Presse, 20 juin 2014)

L'ombre des charognards plane sur Buenos Aires (Gabriel Nadeau-Dubois, chroniqueur, avec la collaboration d'Aurélie Lanctôt, Ricochet, 1er août 2014)

Gabriel Nadeau-Dubois | Libres d’apprendre (1er septembre 2014)

Le manifeste pour une éducation gratuite de Gabriel Nadeau-Dubois (Jeff Yates, Métro, 2 septembre 2014)

Le projet oublié (Extrait de Libres d’apprendre) (Gabriel Nadeau-Dubois, La Presse, 2 septembre 2014)

Plaidoyer pour un système d’éducation plus juste (Gabriel Nadeau-Dubois et dix-sept intellectuels appellent à un débat majeur) (Jean-François Nadeau, Le Devoir, 3 septembre 2014)

Gabriel Nadeau-Dubois et la littérature (Entrevue avec Marie-Louise Arsenault, Plus on est de fous, plus on lit!, Radio-Canada, 5 septembre 2014)

Tenir tête (Michèle Ouimet, La Presse, 6 septembre 2014)

Réfléchir aux défis d'une génération (Marie-Claude Lortie, La Presse, 7 septembre 2014)

Plaidoyers pour la gratuité scolaire (10 septembre 2014)

Vient de paraître > Gabriel Nadeau-Dubois : Libres d’apprendre (Manouane, Le lecteur, 17 septembre 2014)

Austérité (Les poules mouillées libérales) (Gabriel Nadeau-Dubois, Ricochet, 6 octobre 2014)

Analyse du livre « Tenir tête » de Gabriel Nadeau-Dubois (9 octobre 2014)

Cacouna : un détail libéral dont personne ne parle (Gabriel Nadeau-Dubois, Ricochet, 13 octobre 2014)

PKP et la philanthropie politique (Gabriel Nadeau-Dubois, Ricochet, 20 octobre 2014)

L'austérité, et après? [1/4] (Gabriel Nadeau-Dubois, Ricochet, 3 novembre 2014)

Pourquoi Gabriel Nadeau-Dubois marchera le 29 novembre (Vidéo en HD de Gabriel Nadeau-Dubois sur l’austérité, YouTube, 4 novembre 2014)

La crise rend malade, l'austérité tue [2/4] (Gabriel Nadeau-Dubois, Ricochet, 10 novembre 2014)

Vous rappelez-vous du sous-financement universitaire? [3/4] (Gabriel Nadeau-Dubois, Ricochet, 18 novembre 2014)

18 novembre 2014 - Gabriel Nadeau-Dubois, récipiendaire du Prix littéraire du Gouverneur général 2014 pour son essai Tenir tête (Montréal, Lux, 2013)

Gabriel Nadeau-Dubois «redonnera» son prix (Anne Laguë - La Presse canadienne, Le Devoir, 19 novembre 2014)

Gabriel Nadeau-Dubois remet sa bourse (Chantal Guy, La Presse, 19 novembre 2014)

Prix littéraire du Gouverneur général (Gabriel Nadeau-Dubois s’attaque au pétrole) (Philippe Orfali, Gabriel Nadeau-Dubois, Le Devoir, 24 novembre 2014)

«Je donne ce prix à ceux qui défendent le pays réel» (Gabriel Nadeau-Dubois - Lauréat du Prix littéraire du Gouverneur général 2014 et candidat à la maîtrise en sociologie à l’UQAM, Le Devoir, 24 novembre 2014)

Canadian Author Donates Prize Money To Fight Tar Sands Pipeline, Inspires Outpouring Of Cash (Ari Phillips, Climate Progress, 25 novembre 2014)

Courte déclaration suite au succès époustouflant de Doublons la mise (Gabriel Nadeau-Dubois, Facebook, 25 novembre 2014)

Nadeau-Dubois reçoit son Prix du gouverneur général avec émotion (Société Radio-Canada, 27 novembre 2014)

La campagne de financement anti-oléoducs touche à sa fin (Mélanie Marquis - La Presse canadienne, La Presse, 27 novembre 2014)

Gabriel Nadeau-Dubois reçoit son prix de 25 000 $ (Agence QMI, Journal de Montréal, 27 novembre 2014)

Doublons la mise (fin annoncée) (Gabriel Nadeau-Dubois, Facebook, 29 novembre 2014)

Campagne Doublons la mise (Doublons la mise ramasse près de 400 000$) (Baptiste Zapirain, Le Journal de Montréal, 30 novembre 2014)

Merci! (Gabriel Nadeau-Dubois, Doublons la mise, 30 novembre 2014)

Et maintenant? [4/4] (Gabriel Nadeau-Dubois, Ricochet, 1er décembre 2014)

Avec GND, au hockey (Patrick Lagacé, La Presse, 15 décembre 2015)

Gabriel Nadeau-Dubois, personnalité québécoise de 2014 (Hassan Serraji, Métro, 24 décembre 2014)

Articles connexes

A - Livres et références

Tenir tête (Publication et critiques / Analyse du livre)
Libres d’apprendre
Références

B - Chroniques radiophoniques

Saison 1 (2013-2014)
Saison 2 (2014-2015)
Saison 3 (2015-2016)

C - Rétrospectives

Gabriel Nadeau-Dubois (2009-2012)
Gabriel Nadeau-Dubois (2013)
Gabriel Nadeau-Dubois (2014)
Gabriel Nadeau-Dubois (2015)
Gabriel Nadeau-Dubois (2016)

12 décembre 2014

MACM / Dans l’air du temps

En lien avec la Biennale de Montréal en cours, le Musée d’art contemporain a organisé une série d’activités imprégnant les dernières tendances en art contemporain. Dans le cadre des Mardis créatifs, ces ateliers se sont déroulés en deux temps: une visite guidée d’une œuvre de l’exposition internationale, puis une production artistique libre animée par des responsables du MACM.

Une sélection de travaux pratiques réalisés au cours de ces ateliers de création sont exposés dans la galerie Les visiteurs à l'œuvre (MACM) jusqu’au 15 janvier 2015:

Exemples (techniques mixtes)


Dans l’espace (Claude Trudel) - Cosmonaute, station spatiale et fusée
Modèle: 11 Recent Works On Paper (Basim Magdy)



Le crédo des assassins (Claude Trudel) - Évocation de trois épisodes du jeu vidéo Assassin’s Creed
Modèle: Black on White, 2013-2014 (John Massey)



L’échangeur (Claude Trudel) - Carrefour autoroutier de Montréal
Modèle: Matrice signalétique pour la réfection de l’échangeur Turcot (Étienne Tremblay-Tardif)

Exemples supplémentaires (techniques mixtes)

D'autres travaux pratiques réalisés au cours des ateliers de création dédiés à la Biennale de Montréal 2014:



Vers ici ici (Claude Trudel) - Immigration
Modèle: Promised Land Template, 2014 (Nicolas Grenier)



Le pétrole sale (Claude Trudel) - Sables bitumineux de l'Alberta
Modèle: Hide and Seek, 2013 (Susan Turcot)



Supports d'écriture (Claude Trudel) - Matériaux d'écriture
Modèle: Hexen 2.0, 2009-2011 (Suzanne Treister)


Photographie non disponible
Graphique (Claude Trudel)
Modèle: The Prophets (Richard Ibghy et Marilou Lemmens)

Sur la Toile

L'avenir (Biennale de Montréal) (BNLMTL)
Musée d’art contemporain de Montréal (MACM)
Les mardis créatifs (MACM)

08 décembre 2014

Un dossier sur le café



Le numéro courant de la revue Quatre-Temps des Amis du Jardin botanique de Montréal présente un dossier intéressant et diversifié sur le café:

- La plante qui fait danser (Mario Cappadocia)
- Les Lumières inspirées par le café (Mario Cappadocia)
- Secrets botaniques du café (Renée Gaudette)
- Sublimer les arômes (Renée Gaudette)
- Agroforesterie et café (Alain Cogliastro)
- Le café: bon ou mauvais pour la santé? (Raphaëlle Derome)
- Réveil brutal pour l’industrie du café! (Mathieu-Robert Sauvé)
- Le goût du café (Binh An Vu Van)

Un article supplémentaire présente le Parc national du café (Mathieu-Robert Sauvé, texte, et André Duquette, photos). Ce parc colombien est situé à 4 km de Monténégro et à trois heures de route de Bogota.

Ces articles sont abondamment illustrés. Ils sont aussi complétés par des références bibliographiques (articles, livres, sites).

J’ai particulièrement aimé les deux premiers articles qui retracent les grands jalons de l’histoire du café jusqu’en 1800. Légendes fabuleuses, étymologie, espèces arabica et robusta, origines controversées, restrictions religieuses et transformations sociales sont relatées avec précision et humour.

Référence

Quatre-Temps. La revue des Amis du Jardin botanique de Montréal. - Hiver 2014-2015, vol. 38, n° 4, p. 51. - [Cette publication peut notamment être consultée à la Bibliothèque du Jardin botanique de Montréal, dans les Bibliothèques de Montréal et à la Grande Bibliothèque de BAnQ].

Cartes

Yémen (extrait de la [Carte française du Détroit de Bab el Mandeb et côte de l'Arabie jusqu'à Moka], portulan, 1600-1799) - (Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France)

Les pays producteurs de café dans le monde (1934) - (Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France)

Sur la Toile

Amis du Jardin botanique de Montréal (AJBM)
#

Livre numérique gratuit


Le répertoire Anciennes cartes géographiques recense les meilleures collections numériques d'anciennes cartes géographiques en libre accès, des ressources connexes, une sélection de documents cartographiques et une bibliographie. Les documents recensés dans les collections peuvent souvent être redimensionnés, imprimés ou téléchargés. Selon des modalités diverses, ils peuvent parfois être aussi libres de droits. Ce livre numérique est également offert dans la boutique iTunes d'Apple.

04 décembre 2014

Le canal du Nicaragua

Isabelle L'Héritier, étudiante en journalisme à l’UQÀM, vient de publier dans Ricochet un article fort intéressant sur la construction du canal du Nicaragua: Un mégaprojet de canal qui attise les tensions. Elle présente notamment les témoignages de plusieurs personnes affectées par ce projet, les répercussions sur l’environnement et des données générales sur le canal projeté.

Depuis la colonisation européenne de l’Amérique latine, il y a eu plusieurs projets de construction d’un canal au Nicaragua pour relier les océans Atlantique et Pacifique. Voici quelques cartes sur certains de ces projets antérieurs:

17?? - Plan pour ouvrir une communication de la mer du Nord à la mer du Sud par la rivière San Juan, le lac de Nicaragua et la baie del Papagaye / Martin La Bastide

1803 - [Deux gravures pour un éventail. carte du lac Nicaragua et carte de l'Amérique du Nord avec le Pacifique, pour soutenir le projet de Martin de La Bastide en faveur du percement du Canal Nicaragua]

1829 - Chart to accompagny Thompson's official visit to Guatemala, shewing the divisions of the five states and the proposed function of the two seas / G. Thompson, J. Murray (London)

Cette carte est analysée par Jordana Dym dans Dym, Jordana; Offen, Karl. - Mapping Latin America. A Cartographic Reader. - Chicago: UCP, 2011. - xx, 338p. - ISBN 978-0-226-61822-7. - P. 144-147.

1850 - Map of Central America including the states of Guatemala, Salvador, Honduras, Nicaragua & Costa Rica, the territories of Belise & Mosquito, with parts of Mexico, Yucatan & New Granada: shewing the proposed routes between the Atlantic & Pacific Oceans by way of Tehuantepeque, Nicaragua & Panama / engraved from the original drawing of John Baily

1855 - Union des deux océans Atlantique et Pacifique, par le transit ouvert à travers la république De Nicaragua: carte détaillée des cinq départements avec indication des principaux tracés du Canal Interocéanique ... / levée par Mr. Aug. Myionnet Dupuy

1858 - Neue Karte von Mittel-America; A New Map of Central America / Heinrich Kiepert, D. Reimer (Berlin) | Itinéraires de plusieurs projets de canalisation, dont celui de Napoléon III

187? - Panoramic view of the Nicaragua Canal / Julius Bien & Co.

1885 - Isthmus of Nicaragua (Proposed) Ship Canal. (to accompany) Bradstreet's Pocket Atlas Of The United States.

1890 - General plan showing location of ship canal from Atlantic to Pacific / A.G. Menacol, Chief Engineer

#

Livre numérique gratuit


Le répertoire Anciennes cartes géographiques recense les meilleures collections numériques d'anciennes cartes géographiques en libre accès, des ressources connexes, une sélection de documents cartographiques et une bibliographie. Les documents recensés dans les collections peuvent souvent être redimensionnés, imprimés ou téléchargés. Selon des modalités diverses, ils peuvent parfois être aussi libres de droits. Ce livre numérique est également offert dans la boutique iTunes d'Apple.

30 novembre 2014

Herbier numérique collaboratif citoyen


Dans le numéro courant de la revue Quatre-Temps des Amis du Jardin botanique de Montréal, une page d’information nous permet de découvrir un projet scientifique original et novateur.

Le programme Les herbonautes permet à tout citoyen de contribuer à l’informatisation et à la mise à disposition des connaissances pour tous, accessibles en ligne.

L’onglet Missions présente celles-ci sous trois volets: missions en cours, terminées et prochaines. Plusieurs missions en cours sont proposées aux internautes, dont celle-ci consacrée au Québec: «Vol pour le Québec et ses grands espaces...»

Au terme d’une mission, les contributions sont intégrées aux bases de données des Herbiers de France et du Global Biodiversity Information Facility (GBIF).

Cette initiative est commanditée par les organismes Muséum national d’histoire naturelle (Paris), Tela Botanica (réseau des botanistes francophones) et eRecolNat (infrastructure nationale en biologie et santé).

Référence

Quatre-Temps. La revue des Amis du Jardin botanique de Montréal. - Hiver 2014-2015, vol. 38, n° 4, p. 51. - [Cette publication peut être consultée notamment dans les Bibliothèques de Montréal et à la Grande Bibliothèque de BAnQ].

Photo

Sarracénies © Claude Trudel 2014 - Description dans le Carnet horticole et botanique du Jardin botanique de Montréal.

Cette photo figure dans l’album 109 du blogue Photos urbaines qui affiche une trentaine d’albums de photos prises au Jardin botanique de Montréal (JBM). Ces photos peuvent être utilisées gratuitement à des fins éducatives non commerciales.

Sur la Toile

Amis du Jardin botanique de Montréal

26 novembre 2014

Berlin et ses environs

Les Éditions Libre Expression viennent de publier un guide touristique captivant sur la ville de Berlin et ses environs. Le format physique, la présentation graphique, l’agencement convivial, le contenu documentaire et les outils de repérage sont exemplaires. Par ailleurs, des illustrations remarquables sont omniprésentes sur toutes les pages du guide.

Les pages de garde nous dévoilent déjà des informations utiles: le code couleur des chapitres et des compléments pratiques, le plan des quartiers de la ville, le plan du métro et des trains de banlieue, la légende des symboles utilisés dans le guide.

Le sommaire donne un aperçu global des grandes sections du livre: Présentation de Berlin, Berlin quartier par quartier, Environs de Berlin, Bonnes adresses, Voyager à Belin. Des outils de repérage complémentaires sont aussi annoncés dans ce survol: Comment utiliser le guide, Index, Remerciements, Lexique.

Le chapitre d’introduction contient cinq rubriques: des itinéraires de visite selon le nombre de jours disponibles; des documents cartographiques (Allemagne, agglomération de Berlin, centre-ville); les différentes périodes historiques de Berlin (frise chronologie); les grands attraits de la ville; le calendrier des événements annuels.

La section consacrée à chacun des quartiers est la plus considérable. Elle compte neuf chapitres: Unter den Linden, Museumsinsel, Nikolaiviertel et Alexandrerplatz, Scheunenviertel et Prenzlauer Berg, Tiergarten, Kreuzberg, Kurfürstendamm, Charlottenburg, Banlieues. Chacun de ces chapitres est ainsi constitué:

1° une présentation générale (photo introductive, nom du quartier, résumé, coup d’œil (lieux numérotés), une carte de situation et le plan du quartier;

2° le plan du quartier pas à pas: carte de situation, vue aérienne, itinéraire proposé, sites numérotés, résumé et images légendées;

3° les renseignements détaillés: chaque site numéroté dans le plan donne lieu à une fiche descriptive (nom en français et en allemand, coordonnées, horaire des visites, exposé illustré);

4° les principaux monuments (plan et fiche descriptive).

La section sur les environs de Berlin est subdivisée en deux parties: la ville de Potsdam et trois randonnées pédestres à la périphérie de Berlin.

Les deux dernières sections fourmillent de renseignements pratiques: hébergement, restauration, magasinage, divertissements; services publics, monnaie, communications; moyens de transport, atlas des rues.

En parcourant ce guide, je me sis attardé sur les parties suivantes: Histoire de Berlin, Avenue Unter den Linden, Museumsinsel, Pergamonmuseum, Musée des arts décoratifs, Pinacothèque, Charlottenburg, Potsdam et les trois promenades à pied en banlieue de Berlin.

Ce guide VOIR, quelle belle invitation à visiter la capitale allemande, sa banlieue et ses environs!

Référence

Omilanowska, Malgorzata; Scheunemann, Jürgen; Tempel, Christian. - Berlin. - Traduit et adapté de l'anglais par Dominique Brotot, Kelly Rivière et Florence Paban avec la collaboration de Ghislaine Ouvrard. - Montréal: Libre Expression, 2014. - (Guides Voir). - 352p., plans des quartiers et du métro. - ISBN 978-2-7648-1023-1. - Bibliothèques de Montréal et BAnQ: 914.315504 O55b 2014.

Lecture complémentaire

Hartung, Klaus. - Berlin: une capitale en mouvement. - Avant-propos par Walter Momper. - Novara (Italie): Éditions White Star, 2014. - 287p. - ISBN 978-88-6112-548-3. - BAnQ : nouveauté. - [Livre de photos en grand format].

Remarque

Sous la rubrique Documents cartographiques, le livre annoncé ci-dessous contient plusieurs liens pointant sur des cartes de l’Allemagne et des plans de Berlin et Postdam.

Sur la Toile

Berlin (Site officiel du land)
Berlin (Site touristique officiel)

#

Livre numérique gratuit


Le répertoire Anciennes cartes géographiques recense les meilleures collections numériques d'anciennes cartes géographiques en libre accès, des ressources connexes, une sélection de documents cartographiques et une bibliographie. Les documents recensés dans les collections peuvent souvent être redimensionnés, imprimés ou téléchargés. Selon des modalités diverses, ils peuvent parfois être aussi libres de droits. Ce livre numérique est également offert dans la boutique iTunes d'Apple.

22 novembre 2014

Géopolitique de l’Asie centrale

Isabella Damiani, docteure en politiques transfrontalières, présente dans sa monographie une synthèse claire sur l’Asie centrale. L’ouvrage contient les parties suivantes: introduction, huit chapitres, conclusion, bibliographie, glossaire, index. Les illustrations sont nombreuses et limpides: cartes géographiques et historiques, tableaux, statistiques et chronologies.

Toponymie

La dénomination «Asie centrale» fait l’objet de l’introduction: Tartarie au 17e et 18e siècle, Turkestan au 18e et 19e siècle, Asie médiane après la soviétisation de la région dans les années 1920, puis Asie centrale depuis l’indépendance des cinq républiques (Kazakhstan, Kirghizstan, Ouzbékistan, Tadjikistan, Turkménistan) dans les années 1990.

La collection numérique de la Bibliothèque nationale de France (BnF) contient plusieurs cartes sur cette région, dont celles-ci: Tartarie (John Speed, 1626), Turkestan (Lusilin, 1876), Républiques soviétiques (URSS, 1926). Plusieurs autres cartes sur l’Asie centrale sont référencées dans le livre annoncé ci-dessous: Anciennes cartes géographiques.

Bases essentielles

Les quatre premiers chapitres présentent les bases essentielles à la compréhension de l’Asie centrale.

Le chapitre initial porte sur la diversité physique de l’Asie centrale. Le relief, du nord-est au sud-ouest: les chaînes de montagnes Altaï, Tian Shan, Pamir, Indus Kush et Kopet Dag. Le réseau hydrographique: les fleuves Tarim, Amou-Daria (Oxus), Syr-Daria (Yaxartes); les mers Caspienne et Aral; les Grands Lacs Issyk-Koul, Balkhach et Kara-Bogaz-Gol. Les zones arides (steppes et déserts), dont la vaste steppe kirghize et les oasis méridionales.

Le chapitre 2 présente les peuples centrasiatiques sous l’angle des relations entre les populations nomades turco-altaïques et les populations sédentaires de langue persane, depuis la préhistoire jusqu’à nos jours. Deux volets reçoivent un traitement spécifique: la sédentarisation des Ouzbeks et l’islamisation de l’Asie centrale caractérisée par son soufisme sunnite.

Le chapitre 3 retrace les jalons historiques de l’Asie centrale: l’empire de Gengis Khan et de ses descendants (unité et partitions), le «Grand Jeu» entre les empires britannique et russe (recensement de 1897), l’Union soviétique (Républiques socialistes), la résistance de l’Afghanistan (indépendant depuis 1919) à l’occidentalisation, la décolonisation (imprévue et improvisée) des républiques soviétiques en 1991. Outre une carte politique d’aujourd’hui, une chronologie complète ce chapitre.

Le chapitre 4 porte sur les rôles économiques assumés par l’Asie centrale jusqu’à nos jours. La première section repère trois phases historiques: le centre économique du monde, de l’Antiquité au 15e siècle, grâce à la route de soie; l’éclipse consécutive à la découverte de l’Amérique et aux liaisons maritimes substituées à la route de la soie; le nouvel enjeu énergétique depuis le tournant des 20e et 21e siècles. Trois enjeux géoéconomiques mondiaux sont ensuite identifiés : le pétrole, le gaz naturel et le coton. Les sections suivantes portent sur la construction de trois voies ferrées (1880, 1900, 1931) et de réseaux hydriques (canaux et réservoirs) par la Russie tsariste et soviétique. Les dernières sections abordent la catastrophe écologique de l’assèchement de la mer d’Aral et des conflits liés aux ressources aqueuses.

Dynamiques internes

Les chapitres 5 et 6 analysent les principales dynamiques inhérentes de l’Asie centrale.

Le chapitre 5 explique le découpage des frontières à l’époque soviétique selon une méthodologie ignorant les réalités ancestrales. Ce découpage a entrainé des conflits entre les nouvelles Républiques soviétiques centrasiatiques, en particulier pour la région du Ferghana. L’évolution urbaine et le nationalisme sont ensuite étudiés, celui-ci étant confronté à la résistance religieuse et au régionalisme (tribus et clans).

Le chapitre 6 décrit la géopolitique actuelle de chacune des cinq républiques indépendantes (Ouzbékistan, Turkménistan et Kazakhstan, Kirghizstan et Tadjikistan) et de leurs voisins (Afghanistan et région chinoise autonome du Xinjiang). Les historiques des régimes politiques internes sont relatés.

Relations internationales

Les chapitres 7 et 8 abordent les relations entre l’Asie centrale et le monde extérieur.

Le chapitre 7 pose le problème de l’enclavement des Républiques centrasiatiques postsoviétiques du point de vue des relations internationales: 1° l’Afghanistan, 2° les grandes puissances: Chine, Russie, États-Unis d’Amérique et Union européenne, 3° les puissances régionales: Iran, Inde, Pakistan et Turquie. Le problème de la drogue afghane est expliqué en fonction des différents acteurs. L’influence grandissante et déterminante de la Chine a trait aux ressources énergétiques et à la sécurité territoriale. Les liens commerciaux, et souvent militaires, avec la Russie sont maintenus. L’interventionnisme américain s’avère un échec. Les Européens s’intéressent aux ressources énergétiques, mais leur implication est minimale. Les relations avec l’Iran et la Turquie ont un caractère culturel, tandis que celles avec l’Inde et le Pakistan sont plus distantes.

Le dernier et court chapitre évoque la mondialisation. D’une part, la découverte du monde extérieur par les Centrasiatiques: cinéma indien, soutiens religieux musulmans, émissions télévisées occidentales (Euronews, Eurovision, Coupe du monde) par le filtre russe. D’autre part, la découverte des Centrasiatiques par le reste du monde: cinéma (film Borat, 2006), révolution touristique. Les conséquences néfastes de la mondialisation sont majeures en Asie centrale: narcotrafic et contrebande, pauvreté et violence, épidémie du sida.

Conclusion

L’auteure termine son ouvrage en trois points: une comparaison avec les révoltes arabes, le manque persistant de coopération entre les Républiques centrasiatiques et la fièvre identitaire répandue dans chacune d’entre elles.

Appréciation

Un livre passionnant! Une synthèse exemplaire pour mieux comprendre le monde contemporain de cette région vaste, diversifiée et stratégique.

Référence

Damiani, Isabella. - Géopolitique de l’Asie centrale. Entre Europe et Chine: le cœur de l’Eurasie. - Paris: PUF, 2013. 169p. - ISBN 978-2-13-061851-5. - BAnQ: nouveauté.

#

Livre numérique gratuit


Le répertoire Anciennes cartes géographiques recense les meilleures collections numériques d'anciennes cartes géographiques en libre accès, des ressources connexes, une sélection de documents cartographiques et une bibliographie. Les documents recensés dans les collections peuvent souvent être redimensionnés, imprimés ou téléchargés. Selon des modalités diverses, ils peuvent parfois être aussi libres de droits. Ce livre numérique est également offert dans la boutique iTunes d'Apple.

18 novembre 2014

Analyse du pouvoir


Cette miniature persane (1515) illustre la bataille de Tamerlan contre le sultan d’Égypte (vers 1400). Elle est reproduite sur la page couverture d’un nouveau livre publié aux Éditions CNRS: Le luxe et la violence. Domination et contestation chez Ibn Khaldûn, par Hamit Bozarslan, directeur d’études à l’EHESS.

Dans la partie initiale de l’introduction, intitulée Une lecture d’Ibn Khaldûn, l’auteur précise que son ouvrage fait suite à de nombreux échanges avec Gabriel Martinez-Gros. D’entrée de jeu, il rappelle que les processus de pacification et de brutalisation coexistent au cœur même de la civilisation. Dans la partie suivante, Hamit Bozarslan présente l’histoire conceptuelle chez l’historien du 14e siècle. La méthodologie et le monde d’Ibn Khaldûn sont ensuite abordés.

L’ouvrage compte sept chapitres:

1.- Le particulier, l’universel
2.- De quoi le pouvoir est-il le nom?
3.- Les matières grises du pouvoir
4.- La destruction du pouvoir
5.- Entrer dans l’histoire, sortir de l’histoire
6.- Désintégration, violence et dissidences religieuses
7.- La violence de la guerre, la violence des frontières

Un épilogue suit ces chapitres en guise de conclusion: «Ibn Khaldûn est un penseur d’État, un penseur qui pense l’État à partir d’une posture conservatrice. […] Le «pessimisme de la situation» d’Ibn Khaldûn est un point de départ possible pour envisager un futur «optimisme de la volonté».

Tout au long de son exposé, l’auteur confronte les idées et la démarche d’Ibn Khaldûn avec celles de prédécesseurs, comme al-Gazhi, al-Mawardi, al-Sayban, Aristote, Ahmad Ibn Hanbal, Ibn Hazm, Ibn al-Muqaffa, Thucydide, Xun Zi, et des penseurs postérieurs, tels Adorno, Arendt, Baslez, Benjamin, Bourdieu, Derrida, Gramsci, Hobbes, Laroui, Machiavel, Pareto, Pomian, Rousseau, Toynbee. L’auteur se réfère aussi directement à l’actualité, notamment aux révoltes contemporaines.

Les notes de bas de page sont denses et elles occupent un espace significatif. Par ailleurs, l’ouvrage est complété par un Glossaire des termes d’origine étrangère, une Bibliographie, un Index et des Remerciements. La Table des matières est détaillée.

Appréciation

L’ensemble de l’exposé est intéressant, mais certains thèmes ont particulièrement retenu mon attention, dont ceux-ci:

- la violence inhérente au pouvoir: «Plus le pouvoir fait système, plus la cité produit une violence systémique.»
- la lecture cyclique de l’histoire et l’histoire-changement
- la question de la mémoire: «S’il leur est malaisé de définir la mémoire, toujours construite, même lorsqu’elle se nourrit de multiples supports tangibles, les sciences sociales sont conscientes du rôle central qu’elle joue dans l’agencement du monde.»
- la lutte de classe parmi l’élite
- la corruption: «[…] en se corrompant, le pouvoir corrompt aussi les sujets dont il a pourtant besoin pour assurer sa durabilité.»
- la soumission différenciée en ville et en province
- la médiocratie ontologique et pratique du pouvoir
- les rapports sociaux: «Le pouvoir est le mode d’invention et de gestion des rapports de domination symboliques, de distance, mais aussi de proximité.»
- la destruction du pouvoir: «[…] si la violence construit l’État, la coercition et la prédation qu’il exerce le condamnent à la destruction.»
- le défi chrétien dans l’Empire romain
- la question de la violence et de la tyrannie
- l’orthodoxie et les dissidences religieuses
- les guerres civiles et extérieures.

Référence

Bozarslan, Hamit. - Le luxe et la violence. Domination et contestation chez Ibn Khaldûn. - Paris: CNRS Éditions, 2014. - 240p. - ISBN 978-2-271-08075-2. - BAnQ: 320.01 I13b 2014. - [Citation, p. 11, 9, 32, 69, 88, 123-124, 217].

Image

Bataille entre Tamerlan et le sultan d'Égypte (Wikipédia) - [L’entreprise de Tamerlan est abordée dans le dernier chapitre du livre.]

14 novembre 2014

Ubisoft Montréal - Le crédo des Assassins


Ce que vous tenez entre vos mains est un ouvrage de référence essentiel. (Préface de Jean Guesdon)

Notre histoire. Matériau inépuisable. Depuis longtemps, on la raconte, on en fait des épopées, des mythes, des romans, des films, des séries télévisées, et désormais des jeux vidéo. […] Assassin’s Creed ne raconte pas d’histoire, il nous la fait vivre. (Avant-propos de Guillaume Delalande)

Les jeux vidéo d’Ubisoft connaissent une popularité planétaire. C’est dans ce contexte que j’ai décidé de lire Assassin’s Creed: entre voyages, vérités et complots afin de découvrir le monde fantastique créé dans le studio montréalais de la célèbre entreprise française.

Outre sa préface, son avant-propos et sa section des remerciements, cet ouvrage encyclopédique contient cinq parties: Univers, Création, Décryptage, Assassin’s Creed IV Black Flag, Héritage.

La première partie sur l’Univers compte 24 chapitres et 4 annexes. Le chapitre initial nous plonge d’emblée dans un monde de fiction: «Avant l’humanité telle que nous la connaissons, une autre civilisation vivait sur la terre». Ces Anciens ont créé des hommes. Destinés à servir de main-d’œuvre, ces hommes sont contrôlés par des objets technologiques surnommés «fragments d’Éden». Les péripéties de la lutte entre les Anciens et les hommes sont ensuite racontées. Ce récit est suivi d’un exposé scientifique sur le lac Tuba et les vents solaires.

Le chapitre suivant porte sur la lutte éternelle fondant l’aventure du jeu vidéo: «L’histoire globale de la saga Assassin’s Creed oppose deux factions: les Assassins et les Templiers». Les deux antagonistes sont présentés séparément, avec leurs emblèmes respectifs et les faits historiques ayant inspiré leur rivalité séculaire.

Le chapitre 3 présente l’Animus, un élément clé du jeu, et la quête de l’orbe d’Éden recelant une carte d’une importance capitale. Des faits scientifiques sont ensuite évoqués sur la «mémoire génétique» (ADN) en lien direct avec l’épopée du jeu vidéo. Dans ce contexte problématique, une clé de l’aventure est dévoilée: le sixième sens auquel Desmond a accès.

Le chapitre 4 est consacré à Altaïr. Il débute par un exposé historique et ludique sur les croisades en Terre Sainte, dont la troisième qui sert de toile de fond au premier épisode d’Assassin’s Creed. Plusieurs péripéties sont relatées et les trois règles constituant le crédo des Assassins sont révélées. Les portraits de Robert de Sablé et d’Al-Mualim sont ensuite présentés. Le chapitre suivant porte sur le codex d’Altaïr.

La suite de cette première partie du livre porte sur les épisodes II et III d’Assassin’s Creed et des productions connexes. Par l’intermédiaire de la « mémoire génétique » de Desmond Miles vivant en l’an 2012, les aventures et quêtes se déroulent à l’époque de la Renaissance, puis au cours de la Guerre de la Conquête et de la Révolution américaine, ainsi qu’à d’autres moments historiques. Parmi les protagonistes, signalons ces personnages: Ezio Auditore, Rodrigo et César Borgia, Clay Kacmarek, Sofia Sartor, Soliman, Youssouf Tazim, Piri Reis, Aveline de Grandpré, Haytham Kenway, Charles Lee, Abraaz Mir.

La deuxième partie du livre, intitulée Création, compte 12 chapitres. Le chapitre initial présente l’éditeur français Ubisoft (1986) et son premier studio américain à Montréal (1997) où Assassin’s Creed a été créé. Les chapitres suivants racontent la genèse du premier épisode de ce jeu en soulignant le rôle prépondérant du Québécois Patrice Désilets, l’étymologie des noms des personnages principaux, l’élément-clé de la série attribué à la machine Animus, le public cible adulte, les défis techniques, la direction artistique et le lancement du jeu en 2007.

Le chapitre 4 porte sur le deuxième épisode du jeu: le contexte de la Renaissance italienne, les critiques prises en compte et les innovations. Cet épisode est développé en trois volets constituant la trilogie d’Ezio: Assassin’s Creed II (2009), Assassin’s Creed: Brotherhood (2010), Assassin’s Creed: Revelations (2011). Ils se déroulent respectivement à Florence, Rome et Constantinople, les deux derniers volets offrant le mode multijoueur.

Les chapitres 8, 9 et 10 sont consacrés à des productions périphériques d’Assassin’s Creed sur plusieurs formats: console, ordinateur, réseau social, tablette, cellulaire, baladeur, encyclopédie, court-métrage, roman et bande dessinée. Trois entrevues enrichissent des chapitres: Louis-Pierre Pharand (UbiWorkshop), Oliver Bowden (romans) et Corey May (scénario).

Le double chapitre 11 présente la genèse et les innovations d’Assassin’s Creed III (2012) dédié à la Guerre d’indépendance des colonies américaines au 18e siècle, avec son protagoniste métis Connor. Une entrevue avec Corey May témoigne de l’originalité de ce nouvel épisode qui marque la fin du cycle de Desmond Miles. Le deuxième volet du chapitre est consacré à une adaptation de l’épisode sur la PlayStation Vita, Assassin’s Creed III: Liberation (2012), avec la protagoniste métisse Aveline de Grandpré. Les traits saillants de cette version sont évoqués dans une entrevue de Martin Capel.

Le chapitre final de cette partie du livre présente Assassin’s Creed IV: Black Flag (2013). Le nouvel épisode se déroule dans les Caraïbes à l’époque de l’âge d’or de la piraterie, avec le protagoniste Edward Kenway. Dans une entrevue, Raphaël Lacoste décrit les singularités de La Havane, Kingston et Nassau.

La prochaine édition du livre parlera sûrement d’Assassin’s Creed V: Unity et d’Assassin's Creed Rogue (2014). Ces nouveaux épisodes se déroulent respectivement au cours de la Révolution française et dans l’océan Atlantique. Voir la rubrique Sur la Toile à la fin de cette recension.

La troisième partie, intitulée Décryptage, compte 15 chapitre. Sur deux pages, le chapitre initial liste les caractéristiques fondamentales de la saga, c’est-à-dire les éléments, les actions et les contextes historiques marquants. En plus de ce premier niveau de lecture, le jeu favorise une seconde lecture axée sur la mythologie globale et le scénario complexe de la saga.

Le chapitre 2 explique la structure simple et répétitive du premier épisode de la série. L’épisode suivant est plus varié et offre des quêtes annexes. Le chapitre 4 compare les deux premiers épisodes. Le chapitre suivant s’attarde au contexte historique, notamment aux Templiers. Plus élaboré, le chapitre 6 traite des œuvres ayant inspiré les artisans de la saga. Les chapitres 7 à 13 sont consacrés à la trilogie d’Ezio, alors que le dernier chapitre de cette partie est dédié au troisième épisode de la saga.

La partie 4 du livre présente Assassin’s Creed IV dans deux chapitres: Univers et Décryptage. La courte partie suivante, intitulée Héritage, est conclusive sur l’ensemble de la saga. Elle est aussi spéculative sur le prochain épisode de la série. Une entrevue intéressante d’Alexis Blanchet est insérée dans cette partie finale de l’ouvrage.

Le livre est abondamment illustré d’images toutes plus captivantes les unes que les autres. Les références documentaires sont insérées en bas de page tout au long de l’ouvrage, mais elles ne sont pas reprises sous une rubrique bibliographique. Les remerciements sont nombreux et la table des matières est détaillée.

À plusieurs égards, un ouvrage remarquable!

Référence

Delalande, Guillaume; Courcier, Nicolas; El Kanafi, Mehdi. - Assassin’s Creed. Entre voyages, vérités et complots. - 2e édition. - Préface de Jean Guesdon. - Toulouse: Éditions Pix’n Love / Ubisoft, 2013. - 415p. - ISBN 978-2-9182-7276-2. - BAnQ: 794.8 C859a 2013. - [Citations, p. 9, 11, 14].

Image

Château de Masyaf (Wikipédia)

Sur la Toile

Ubisoft

Premiers épisodes

Lessons from Assassin’s Creed for Constructing Educational Games (Katy Meyers, Play the Past, 25 octobre 2011)
Entre simulation et réalité historique: petite critique didactique d’Assassin’s Creed III (Vincent Boutonnet, The History Education Network, 16 novembre 2012)
Un professeur voyage à travers le temps (Dominique Nancy, UdeM Nouvelles, 3 décembre 2012)

Épisode V

Assassin’s Creed Unity pour enseigner la Révolution française (Société Radio-Canada, 7 novembre 2014)
Un historien au service d’Ubisoft (Marie-Eve Shaffer, Métro, 9 novembre 2014)
«Assassin's Creed Unity»: au cœur de la Révolution française (Alexis Le Marec, Le Huffington Post Québec, 11 novembre 2014)
Assassin's Creed Unity (Thomas Méreur, Gamekult, 11 novembre 2014)
Assassin's Creed Unity (jeuxvideo.com, 11 novembre 2014)
Assassin's Creed Unity : Le trône ou la guillotine ? (Nicolas Fournier, GameFocus, 12 novembre 2014)
On a testé « Assassin’s Creed Unity », l’incroyable rencontre entre Spider-Man et Victor Hugo (William Audureau, Le Monde, 17 novembre 2013)
Assassin's Creed Unity (Wikipédia)

10 novembre 2014

Mappemondes anglaises du 18e siècle

Geoff Armitage et Ashley Baynton-Williams présentent une collection d’anciennes cartes géographiques dans The World at Their Fingertips. Leur monographie est constituée de deux grandes parties. La première est consacrée à l’étude générale de ces cartes, la seconde à l’analyse détaillée des vingt-quatre mappemondes sélectionnées.

Préface

Dans la préface, Armitage présente l’originalité de son étude, la spécificité des mappemondes anglaises du 18e siècle, les deux parties de l’ouvrage et les remerciements envers ses collaborateurs.

Introduction

L’introduction indique les données matérielles relatives aux mappemondes étudiées, des cartes rares imprimées sur de doubles pages jointes. Outre les marges extérieures, ces documents mesurent généralement plus ou moins 400 x 500 mm (environ 15 x 20 pouces). Les cartes sont produites et vendues dans le contexte de la révolution scientifique et du Siècle des Lumières: leur apparence scientifique importe davantage que l’exactitude de leur contenu géographique.

Première partie

Le chapitre 1 est consacré à Alexis-Hubert Jaillot (1632 -1712): la biographie du cartographe français et la genèse de sa mappemonde de 1674 qui a inspiré les cartographes britanniques. Le chapitre 2 présente le commerce des cartes dans le contexte social britannique des années 1650-1820. Le chapitre 3 souligne les contributions remarquables de Cook, Delisle, Nolin, Halley et Newton. Le chapitre 4 signale certaines erreurs véhiculées par des cartographes du 18e siècle, dont l’insularité de la Californie, la configuration de l’Antarctique et la localisation du détroit de Béring. Le chapitre 5 aborde des éléments spécifiques à la cartographie: méridien d’origine, impression sur plusieurs feuilles, fragilité des grandes cartes murales, projections, production. Le chapitre 6 porte sur les cartes stéréotypées produites en Angleterre à partir de celle de 1680 de William Berry, une mappemonde copiée sur celle de 1674 de Jaillot. Les différents types sont décrits: Jaillot, Moll, Senex, Price, Nolin.

Deuxième partie

Le chapitre 7 couvre la moitié de l’ouvrage. C’est un répertoire chronologique de vingt-quatre cartes. Chaque carte est reproduite et décrite. Les sources, références et différents états sont relevés.

Conclusion et annexes

La conclusion récapitule les grands traits des cartes étudiées et esquisse les caractéristiques des cartes du 19e siècle. Elle est suivie de trois annexes: citations d’auteurs contemporains, publicités contemporaines et répertoire d’adresses. Une bibliographie complète l’ouvrage.

Commentaire

Le livre est abondamment illustré d’anciennes cartes géographiques et de portraits, ainsi que d’autres documents de première source. Un ouvrage de référence remarquable et un outil de recherche pratique.

Référence

Armitage, Geoff; Baynton-Williams, Ashley. - The World at Their Fingertips: Eighteenth-Century British Two-Sheet Double-Hemisphere World Maps. - Londres: British Library, 2012. - 256p. - ISBN 978-0-7123-5877-4. – BAnQ: 526.094209033 A732w 2012.

Sur la Toile

Les mappemondes : une histoire médiévale du monde (BnF)

#

Livre numérique gratuit


Le répertoire Anciennes cartes géographiques recense les meilleures collections numériques d'anciennes cartes géographiques en libre accès, des ressources connexes, une sélection de documents cartographiques et une bibliographie. Les documents recensés dans les collections peuvent souvent être redimensionnés, imprimés ou téléchargés. Selon des modalités diverses, ils peuvent parfois être aussi libres de droits. Ce livre numérique est également offert dans la boutique iTunes d'Apple.

06 novembre 2014

La Voie lactée

Françoise Combes et James Lequeux, astronomes à l’Observatoire de Paris, présentent une synthèse captivante des connaissances actuelles sur notre galaxie. L’ouvrage est préfacé par l’astronome émérite Catherine Turon, du même observatoire.

Le livre contient neuf chapitres. Certains présentent une vue d’ensemble, d’autres des aspects particuliers. L’exposé contient des passages plus pointus, de nature mathématique. Les résultats du satellite Hipparcos et les grands relevés stellaires sont les principales sources d’information des auteurs.

Les illustrations sont nombreuses et diversifiées: photos, schémas et graphiques. Le livre contient plusieurs autres outils de repérage et de compréhension: encadrés (Amas et nébuleuses, La friction dynamique, Orbites des étoiles), tableau (Principales constantes physiques et astronomiques), annexes (Les paramètres stellaires, Quelques notions de base concernant les observations du milieu interstellaire), Glossaire, Bibliographie et Index.

Plusieurs extraits sont offerts gratuitement sur la Toile, au format pdf: La Voie lactée (Préface, table des matières, Principales constantes physiques et astronomiques, Introduction).

Ce livre se veut une introduction à la nouvelle mission Gaïa (CNES) qui vise la cartographie de notre galaxie sur un milliard d'étoiles.

Un ouvrage passionnant!

Référence

Combes, Françoise; Lequeux, James. - La Voie lactée. - Paris: CNRS Éditions, 2013. - xii, 196p. - (Savoirs actuels / Astrophysique). - ISBN 978-2-271-07737-0. - Bibliothèques de Montréal et BAnQ: 523.113 C7311v 2013.

Lecture complémentaire

Séguin, Marc; Villeneuve, Benoît. - Astronomie et astrophysique. - 2e édition. - Montréal: ERPI, 2002. - xxiii, 618p. + cédérom Voyage au bout de l’Univers. - ISBN 978-2-7613-1184-7. - Bibliothèques de Montréal et BAnQ: 523.1 S456a et 520 S4563a 2002. - [Présentation].

Sur la Toile

Atlas du ciel Aladin (Observatoire virtuel et catalogues)
Assembling the Puzzle of the Milky Way (Site référencé par les auteurs)

02 novembre 2014

Le Seigneur des anneaux - J.R.R. Tolkien


Tout ce que nous avons à décider, c’est ce que nous devons faire du temps qui nous est donné. […] Rares sont ceux qui peuvent prévoir où leur route les mènera, avant d’en avoir atteint le bout.

L’œuvre fantastique est constituée d’un prologue et de trois parties: La communauté de l’anneau, Les deux tours, Le retour du roi. Chaque partie compte deux livres. La trilogie est complétée par trois annexes: Chronologie des Terres anciennes, Arbres généalogiques, Le calendrier de la Comté. Une notice biographique sur l’auteur est présentée en début d’ouvrage. Une table des matières détaillée est insérée à la fin du volume. Les pages de garde affichent deux cartes topographiques: une carte générale et une carte locale.

Prologue

Le prologue fournit des clés pour la compréhension du récit. Il compte quatre chapitres: Des Hobbits, De l’herbe à pipe, De l’ordonnance de la Comté, De la découverte de l’anneau. Une Note sur les archives de la Comté complète le prologue. Le premier chapitre présente Bilbon (auteur du Livre rouge), les Hobbits et leurs voisins (Hommes, Elfes, Nains), les branches des Hobbits (Pieds velus, Forts, Pâles), leur chronologie, territoire, mentalité et habitations. Le chapitre suivant retrace l’histoire de l’herbe à pipe. Le chapitre 3 traite des divisions spatiales de la Comté (quartiers, régions, marches) et de l’organisation administrative (roi, maire, sheriffs, frontaliers). Le dernier chapitre raconte comment Bilbon a trouvé un anneau magique et les différentes versions de cette trouvaille. Le complément au prologue est consacré aux bibliothèques et collections d’archives d’où sont tirées les sources du récit.

La communauté de l’anneau

Une carte topographique d’une partie de la Comté est insérée au début de La communauté de l’anneau: quartiers (Est, Sud, Ouest, Nord), cours d’eau et marais, forêts et montagnes, villages et réseau routier. Par ailleurs, la carte d’Eriavador est insérée au début du livre I et celle de Rhovanion figure au début du livre II.

Le livre I débute par un événement festif au dénouement étonnant, une grande réception au terme de laquelle Bilbon Sacquet disparaît en laissant ses biens, y compris l’anneau magique, à son jeune cousin Frodon Sacquet. Les agissements et propos d’Ham Gamegie dit l’Ancien, de son plus jeune fils Sam et du magicien Gandalf sont notamment relatés. Quelques années plus tard, Sam écoute subrepticement l’histoire de l’anneau racontée par Gandalf à Frodon. Sur les conseils du magicien, Frodon quitte Hobbitebourg en compagnie de Sam - et de ses amis Merry et Pippin qui insistent pour l’accompagner. En route vers Fondcombe, ils sont secourus par des Elfes: «Sam ne put jamais décrire par des mots ni se représenter nettement à lui-même ce qu’il sentit ou pensa cette nuit-là, bien que cela demeurât dans sa mémoire comme un des événements majeurs de son existence.» Poursuivant leur chemin, ils sont poursuivis par des Cavaliers noirs, puis traversent l’hostile Forêt-Noire, les terribles Galgals et bien d’autres lieux inhospitaliers jusqu’à l’atteindre le Gué de Fondcombe.

Le livre II débute par un festin enchanteur dans la maison d’Elrond, une fête aux multiples convives, dont Frodon et ses compagnons, Aragorn, Gandalf et Bilbon. Le lendemain, Elrond tient un conseil où l’histoire complète de l’anneau est révélée. Plusieurs semaines plus tard, une Compagnie est formée autour de Frodon et la quête se poursuit. Les obstacles se succèdent: une grosse tempête de neige en montagne, des meutes de loups, les mines sinueuses et obscures de Moira. Après la perte malheureuse de Gandalf et un séjour réconfortant au pays des Elfes, les compagnons descendent le Grand Fleuve et survivent à une attaque surprise des Orques. Peu de temps s’écoule ensuite et Frodon, accompagné de Sam, fuit le groupe. Le maître et son jardinier se dirigent vers le pays de l’Ombre.

Les deux tours

La carte de la baie de Belfalas est insérée au début du livre III et celle de Mondor figure au début du livre IV.

Le chapitre initial du livre III rend compte de l’éclatement dramatique du groupe au moment même où Frodon et Sam fuient vers Mondor. Les Orques attaquent les compagnons restants, tuent Boromir et constituent prisonniers Merry et Pippin. Après maintes discussions, Aragorn, Gimli et Legonas poursuivent les Orques. Les chapitres suivants racontent moult péripéties des protagonistes se déroulant dans la plaine de Rohan, la forêt de Fangorn et la tour d’Orthanc, dont la défaite des Orques, le retour de Gandalf auprès des chasseurs, et les retrouvailles avec les Hobbits, la guerre contre Saroumane.

Le livre IV débute par la traversée des collines d’Emyn Muil où Frodon et Sam font prisonniers et soumettent Sméagol (Gullum). Celui-ci les guide à travers le marais des Morts et les conduit jusqu’à la Porte noire de Mondor. Au cours de ce trajet épeurant, Frodon considère désormais son fidèle jardinier comme un ami: «Samsagace Gamegie, mon cher Hobbit - en vérité, Sam, le plus cher des Hobbits, l’ami par excellence». Le trio poursuit sa route en traversant l’Ithilien où ils croisent une avant-garde de Gondor. Ils joignent la Croisée des chemins, montent les escaliers de Cirith Ungol et atteignent l’antre d’Arachné où Gullum attaque Sam. La suite est encore plus dramatique, Frodon étant fait prisonnier.

Le retour du roi

Le livre V débute par l’arrivée de Gandalf et de Pinpin à la citadelle de Minas Tirith. Pendant ce temps, avec la Compagnie grise, Aragorn, Legonas et Gimli empruntent les Chemins des morts et traversent la vallée du Lamedon, tandis que Merry accompagne le roi Théoden. Quelques jours plus tard éclate la grande bataille du champ de Gondor: le siège dévastateur mené par l’Ennemi, l’arrivée des Cavaliers de Rohan et des troupes d’Aragorn, la victoire des Alliés et les soins royaux prodigués à Faramir, Eowyn et Merry. Le livre se termine par une contre-attaque menée au pied de la Porte noire.

Le livre VI débute par la délivrance de Frodon grâce à la ténacité de Sam. Péniblement, parmi des dangers et d’atroces souffrances, les deux compagnons entreprennent le chemin vers la montagne du Destin où la quête trouve son achèvement. Les retrouvailles et une cérémonie royale suivent la victoire durement acquise. Après le couronnement d’Aragorn, celui-ci épouse Arwen Undomiel. Peu de temps après, Faramir épouse Eowyn. De retour à Fondcombe, Bilbon confie ses notes à Frondon. Puis les quatre compagnons du début de l’aventure poursuivent leur retour vers la Comté. Chemin faisant, ils libèrent leur pays de bandits dirigés par Saroumane. La Condé revit des jours heureux, comme le mariage de Sam avec Rose Chamine et la naissance de leur premier enfant. Puis Frodon, ayant écrit son récit dans le Livre rouge, quitte la Terre du Milieu en laissant ce message à Sam: «Tu as tant d’objets de jouissance, tant de choses à être, et tant à faire. […] tu es mon héritier […].»

Appendice

Les généalogies et biographies d’Aragorn et d’Arwen sont rapportées sous le titre «Fragments de l’histoire d’Aragorn et d’Arwen, extraits des annales des rois et des dirigeants».

Procédés littéraires

Le Seigneur des anneaux contient un grand nombre de figures de style et de procédés littéraires remarquables. Soulignons ceux-ci (livre, chapitre, pages):

- Le jardinier Sam écoute subrepticement une conversation (I, II)
- L’irruption soudaine de Merry au lieu d’un redouté Cavalier noir (I, IV)
- La description minutieuse et anthropomorphe de la Forêt noire (I, VI)
- L’attaque redoutable des Cavaliers noirs contre Frodon (I, XII)
- Le chant d’adieu de Bilbon (II, III, 367-368)
- La descente tumultueuse du Grand Fleuve (II, IX)
- La végétation diversifiée de l’Ithilien (IV, IV, 842-850)
- L’antre fatidique d’Arachné (IV, IX)
- Le siège meurtrier de Gondor (V, IV)

Référence

Tolkien, John Ronald Ruel. - Le Seigneur des anneaux. L’intégrale. - Traduit de l’anglais par Francis Ledoux. - Paris: Christian Bourgeois éditeur, 2014 © 1966. - 1395p. - (Pocket Science-fiction). - ISBN 978-2-266-23299. - Bibliothèques de Montréal et BAnQ: Tolkien T6499s. - [Citations, p. 77, 117, 641, 810, 1333].

Lectures complémentaires

Busnel, François, éd. - «J.R.R. Tolkien, le seigneur des écrivains». - Lire, Hors-série, n° 17, [2013]. - 98p. - ISSN 0338-5019. - [Éditorial, En bref, La vie, L’œuvre, Les clés de l’œuvre, L’héritage].

Ferré, Vincent, dir. - Dictionnaire Tolkien. - Paris: CNRS Éditions, 2012. - xiv, 669p. - ISBN 978-2-271-07504-8. - Bibliothèques de Montréal et BAnQ: 823.91 T6499t 2012. - [Gamegie, Sam: Sam est le personnage qui jouit de la sympathie profonde de l’auteur, qui le présente parfois comme le vrai héros du livre, p. 237].

Rérolle, Raphaëlle. - «Tolkien, l'anneau de la discorde». - Le Monde, 9 juillet 2012.

Strachey, Barbara (textes et cartes); Lereculey, Jérôme (illustrations). - Les voyages de Frodon: l’Atlas du Seigneur des anneaux de J.R.R. Tolkien. - Préface par Régis Habert. - Toulon: MC Productions / Soleil, 2010. - ISBN 978-2-30201-454-1. - Bibliothèques de Montréal et BAnQ: 823.912 T6499s 2010. - [Illustrations des épisodes et 50 cartes topographiques commentées].

Hammond, Wayne G.; Scull, Christina. - The Lord of the Rings. A Reader's Compagnion. - Londres: HarperCollins, 2014. - lxxii, 894p. - ISBN 978-0-00-75590-8. - BAnQ: 823.912 T6699h 2014. - [Référence ajoutée le 6 mars 2015].

Image

Photo © Claude Trudel 2014

Contexte

Je me suis intéressé à cette œuvre après avoir écouté ce dialogue:

Marie-Louise Arsenault / Quel est le plus beau personnage de la littérature, du théâtre ou du cinéma?
Gabriel Nadeau-Dubois / Sam Gamegie dans la trilogie Le seigneur des anneaux […] pour son éthique irréprochable.

Source

Questionnaire littéraire avec Gabriel Nadeau-Dubois (Entrevue avec Marie-Louise Arsenault, Plus on est de fous, plus on lit!, Radio-Canada, 5 septembre 2014, 13h09, 10:21 min)

Le Seigneur des anneaux | Index pour Sam Gamegie (livre, chapitre / pages / nombre de pages)

I, I / 38, 41-42 / 3
I, II / 68-70, 72, 75, 87, 91, 93-94 / 9
I, III / 96-97, 100-102, 104-109, 112-113, 115-118 / 16
I, IV / 122-124, 126, 128, 130-131, 133, 135-136 / 10
I, V / 139-140, 144, 146-148 / 6
I, VI / 153, 163-167 / 6
I, VII / 177 / 1
I, VIII / 190-191, 193-194, 196-198, 203 / 8
I, IX / 208-209, 211, 213, 219 / 5
I, X / 222-227, 232-234 / 9
I, XI / 242, 244-245, 247-249, 251-252, 255-257, 259, 263 / 13
I, XII / 265-266, 268, 270, 274-279, 282-283 / 12

II, I / 293, 295, 299-300, 302, 306-309, 315-316 / 11
II, II / 317, 358 / 2
II, III / 359-361, 363, 365, 369-370, 375-377, 380, 382, 387 / 13
II, IV / 390, 392-393, 395, 398-401, 405-407, 409-410, 412, 416-418 / 17
II, V / 427-429, 436 / 4
II, VI / 439-442, 449-450, 452, 455, 460-461 / 10
II, VII / 469, 471-476, 481 / 8
II, VIII / 483, 485, 488-489, 493 / 5
II, IX / 499-508, 510-511, 516 / 13
II, X / 520, 527-533 / 8

III, I / 540-541, 546-547 / 4
III, II / 573 /1
III, III / -
III, IV / 615, 629 / 2
III, V / 646 / 1
III, VI / -
III, VII / -
III, VIII / -
III, IX / 741 / 1
III, X / -
III, XI / 766 / 1

IV, I / 783-804 / 22
IV, II / 805-824 / 20
IV, III / 825-831, 833-839 / 14
IV, IV / 841-859 / 19
IV, V / 860-863, 866-868, 872-886 / 22
IV, VI / 887-889, 893-895, 897 / 6
IV, VII / 902-913 / 12
IV, VIII / 914-918, 920-931 / 17
IV, IX / 932-940, 942-945 / 13
IV, X / 946-964 / 19

V, I / -
V, II / -
V, III / -
V, IV / 1027, 1033, 1052 / 3
V, V / -
V, VI / -
V, VII / -
V, VIII / -
V, IX / -
V, X / 1154 / 1

VI, I / 1163-1187 / 25
VI, II / 1188-1209 / 22
VI, III / 1210-1229 / 20
VI, IV / 1233-1242 / 10
VI, V / -
VI, VI / 1264, 1276-1280 / 6
VI, VII / 1283-1284, 1288-1289, 1291 / 5
VI, VIII / 1293, 1295-1301, 1303, 1305-1307, 1310-1311, 1313-1314, 1316-1322 / 23
VI, IX / 1323-1335 / 13

Sommaire

Livre I - 100 / 251 pages = 40 %
Livre II - 91 / 243 pages = 38 %

Livre III - 10 / 240 pages = 4 %
Livre IV - 164 / 185 pages = 89 %

Livre V - 4 / 190 pages = 2 %
Livre VI - 124 / 172 pages = 72 %

30 octobre 2014

Activités de plein air pour les enfants

Un livre pratique abondamment illustré de photographies et de schémas explicatifs. Chaque activité est ainsi présentée: titre, exposé, liste du matériel requis, astuce, illustration (photo et/ou schéma).

Voici quelques exemples d’activités proposées:

- Cherche des insectes
- Crée ton labo potions
- Joue avec des ballons d’eau
- Décore une passoire avec des plantes grasses
- Organise un concours de boîtes d’allumettes
- Crée ton cerf-volant
- Explore une mare
- Cuisine des pâtés de boue
- Organise de mini-jeux olympiques
- Fabrique une lanterne de neige

Plusieurs rubriques complètent les 101 activités présentées:

- Carnet d’adresses (France et Canada)
- Classement thématique des activités: fêtes, petits, grands, aller vite, prendre son temps, saisons, jouer, jardiner, créer, observer les animaux, s’amuser sur la plage, améliorer une balade, jouer au parc ou dans un jardin
- Index
- Remerciements

Un guide qui saura plaire aux enfants de moins de 12 ans, aux parents, aux éducateurs de garderie et service de garde et aux animateurs de loisirs.

Référence

Isaac, Dawn. - 101 activités de plein air pour les enfants. - Photographies de Will Heap. - Traduction par Catherine Ludet. - Paris: Rustica, 2014. - 224p. - ISBN 978-2-8153-0570-9. - Bibliothèque du Jardin botanique de Montréal: 0185.5 17.1. - Bibliothèques de Montréal et BAnQ: 796.5 I734c 2014 et 796.083 I734o F2014.

26 octobre 2014

Petite histoire de l’Afrique

L’Afrique est née de la cartographie. À partir du XVIe siècle, les écrits européens la décrivirent et la constituèrent de leur point de vue: marchands, missionnaires, explorateurs, voyageurs de toute sorte et trafiquants d’esclaves élaborèrent leur propre idée de l’Afrique.

Dans son nouvel essai Petite histoire de l’Afrique, Catherine Coquery-Vidrovitch révise justement cette vision eurocentriste de l’histoire de l’Afrique : « Après un demi-siècle de travaux fondamentaux sur la question, il s’agit enfin de faire comprendre à un public français et francophone non spécialiste que non seulement l’Afrique a une histoire, mais que celle-ci, la plus longue de toutes, n’est ni moins variée ni moins prenante que les autres. »

Tout en soulignant les grandes phases historiques du continent africain, la spécialiste présente son exposé d’une façon thématique en dix chapitres : les sources documentaires, les origines de l’humanité, l’environnement, les structures sociales, la mondialisation, la chronologie, l’esclavage, l’indépendance, l’ère coloniale, la décolonisation.

Quelques thèmes ont particulièrement retenu mon attention. Les sources d’abord, car l’auteure y aborde également la genèse et les péripéties du racisme envers les Africains subsahariens. Ce double sujet est abordé dans le chapitre initial.

Au chapitre trois, la spécialiste de l’histoire africaine traite de graves maladies récurrentes et de leurs répercussions sur l’évolution démographique : maladie du sommeil, malaria, lèpre, filariose, onchocercose, fièvre jaune. À ces maladies tropicales s’ajoutent les animaux dangereux : mygales, serpents venimeux, moustiques, etc. Puis les maladies transmises par des Arabes, des Européens et des Américains : variole, maladies vénériennes, poliomyélite, rougeole, tuberculose et forme aiguë du sida. Par ailleurs, plusieurs épizooties ont affecté les cheptels. Globalement, avec des variations contrastées, la population africaine est restée stable depuis le 16e siècle. Ce constat étonnant est aussi analysé dans ce chapitre.

Le chapitre suivant dégage certains traits caractéristiques des sociétés africaines : une économie de subsistance, les inégalités sociales (castes et esclavages), la division sexuelle des tâches et l’idéologie de la supériorité masculine.

Le chapitre cinq souligne les apports majeurs de l’Afrique à la mondialisation : l’or en provenance du Soudan et du Zimbabwe, les esclaves comme main-d’œuvre de plantations, les oléagineux tropicaux, les huiles de palme, d’arachide et de coco, les noix de coprah, les clous de girofle, les bois de teinture tropicaux et, plus tardivement, le caoutchouc.

Tout le chapitre sept est consacré à l’esclavage, aussi bien intérieur que celui des traites vers l’océan Indien, la Méditerranée et les Amériques, depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours. Environ onze millions d’esclaves furent déportés aux Amériques, dont près de cinq millions le furent par les Portugais. Entre cinq et dix millions d’esclaves ont été forcés de traverser le Sahara vers la Méditerranée, alors qu’environ cinq à six millions d’esclaves auraient pris la direction de l’océan Indien. En estimant la mortalité à 50% des personnes mises en esclavage, c’est environ cinquante millions de personnes perdues pour l’Afrique et sa croissance démographique.

Le chapitre neuf raconte les différentes phases de la colonisation européenne en Afrique. Les aspects commerciaux, missionnaires, politiques et militaires sont décortiqués. Certains événements sont longuement expliqués, dont la Conférence internationale de Berlin (1884-1885) sur le partage de l’Afrique, la création de l’État indépendant du Congo (reconnu comme propriété personnelle du roi belge Léopold II), le génocide des Herero en Namibie (1904-1907), les révoltes de désespoir des esclaves dans plusieurs régions au cours du 19e siècle et les mouvements de résistance au 20e siècle.

La conclusion de l’auteure est encourageante, compte tenu des capacités des populations africaines et des immenses richesses de leur continent. À cet égard, les progrès de l’éducation vont jouer un rôle déterminant.

Par son contenu captivant et le style dynamique de l’écriture, ce livre est d’une lecture à la fois instructive et fort agréable.

À l’automne 2014, un atelier du Club de lecture - histoire des Amis de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (ABAnQ) portera sur cet essai novateur.

Référence

Coquery-Vidrovitch, Catherine. - Petite histoire de l’Afrique. L’Afrique au sud du Sahara de la préhistoire à nos jours. - Paris: La Découverte, 2011. - 222p. - ISBN 978-2-7071-6713-2. – Bibliothèques de Montréal et BAnQ : 967 C786p 2011 et 967 C786p 2010. – [Citation, p. 12].

Lecture complémentaire

Maurel, Chloé. - « L’Histoire générale de l’Afrique de l’UNESCO. Un projet de coopération intellectuelle transnationale d’esprit afro-centré (1964-1999) ». - Dans Cahiers d’Études africaines. - ISSN 0008-0055. - Paris, EHESS, n° 215, 2014/3. - P. 715-737. - [Numéro consulté à la Grande Bibliothèque de BAnQ]. - [Pour les abonnés à BAnQ: accès gratuit au texte intégral de l’article dans la base de données CAIRN].

Sur la Toile

Histoire générale de l’Afrique (UNESCO).

Cartes de l’Afrique

Le livre annoncé ci-dessous référence notamment un très grand nombre de cartes géographiques de l’Afrique, de l’Antiquité à l’Époque contemporaine, dans le chapitre intitulé Documents cartographiques.

#

Livre numérique gratuit

Le répertoire Anciennes cartes géographiques recense les meilleures collections numériques d'anciennes cartes géographiques en libre accès, des ressources connexes, une sélection de documents cartographiques et une bibliographie. Les documents recensés dans les collections peuvent souvent être redimensionnés, imprimés ou téléchargés. Selon des modalités diverses, ils peuvent parfois être aussi libres de droits.

22 octobre 2014

Silence | Didier Comès

Muet et simple d'esprit, Silence habite et travaille chez un fermier dominateur dans un petit village des Ardennes. Ignorant les rapports de force omniprésents dans la société, son destin sera tragiquement bouleversé par sa rencontre avec Sara. Ami des bêtes et naturellement bon, il apprendra à découvrir l'amour et la haine.

Le récit témoigne des instincts, émotions et sentiments séculaire des humains, malgré la Seconde Guerre mondiale et le développement d'outils modernes (arme à feu, automobile, avion, camion, cinéma, photographie, tracteur, téléphone, télévision): l'incompréhension et la peur de la différence (Silence, muet et simple d'esprit), l'exploitation et l'oppression des plus faibles (Silence aux travaux forcés, sans rémunération, Sara aveuglée et isolée), le racisme (contre les Tziganes), la croyance au surnaturel (magie, sorcellerie, religion), le recours à l'assassinat comme solution à des situations problématiques (meurtres de Georgio, de La Mouche, de Sara, de Silence, d'Abel Mauvy)...

Réalisé en noir et blanc, ce chef-d’œuvre de Didier Comès met donc en opposition, d'une façon exemplaire, la simplicité et la fourberie, la quiétude et la violence, la différence et la norme. Un témoignage émouvant sur l'incommunicabilité.

Auteur

Didier Comès est né en 1942, à Sourbrodt, en Belgique. Il a publié ses bandes dessinées dans Le Soir, Spirou, Pilote, Tintin, Le trombone illustré et À suivre. C'est dans cette dernière revue qu'est paru d'abord Silence, avant d'être publié en album chez Casterman en 1980, puis réédité ensuite à plusieurs reprises.

Référence

Comès, Didier. - Silence. - Tournai: Casterman, 1991. - 159p. - ISBN 2-203-34307-9. - Bibliothèques de Montréal et BAnQ: COM.

Sur la Toile

Silence (Analyse de l'œuvre)

#

Livre numérique gratuit


Ce recueil regroupe une sélection de comptes rendus littéraires. Les auteurs de ces œuvres de fiction sont originaires de plusieurs continents et pays. Les exposés sont généralement brefs, mais certaines analyses sont très développées. Une ou des références bibliographiques complètent les commentaires. Une table des matières interactive permet d’accéder directement aux auteurs et livres désirés. Ce livre numérique est également offert dans la boutique iTunes d'Apple.

18 octobre 2014

Le plus grand poète chinois : Li Bo

Li Zhexian, dans son ivresse, compose la lettre qui jeta l’effroi parmi les barbares

Tel est le titre du chapitre sur le poète Li Bo (701-762) inséré dans les Spectacles curieux d’aujourd’hui et d’autrefois, un recueil chinois traduit, présenté et annoté par Rainier Lanselle, dans la Bibliothèque de la Pléiade, aux Éditions Gallimard. Le chapitre consacré à la vie de l’Immortel en exil aurait été écrit par Feng Menglong (1574-1646).

Voyons cette biographie sous trois aspects : structure du récit, analyse littéraire, étude critique.

Structure du récit

Le prologue est suivi de deux sections d’égale longueur :

a) introduction, première partie;
b) seconde partie, conclusion.

Prologue

- hommage dithyrambique

Introduction

- généalogie prestigieuse
- enfance prometteuse
- poème élogieux par Da Fu
- surnoms attribué et choisi
- ivresse et itinérance

Première partie

- rencontre avec le mandarin Jiaye
- rencontre avec l’académicien He Zhizhang
- examens de recrutement
- message d’un ambassadeur barbare
- lettre au prince barbare

Seconde partie

- reconnaissance de l’empereur Xuanzong
- libération du prisonnier Guo Ziyi
- composition de trois poèmes
- cabale de Gao Lishi
- départ de la cour impériale
- rencontre avec le mandarin de Huayin
- révolte d’An Lushan

Conclusion

- morale
- sort des principaux personnages
- ascension céleste de Li Bo
- renommée légendaire

Analyse littéraire

Le prologue versifié explicite le but du conteur : rendre hommage à Li Bo, un ivrogne dénigré par l’élite, mais dont les talents prodigieux dépassent ceux des sages, un écrivain rendu célèbre par ses écrits puis commémoré par un sanctuaire. Ces éléments sont repris tout au long du récit.

Chaque section débute par le marquage d’une séquence historique distingue :

L’histoire nous dit que…
Ici l’histoire comporte une autre voie.

À plusieurs égards, la conclusion fait écho à l’introduction. Un trait de la civilisation chinoise est assurément sa longue durée, sa pérennité. Ce temps long est évoqué dans l’introduction par ces termes : dynastie, génération, siècle, immortel céleste. Il est repris en conclusion : époque, immortel, empyrée, sanctuaire, annuel, toujours, trace. Cette correspondance entre le début et la fin du récit se retrouve aussi dans les allusions aux éléments, naturels et surnaturels, et à la gloire insigne du poète Li Bo.

Dans les deux parties du récit, les différentes anecdotes sont introduites d’une façon stéréotypée, généralement en recourant au mot jour :

Un jour, quelqu’un lui apprit
Un jour qu’il visitait le palais
Enfin, le troisième jour…
Or il advint qu’un ambassadeur barbare se présenta un beau jour…
Le lendemain


Elle [l’histoire] nous raconte
Un jour qu’il parcourait à cheval…
Ce jour-là…
Or un jour ce ministre…
Après plusieurs jours de voyage…
C’est ainsi qu’il parvint un beau jour…
Par la suite…

Ces péripéties apparemment disparates sont liées par un fil conducteur : chaque obstacle rencontré par Li Bo est surmonté d’une manière éclatante, par-delà son ascension fulgurante suivie d’une déchéance soudaine. Chaque épisode rend hommage au plus grand des poètes chinois.

Étude critique

Rainier Lanselle propose plusieurs ressources pour mieux comprendre le récit de Feng Menglong, composé à l’époque des Ming (1368-1644), et la vie de Li Bo se déroulant à l’époque des Tang (618-907) : la Notice de présentation du chapitre VI, les nombreuses Notes explicatives sur le texte du récit et plusieurs entrées dans le Répertoire, dont celle dédiée au poète Li Bai (Li Bo). Ces informations exhaustives sont de nature encyclopédique.

La genèse du chapitre VI est détaillée dans la Notice : « Ce conte représente un état de la légende de Li Bai (701-762) au XVIIe siècle. […] Le conte est le résultat d’un long amalgame de données historiques et parahistoriques, et d’affabulations. » Lanselle évoque successivement les sources utilisées sous les dynasties Tang, Song et Ming. La Lettre aux barbares occupe une place centrale dans la deuxième partie de son analyse. Lanselle complète son exposé en mettant en parallèle le rôle de héros national attribué à Li Bo avec le destin non moins tragique de Du Shiniang, objet du chapitre V.

Certaines Notes sont concises, mais elles sont en général assez élaborées. Elles portent à la fois sur le récit proprement dit et sur des aspects majeurs de la société chinoise. Lanselle apporte ici et là des rectifications aux faits évoqués dans le récit et ailleurs il fournit des informations supplémentaires.

Les entrées du Répertoire ont trait aux personnages, aux institutions, aux lieux, aux termes, aux documents, etc. Soulignons les entrées les plus développées : Administration (Administration centrale, Administration territoriale, Administration), Bachelier, Calendrier, Censorat, Collège des fils de l’État, Concours mandarinaux, Dao, Huaben, langue classique, Li Bai (Li Bo), Livre des mutations, Livre des poèmes, Noms de personnes, Pavillon de l’Ouest, Pavillon du diagramme du dragon, Pei Du, Printemps et automnes, Secrétaire scrutateur, Système monétaire, Théâtre, Tortue, Wang Yangming, Yinzhi, Zhu Xi, Zhuangzi.

Avant même de lire le Chapitre VI et ces ressources particulières, il est bon de lire l’Introduction aux Spectacles curieux d’aujourd’hui et d’autrefois.

Citation

Cette question, formulée par Li Bo, dès le 8e siècle, est toujours d’actualité :

Vous êtes les serviteurs de l’État, dont vous avez les emplois et dont vous recevez les appointements : pourquoi convoitez-vous d’autres richesses?

Référence

Spectacles curieux d'aujourd'hui et d'autrefois (Jingu qiguan). - Texte traduit, présenté et annoté par Rainier Lanselle. - Paris: Gallimard, 1996. - lxii, 2105p. - (Bibliothèque de la Pléiade). - ISBN 2-07-011332-9. - Cote BAnQ : 895.134608 S7418 1996. - [Citation, p. 196].

Introduction aux Spectacles curieux - p. IX-XLVI
Chapitre VI - p. 168-200
Notice du Chapitre VI - p. 1703-1708
Notes du Chapitre VI - p. 1708-1721
Biographie de Li Bai (Li Bo) - p. 2060-2062

Article connexe

Introduction aux Spectacles curieux d’aujourd’hui et d’autrefois

#

Livre numérique gratuit


Ce recueil regroupe une sélection de comptes rendus littéraires. Les auteurs de ces œuvres de fiction sont originaires de plusieurs continents et pays. Les exposés sont généralement brefs, mais certaines analyses sont très développées. Une ou des références bibliographiques complètent les commentaires. Une table des matières interactive permet d’accéder directement aux auteurs et livres désirés. Ce livre numérique est également offert dans la boutique iTunes d'Apple.

14 octobre 2014

Paroles vagabondes | Eduardo Galeano

L’écrivain uruguayen nous entraine dans son univers merveilleux et fantastique. Illustrés par l’artiste brésilien José Francesco Borges, les contes du recueil Paroles vagabondes nous surprennent, nous stupéfient, nous enchantent et nous réjouissent.

Par de multiples fenêtres, nous découvrons des mondes singuliers. Les histoires sont diversifiées, mais plusieurs font partie d’un cycle: Fenêtre sur la parole, Fenêtre sur la mémoire, Fenêtre sur la mort, Fenêtre sur l’art, Fenêtre sur une femme, Fenêtre sur la musique, Fenêtre sur la ville. Comme les autres récits, les contes cycliques s’entremêlent les uns les autres.

Le recueil débute donc par une Fenêtre sur ce livre. Une introduction où le conteur présente l’illustrateur œuvrant dans son atelier artisanal de Bezerros. Une introduction où l’auteur raconte son association avec le graveur: Je lui conte les contes; et ce livre naît. Deux images accompagnent les propos de l’écrivain: un squelette tenant une guitare sous les rayons d’un demi-soleil; deux soleils rayonnants, superposés, se regardant mutuellement. La genèse et la nature du recueil étant ainsi posées, le lecteur peut partir à l’aventure…

Chaque fenêtre s’ouvre sur une histoire particulière. La première, par exemple, s’intitule Histoire des sept miracles. Trois mots bien évocateurs: histoire, sept, miracle.

Les protagonistes sont ainsi présentés dans le paragraphe initial: «Jamais il n’y eut femme aussi difficile ni homme plus sorcier entre l’embouchure de la rivière des Amazones et la Baie de tous les Saints. Pour gagner les faveurs de Maria, José accomplit sept miracles.»

Les épisodes mettent en scène le père de Maria, le seigneur du village, le fiancé de Maria, le défunt époux de Maria, le curé, le policier et le juge. Les sept péripéties sont enjolivées par des illustrations explicites. Ne dévoilons pas ici ces intrigues. Le conte se termine évidemment par une morale et un heureux dénouement.

Une histoire saisissante! À l’image des autres récits que le lecteur aura grand plaisir à découvrir par lui-même…

Les Paroles vagabondes: un regard percutant sur les humains, avec leurs bonheurs et leurs malheurs, leurs grandeurs et leurs faiblesses. Un regard vers l’extérieur pour mieux comprendre son intériorité, son identité propre, son humanité foncière.

Référence

Galeano, Eduardo. - Paroles vagabondes. - Gravures de José Francisco Borges. - Montréal: Lux Éditeur, 2010. - 334p. - ISBN 978-2-89596-107-0. - Bibliothèques de Montréal et BAnQ: Galeano G152p ou 863.64 G152p F2010.

Article connexe

Le livre des étreintes | Eduardo Galeano