19 décembre 2015

Les Suites pour violoncelle seul / Eric Siblin

Dès les premières notes, j’ai été conquis. Pardon! Dès les premiers mots, j’ai été captivé par le récit…

La structure de l’histoire racontée par Eric Siblin emprunte celle de la pièce composée par Jean-Sébastien Bach (1685-1750): «Les six Suites pour violoncelle comportent chacune six mouvements; elles commencent par un prélude et s’achèvent par une gigue. Entre les deux interviennent d’anciennes danses de cour – une allemande, une courante et une sarabande –, après lesquelles Bach insère une danse plus «moderne»: menuet, bourrée ou gavotte.» Chaque partie (suite) est illustrée par un extrait de sa partition. Chaque chapitre (mouvement) débute par une épigraphe. Le récit est empreint de détails historiques, d’anecdotes révélatrices et d’humour de bon aloi.

Première suite

Dans le Prélude, Eric Siblin consacre d’abord deux paragraphes à la partition de ce mouvement. Il raconte ensuite sa découverte des Suites pour violoncelle seul, puis les vicissitudes de la popularité de l’œuvre depuis le début du 18e siècle jusqu’à nos jours. Les notes sont absentes de l’Allemande. L’auteur aborde plutôt la méconnaissance de la biographie de Bach, tout en se concentrant sur le portrait du musicien peint par Elias Gottlob Haussmann en 1748. La Courante dévoile le milieu familial de Bach, sa formation musicale, ses premiers emplois et son premier mariage avec sa petite-cousine Maria Barbara Bach. L’auteur relate la genèse probable des Suites pour violoncelle seul, en décrivant les caractéristiques de chacun de ses mouvements. Au cours de ces années, Bach devient maître de chapelle à la cour princière de Cöthen. Avec la Sarabande, c’est l’occasion de parler du violoncelliste Pablo Casals (1876-1973), de ses parents et de sa formation musicale. Le Menuet révèle la découverte des Six Sontes ou Suites pour Violoncelle Seul par J. Seb.Bach par le jeune Pablo, en 1890, dans une libraire de la Carrer Ample (Barcelone). L’ascension de la carrière internationale du virtuose est ensuite détaillée, notamment à Barcelone, Madrid, Londres et Paris. Dans le dernier mouvement, la Gigue, l’auteur rend compte du premier Festival Bach annuel de Montréal.

Deuxième suite

Tout en contraste avec la suite initiale, la deuxième suite est triste. Le Prélude indique à la fois le contexte historique, le décès de Maria Barbara, et les caractéristiques de l’harmonie implicite pratiquée par Bach. L’Allemande débute par la montée en puissance de la Prusse et de sa capitale, Berlin. Un lien révélateur est ensuite établi entre les Concertos brandebourgeois et les Suites pour violoncelle seul. La Courante précise que Bach ne fut pas populaire en son temps. Son retour débuta seulement en 1829 par l’exécution de la Passion selon saint Matthieu dirigée par Félix Mendelssohn (1809-1847). La Sarabande est consacrée à la carrière internationale de Casals, de 1901 à 1914, et à sa liaison avec la violoncelliste Guilhermina Suggia (1885-1950). Le Menuet porte sur le mariage malheureux entre Casals et Susan Metcalfe (1878-1959), le retour en Catalogne du violoncelliste, la dictature de Miguel Primo de Rivera et le décès de sa mère tant aimée en 1931. Dans la Gigue, l’auteur montréalais rapporte ses recherches documentaires sur les Suites pour violoncelle seul à Barcelone, Vendrell et San Salvador, puis sa rencontre avec le grand violoncelliste contemporain Misha Maisky.

Troisième suite

Le Prélude débute d’une façon éclatante par le mariage de Bach avec la cantatrice Anna Magdelena Wilcken (1701-1760). L’Allemande marque un tournant dans la vie de Bach: les décès de ses frères, la diminution du budget musical alloué par le prince Léopol et le départ de la cour de Cöthen pour Leipzig en 1723. La Courante est dramatique, sanglante et meurtrière, car elle porte sur le début de la Seconde République espagnole (1931-1936). La ferveur républicaine et catalane de Casals est illustrée. La Sarabande n’est pas en reste: les fascistes déclenchent une guerre civile (1936-1939), assassinent et forcent à l’exil des centaines de milliers de leurs concitoyens. Casals fait appel à l’aide internationale pour secourir son pays et les victimes des fascistes. Au cours de cette période désespérante, il enregistre les Suites pour violoncelle seul chez EMI. Dans la Bourrée, l’auteur évalue les différentes versions enregistrées des suites depuis leur enregistrement initial par le pionnier Casals (2e et 3e en 1936, 1e et 6e en 1938, 4e et 5e en 1939). La Gigue présente Walter Joachim (1912-2001), ancien premier violoncelliste de l’Orchestre symphonique de Montréal (1953-1979): sa formation musicale en Allemagne, ses premiers emplois, son exil, puis sa carrière internationale. L’auteur raconte ensuite son apprentissage du violoncelle à la suggestion de Joachim.

Quatrième suite

Le Prélude relate le déménagement et l’installation de la famille Bach à Leipzig. Les nouvelles tâches de Bach, à titre de cantor, sont exigeantes et multiples. Au cours des cinq premières années dans cette ville, Bach compose plus de deux cents cantates et ses deux célèbres passions. L’auteur s’attarde longuement sur la Passion selon saint Jean dans l’Allemande. Un passage est consacré au chef actuel de l’Orchestre symphonique de Montréal, l’Américain d’ascendance japonaise Kent Nagano. Les querelles de Bach avec les autorités locales sont relatées dans la Courante, ainsi que quelques épisodes de sa vie familiale. La Sarabande se déroule au cours de la Seconde Guerre mondiale, alors que Casals vit retiré à Prades. Après la capitulation allemande, il est réclamé dans plusieurs villes. Il connaît de grands succès populaires, mais il décide rapidement de ne plus jouer à la suite de la reconnaissance du régime dictatorial espagnol par les pays occidentaux. La Bourrée est dédiée au Festival Bach de Prades, inauguré par Casals, à l’occasion du 200e du décès de naissance de Bach. L’auteur raconte sa participation à une Fin de semaine Bach au Centre musical du lac MacDonald dans les Laurentides au printemps 2008.

Cinquième suite

La consultation par Siblin de la partition de la [5e] Suite pour la Luth par J. S. Bach, à la Bibliothèque royale de Belgique, est décrite dans le Prélude. Le mouvement suivant, l’Allemande, est consacré à la Saxe et aux tentatives infructueuses de Bach pour obtenir un emploi à Dresde. Dans la Courante, l’auteur épilogue sur les carrières musicales des fils de Bach, l’identité de Schouster et une prestation des suites par Maria Magdelena Wiesmaier lors d’un séjour de Siblin à Leipzig. La Sarabande donne lieu aux deux mariages tardifs de Casals, le premier avec la veuve Franquita Vidal de Capdevilla, le second avec la jeune Portoricaine Marta Montañez. La participation de Casals dans la salle de l’Assemblée générale de l’ONU, en 1958, est célébrée dans la Gavotte. Les différentes transpositions de l’œuvre de Bach depuis le 18e siècle sont discutées dans la Gigue: «La conclusion, rabattue mais vraie, est que chaque époque réinvente Bach à sa façon.»

Sixième suite

Le Prélude souligne que cette suite a été créée pour un instrument à cinq cordes. Cette précision est suivie de la rencontre de Bach avec Frédéric le Grand en 1747, des dernières années du compositeur et des répercussions de son décès (1750) pour sa femme et ses cinq enfants encore à la maison. L’Allemande raconte les carrières des fils de Jean-Sébastien Bach, Gottfried Heinrich, Johann Christian, Carl Philipp Emanuel, Wilhelm Friedemann, Johann Christoph Friedrich, ainsi que la dispersion des œuvres de leur père. La Courante porte sur la transcription des Suites pour violoncelle seul, entre 1727 et 1731 par Anna Magdelena Wilcken. Le mystère de l’instrument à cinq cordes est soupesé dans la Sarabande. Les dernières années de Casals, son inhumation à Porto Rico puis à Vendrell sont rapportées dans la Gavotte. Dans dernier mouvement de l’œuvre, la Gigue, qui est aussi le dernier chapitre du livre, Siblin spécule sur l’éventuelle découverte du manuscrit autographe des Suites pour violoncelle seul.

Et puis les notes?

L’ouvrage d’Eric Siblin n’est pas un essai musical ou musicologique. C’est plutôt le fruit d’une recherche approfondie sur la genèse et les singularités des Suites pour violoncelle seul de Jean-Sébastien Bach et l’interprétation de cette œuvre par Pablo Casals et d’autres violoncellistes. C’est aussi le récit des biographies de ces deux musiciens et de quelques autres célébrités historiques ou contemporaines. C’est surtout un merveilleux livre sur le monde réel de musiciens célèbres. La richesse documentaire et le style de l’auteur rendent captivant l’ensemble de son exposé. Bref, une courtepointe d’une lecture fort agréable.

À titre indicatif, voici une sélection de passages consacrés spécifiquement aux notes et partitions des Suites pour violoncelle seul:

Suites 1-6 / 37-39, 163-164, 258, 262, 292, 299, 300-301
Suite 1 / 9-10, 258-259, 299
Suite 2 / 67, 69-71, 76, 79-80
Suite 3 / 115, 140-144, 151-153, 254, 260-262
Suite 4 / 159-160, 164, 171, 174
Suite 5 / 209-212, 234-236, 281-282
Suite 6 / 265-266, 317

Compléments

La table des matières figure à la fin du livre. La première partie liste les six chapitres correspondant aux six Suites pour violoncelle seul. La seconde a trait aux compléments: Notes (sources documentaires pour chaque mouvement de chaque suite), Bibliographie sélective (traductions en français ajoutées), Choix discographique, Remerciements, Index, notice biographique sur Eric Siblin. Des extraits d’une quinzaine de critiques sont cités après la table des matières.

Référence

Siblin, Eric. - Les Suites pour violoncelle seul. En quête d’un chef-d’œuvre baroque. - Traduit par Robert Melaçon. - Montréal: Groupe Fides, 2015 © 2009. - 374p. - (Biblio-Fides). - ISBN 978-2-7621-3906-8. - Bibliothèques de Montréal et BAnQ: 787.41858 B118s 2012 et 787.4092 S564c F2015. - [Citations, p. 16 et 257]. - L’ouvrage s’est mérité plusieurs prix.

Lecture complémentaire

Tranchefort, François-René, dir. - Guide de la musique de chambre. - Paris: Fayard, 2003 © 1989. - viii, 995p. - (Les indispensables de la musique). - ISBN : 978-2-213-02403-0. - Bibliothèques de Montréal et BAnQ: 785.017 G et 785.017 G946gu 1989. - [Johann Sebastian Bach, Les Suites pour violoncelle seul, p. 23-25].

Enregistrements

Des enregistrements des Suites pour violoncelle seul peuvent être empruntés dans les Bibliothèques de Montréal et à la Grande Bibliothèque. Par ailleurs, plusieurs enregistrements sont proposés sur la Toile.

Cartes

Jean-Sébastien Bach / 1749 - Leipzig - Denen Hoch Edelgebohrnen Magnificis Hochelden Vesten u. Hochgelarten auch Hochweisen Herren, Herren Burgemeistern, Proconsulibus Baumeistern, Syndico Stadt Richtern und Andern Hochanfebnl, Affefforibus des Hochlöbl. Stadt-Regiments u Derofelben Gerichte wird dieser Grundriss der Stadt Leipzig / von den Homannischen Erben / Héritiers de Homann, cartographe / Homannischen Erben, éditeur - Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France.

Pablo Casals / 1888 - Barcelone - Plano de Barcelona / gravé par R. Hausermann / Éditeur A. Piaget (Barcelona) - Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France - [La Carrer Ample s’appelait alors Calle Ancha; voir p. 49-50 et 104-105 dans le livre de Siblin].

Sur la Toile

Festival Bach Montréal
Le mystère des Suites pour violoncelle seul de Bach (Caroline Montpetit, Le Devoir, 28 avril 2012)

12 décembre 2015

La dérive des continents

La compréhension des cartes géologiques de l’Europe et du Québec, par exemple, requiert des connaissances minimales sur la genèse de la Terre, notamment sur la tectonique des plaques et la dérive des continents. À cet égard, une nouvelle publication mérite d’être soulignée.



Dans leur collection La Terre à portée de main, les Éditions EDP Sciences, viennent de publier un ouvrage de géologie destiné à un très large public: La valse des continents, par Patrick De Wever et Francis Duranthon.

Abondamment illustré, le livre aborde les sujets suivants: la formation et la structure de la Terre, la tectonique des plaques, les effets de la dérive des continents (ouverture océanique, séismes, volcanisme), la vitesse de déplacement des plaques, l’ouverture et la fermeture d’un océan, le casse-tête des continents, la valse des continents et la vie, l’histoire de la découverte de la dérive des continents. Des encadrés thématiques sont insérés ici et là tout au long des exposés.

Le corps de l’ouvrage est précédé par les remerciements, la table des matières, la Charte stratigraphique internationale (ICS) et l’introduction.

Le livre est complété par un glossaire, une illustration de la valse des continents depuis 500 millions d’années, des orientations bibliographiques, un index et la liste des ouvrages des mêmes auteurs.

Référence

De Wever, Patrick; Duranthon, Francis. - La valse des continents. - Paris: Édition EDP Sciences, 2015. - 90p. - (La Terre à la portée de main). - ISBN 978-27598-1182-3. - Bibliothèques de Montréal et BAnQ: 551.136 D518v 2015.

Cartes géologiques

1911 - Europe - Stanford's géological map of central Europe - K. Stanford (London), 43 x 29 cm - Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France (BnF)

1920 - Québec - Carte géologique de la province de Québec, Canada - Service des mines de la Province de Québec, 34 x 28 cm, «Reproduced from the "Geological map of the Dominion of Canada and Newfoundland" (Third Edition published by the Geological Survey, Canada.» - Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ)

Articles connexes

Notions de géologie
L’histoire géologique du Québec
Odyssée géologique du Canada
Expériences de géologie pour les jeunes
La géologie à petits pas
Cartes et coupes géologiques

Sur la Toile

Géologie (Répertoire de sites)
La tectonique des plaques existerait depuis bien plus de 800 millions d'années (Laurent Sacco, Futura-Sciences, 18 décembre 2015)

05 décembre 2015

Les nouvelles technologies

Une encyclopédique destinée aux jeunes curieux de découvrir les composantes et le fonctionnement des technologies nouvellement développées. La mise en page est exemplaire et tous les exposés sont bien illustrés.

Précédé d’un sommaire et d’une introduction, le livre compte six parties thématiques: Communication, Sports et loisirs, À la maison, Transports, Travail, Santé. Chacune de ces parties commence par une présentation générale du thème abordé. Une synthèse complète chaque partie. L’ouvrage est complété par des annexes: Chronologie, Inventeurs et précurseurs, Glossaire, Index, Iconographie.

L’introduction présente les techniques d’imagerie: la macrophotographie, le radar Doppler, l’échographie aux ultrasons, la radiographie aux rayons X, l’imagerie par résonnance magnétique (IRM), le microscope électronique à balayage, la photographie en infrarouge (thermographie), l’écorché, la strioscopie et la vue éclatée.

Signalons quelques technologies décrites et illustrées dans cette ressource documentaire:

Communication | Le téléphone portable, La reconnaissance vocale, La liaison vidéo

Sports et loisirs | Les chaussures de sport, Le ballon de football (soccer), La raquette de tennis, Les jeux vidéo, La guitare électrique

À la maison | Le miroir, Les cellules solaires, Le four à micro-ondes, Le rasoir électrique, L’aspirateur sans sac, Le robot domestique

Transports | La motocyclette, Le fauteuil roulant, Les sous-marins miniatures, L’avion à décollage vertical, La boîte noire, Le positionnement par satellite, La navette spatiale

Travail | Le stylo numérique, L’ordinateur portable, La carte-mère, La mémoire flash, Les robots industriels

Santé | La chirurgie robotisée, Le stimulateur cardiaque, Les prothèses, La vaccination, Les antibiotiques

Le glossaire contient plusieurs encadrés illustrés: Structure d’un atome, Le numérique, La génétique, Dans un ordinateur, Les lois du mouvement, Le spectre électromagnétique

Le livre s’adresse plus spécifiquement aux élèves de 6e année et aux élèves du secondaire.

Référence

Woofford, Chris et al. - Les nouvelles technologies qui nous changent la vie. - Montréal: ERPI, 2006. - 256p. - ISBN 978-2-7613-2156-1. - Bibliothèques de Montréal et BAnQ: 608 NOUV et 608 N9349 2006.

Sur la Toile

Commentaire descriptif (Gouvernement du Québec)

28 novembre 2015

Carte de la Conquête de l’Algérie (1830-1845)


La Bibliothèque numérique Gallica (BnF) a récemment mis en ligne une carte illustrant, du point de vue français, les quinze premières années de la conquête de l’Algérie.

Commençons par un survol de la carte. Elle contient les éléments cartographiques suivants: un contour, un cartouche de titre, une carte quadrillée, des commentaires, un cartouche de légende et quatre cartons. Il s’agit donc d’un document complexe. Voyons de plus près chacun de ces éléments. Selon la notice bibliographique, la carte a une dimension de 43 x 53,5 cm, sur une feuille de 54,5 x 73,5 cm.

Le contour est constitué d’un épais trait noir bordé de lignes noires plus fines. La carte du deuxième carton déborde au-delà du cadre. Des informations sont aussi indiquées à l’extérieur du contour: le prix de la carte (75 centimes), les coordonnées du graveur (L. Bouffard, 7, rue de Bagnoua), et les coordonnées de l’imprimerie lithographique (Lith. Lemercier, rue de Seine). L. Bouffard a été graveur sur pierre entre 1833 et 1855, tandis que l’entreprise parisienne Lemercier (1803-1901) était établie au 44, rue Vercingétorix, puis au 57, rue de Seine.

Le cartouche de titre contient les initiales du cartographe (L. B.), les noms des cartographes du modèle (Carette et Renou), l’année (1845), une échelle numérique (1/3 000 000) et une échelle graphique (100 000 mètres). Ernest Carette (1809-1890), historien et explorateur de l'Algérie, est diplômé de l'École polytechnique. Il arrive en Algérie en 1836 et publie cinq volumes sur l’Algérie (1844-1853). Émilien Renou (1815-1902), naturaliste et voyageur, participe à l'exploration scientifique de l'Algérie sous l'angle géographique et géologique, en 1840-1842. Il est envoyé en mission au Maroc en 1843. Il fut directeur de l'École des hautes études et membre de la Commission scientifique d'Algérie.

La carte est quadrillée et orientée vers le nord. Les degrés des coordonnées géographiques sont inscrits dans le cadre intérieur, le méridien d’origine étant celui de Paris. La limite nord est la mer Méditerranée et la limite sud est celle désert du Sahara d’après le capitaine du génie Carette, membre et secrétaire de la Commission scientifique d’Algérie. Du côté est, le territoire de la Régence de Tunis, et du côté ouest, l’Empire du Maroc. Plusieurs éléments de la géographie physique sont indiqués, tels l’hydrographie, les déserts, les oasis, des grottes et le relief (traits hachurés). Les éléments anthropiques sont nombreux: villes et villages, routes, puits, marchés, camps, sites de batailles, etc. Les limites administratives sont aussi indiquées. La typographie reflète l’importance relative des toponymes figurant sur la carte.

De longs commentaires sont écrits en bas de la carte, ainsi qu’une note. Le premier bloc d’explications décrits 1° les deux zones naturelles de l’Algérie, le Tell et le Sahara algérien, 2° les lacs salés, 3° les superficies des deux zones et la superficie totale de l’Algérie, 4° l’ouvrage de référence [publié en 1844]: Recherches sur la Géographie et le Commerce de l’Algérie méridionale, par E. Carotte, etc. Le second bloc d’explications concerne les principaux oueds (cours d’eau temporaires), dont ceux de Djedi, Mzab et Souf. La Note indique les sources cartographiques de l’auteur, soit les cartes publiées par le Dépôt de la Guerre et les travaux de Renou et Carette. Plusieurs commentaires sont inscrits directement sur la carte, tel celui-ci: «Sidi Ferush (point où débarquèrent les Français en 1830)». Les sites des batailles sont identifiés par deux épées croisées, comme la bataille de l’Isli (Maroc).

Le cartouche de légende, situé de part et d’autre de la carte, est considérable. Il contient trois éléments: le récit de la Conquête de l’Algérie par la France, les Signes conventionnels et les Échelles des plans. Le récit contient trois parties: 1° les prétextes invoqués par la France pour attaquer, conquérir, occuper et exploiter l’Algérie, 2° les péripéties des batailles contre les Algériens, dont l’asphyxie de la tribu Ouled Ryah dans les grottes de Ghar El Frachich (19 juin 1845), 3° la conclusion: «Tel est le tableau succinct de cette conquête qui, en ajoutant à la gloire déjà si grande de nos armées, a donné à la France la plus belle et la plus riche colonie qu’elle put jamais souhaitée avoir. (O. MacCarthy, août 1845)». Les signes conventionnels ont trait aux routes et à la limite du Tell et du Sahara algérien. Les quatre échelles numériques et graphiques des quatre plans complètent la légende.

Les cartons contiennent les plans des environs d’Alger, Blidah, Bône et Oran. Les rades, le relief, les routes, les rues, l’alimentation en eau potable, les fortifications et les installations militaires sont particulièrement mis en évidence.

Cette carte constitue un document intéressant pour l’étude de la Conquête de l’Algérie par la France. Son contenu fait notamment l’objet d’un essai récent par Florence Duprest, sans compter les conséquences durables de l’impérialisme français en Algérie.

Carte

Carte de l'Algérie d'après Mrs Carette et Renou (1845) - Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France. - Les indications biographiques sont tirées de notices connexes affichées sur le site de la BnF.

Référence

Duprest, Florence. - «Tell et Sahara: le palimpseste d’un premier découpage de l’Algérie coloniale». - Dans Blais, Hélène; Deprest, Florence; Singaravélou, Pierre; dir. - Territoires impériaux. Une histoire spatiale du fait colonial. - Paris: Publications de la Sorbonne, 2011. - 336p. - ISBN 978-2-85944-675-8. - P. 25-57.

Cartes complémentaires à celles illustrant l’essai de Florence Duprest: Algérie (L. Bouffard, 1846) et Algérie (Auguste-Henri Dufour, 1846).

21 novembre 2015

Les monts Qiao et Hua


Une photographie de la peinture chinoise Couleurs d'automne sur les monts Qiao et Hua (1295), du célèbre artiste Zhao Mengfu (1254-1322), est actuellement exposée à la Galerie de l’UQÀM. Le rouleau original est conservé au Musée du palais national de Taipei (Taiwan). Il a été peint sous la dynastie des Yuan (1279-1368): encre et couleurs sur papier, 28,4 cm x 90,2 cm.

Selon Danielle Elisseff, cette très illustre peinture […] met en balance les deux pics coniques du mont Hua, caractéristiques de l’un des plus célèbres paysages du Shandong, et la masse allongée de la falaise du mont Qiao. Elle a été exécutée de mémoire pour un ami originaire du Shandong, alors que Zhao Mengfu avait quarante et un ans.

La composition contient à la fois des calligraphies et un dessin. La dédicace de l’œuvre est écrite à la gauche du dessin. Les textes figurant dans le ciel, écrits par d’autres lettrés, sont postérieurs. De nombreux colophons ont été apposés sur le rouleau, dans toutes les parties de l’œuvre.

Trois plans divisent l’espace du dessin: au premier plan, la plaine (cours d’eau et végétation); au deuxième plan, les massifs montagneux; au troisième plan, le ciel. Aux premier et deuxième plans, on trouve quelques personnages et animaux minuscules.

Le dessin proprement dit est constitué de trois scènes, dans le sens de la lecture, de droite à gauche: le paysage du mont Hua («bouton de lotus»), un paysage transitoire et le paysage du mont Qiao («pie»). Le déroulement progressif du rouleau révèle des traits particuliers à chaque zone.

La première partie est caractérisée par la présence prééminente du mont Hua. Bien que minéral, celui-ci est traversé par des veines, tel un organisme vivant. Deux rangées d’arbres bordent la rivière sur laquelle des hommes naviguent à bord de petites embarcations.

La deuxième zone est dominée par l’élément végétal composé d’arbustes et d’arbres. Ici aussi, la présence humaine est miniaturisée. C’est une zone transitoire qui conduit à la troisième partie du rouleau.

La dernière scène est plus complexe et, dans un certain sens, équilibrée. Trois éléments sont également marquants: l’élément minéral (le mont Qiao), l’élément végétal (quelques regroupements d’arbres) et l’élément humain (plusieurs bâtiments élevés avec des matériaux naturels). Des personnes sont aussi présentes, d’une façon toujours aussi minimisée, mais cette fois en manifestant leurs occupations: la pêche (filet et clôture) et l’élevage (quelques animaux).

Les personnes ne sont pas illustrées à l’échelle, mais leur présence est significative. Au point de départ, en ouverture du rouleau, leur arrivée en naviguant sur l’eau vers le mont Hua. Ensuite, la poursuite de leur voyage le long de la forêt de la zone transitoire. Enfin, dans une scène conclusive, leurs occupations vitales (pêche et élevage) et leurs habitations au pied du mont Qiao. Le récit de la peinture suit donc le déroulement progressif du rouleau.

La peinture Couleurs d'automne sur les monts Qiao et Hua est présentée dans le cadre de l’exposition Hank Bull - Connexion, du 23 octobre au 5 décembre 2015. Elle est disposée sur une montre élevée et vitrée, tel un trésor, dans une salle de grandeur moyenne. Sur un mur de cette salle, un large écran où un double film est projeté. Deux haut-parleurs latéraux diffusent de la musique. Un banc sans dossier est installé entre l’écran et la peinture.


L’écran est divisée en deux parties égales, chaque surface voyant défilé à un rythme très rapide des séquences des monts Qiao et Hua filmées en 1996. Les prises de vue ont été réalisées au cours de la seconde phase de l’histoire de la République populaire de Chine, celle d’un régime politique autoritaire dans le contexte d’une économie capitaliste (1978 à nos jours). Elle fait suite à la phase initiale de la RPC, celle d’un régime totalitaire dans le contexte d’une économie collectiviste (1949-1978).

Les contrastes entre ces deux visions des monts Qiao et Hua, à sept siècle de distance, sont frappantes. La scénographie de la pièce où elles sont présentées est d’ailleurs éloquence à cet égard. Les deux productions sont opposées, comme le schéma l’indique. Impossible pour le visiteur de les voir en même temps. Il y a une scène de liaison entre les deux monts dans la peinture, alors que cette transition est carrément supprimée dans la vidéo. La vision picturale est harmonieuse, la vision cinématographique est hachée.

Le lecteur de la peinture doit se tenir debout pour observer le rouleau de Zhao Mengfu, tandis qu’il peut s’assoir pour visionner le double film. L’activité intellectuelle est sollicitée par la lecture de la peinture, alors que le visionneur du double film voit passivement défiler les séquences vidéo sans lien apparent.

La peinture suscite l’observation et la réflexion en fonction de paysages pastoraux successifs, en contraste avec les séquences visuelles qui reflètent une société devenue capitaliste. Certaines images de Bull rappellent la société traditionnelle, basée notamment sur l’agriculture et sur le respect de la nature, mais dans l’ensemble les images illustrent la société contemporaine: mécanisation, rapidité, pollution, etc.

Le point d’observation du visiteur est central, mais son regard doit porter seulement, alternativement ou successivement, sur le passé (peinture de Zhao Mengfu) ou sur le présent (vidéo de Hank Bull). La scénarisation de l’exposition met en relief ces deux phases contrastées de la civilisation (chinoise).

Le catalogue de l’exposition contient quatre photos tirées de la vidéo de Bull, deux sur le mont Qiao et deux sur le mont Hua. Elles sont accompagnées de cette légende: «Le monde change, mais les montagnes demeurent, 1997-2012».

Image

Zhao Mengfu / Couleurs d'automne sur les monts Qiao et Hua (1295) - (Wikipédia) (Wikipedia Commons)

Références

Billeter, Jean-François. - L’art chinois de l’écriture. Essai sur la calligraphie. - Milan: Skira, 2001. - 324p. - ISBN 88-8491-072-2. - [Voir p. 122-123]. - BAnQ: 745.61995 B597as 2001.

Cahill, James. - La peinture chinoise. - Genève: Éditions d’Art Albert Skira, 1977. - 214p. - (Les trésors de l’Asie). - [Voir: «Les premiers peintres Yuan Ts’ien Siuan, Tchao Mong-fou, Kao K’o-kong», p. 99-105; reproduction partielle de la peinture Couleurs d’automne sur les monts Ts’iao et Houa, p. 103]. - BAnQ: 759.951 C132pe2 1977.

De Blois, Ariane. - Hank Bull - Connexion. - Montréal: Galerie de l’UQÀM, 2015. - 18p. - (Carnet n° 15). - ISBN 978-2-920325-54-8. - BAnQ: à venir.

Elisseeff, Danielle. - Histoire de l’art: la Chine, des Song (960) à la fin de l’Empire (1912). - Paris: École du Louvre / Réunion des musées nationaux. - 382p. - (Manuels de l’École du Louvre). - ISBN 978-2-9041-8728-6 et 978-2-7118-5520-9. - [Voir: «Notice 35: Couleurs d’automne sur les monts Qiao (Que) et Hua (Zhao Mengfu)», p. 171 et reproduction de la peinture p. 172]. - BAnQ: 709.51 E432h 2010.

Jarrige, Jean-François; Desroches, Jean-Paul; Giès, Jacques; commissaires. - Trésors du Musée national du Palais, Taipei. Mémoire d’Empire. - Paris: Galeries nationales du Grand Palais, 20 octobre 1998 - 25 janvier 1999. - xxxii, 424p. - ISBN 2-7118-3651-7. - [Voir: «Peinture chinoise et représentation du monde» (par Jacques Giès; reproduction de la peinture Couleurs d’automne sur les monts Qiao et Hua), p. 248-259, et «Zhao Mengfu (1254-1322), dynastie Yuan» (par Wang Yao-Ting), p. 317-320]. - BAnQ: 709.51074 M9864t 1990.

Wendt, Pan; Low, Joni; Guilbaut, Serge. - Hank Bull: Connexion. - Charlottetown (Île-du-Prince-Édouard): Musée d’art du Centre de la Confédération et Burnaby Art Gallery, 2015. - 160p. - ISBN 972-0-920089-87-3. - [Catalogue de l’exposition]. - [Citation, p. 72]. - [Informations inscrites sur le cartel: Hank Bull, Autumn Colours After Zhao Mengfu, 2012, vidéo 19 min, paysage visité et filmé en 1996]. - BAnQ: à venir.

Wilkinson, Endymion. - Chinese History: A New Manual. - Cambridge (Massachusetts): Harvard University Asia Center / Harvard University Press, 2013 © 2012. - xxiv, 1126p. - (Harvard-Yenching Institute Monograph Series 84) - ISBN 978-0-6740-6715-8. - [Voir: «Painting», p. 415-417, et «Yuan (1260-1368)», p. 775-787]. - BAnQ: 951 W6864c 2012.

Zhuang Jiayi; Nie Chongzheng. - La peinture chinoise. Témoin muet, mais éloquent, de la civilisation chinoise. - Traduit par Tang Jialong. - Beijing: China Intercontinental Press, 2000. - 174p. - (Que sais-je sur la Chine?). - ISBN 978-7-80113-717-5. - [Voir: «L’ascension des peintres-lettrés - Zhao Mengfu, leur représentant», p. 81-89]. - BAnQ: à venir.

Sur la Toile

Autumn Colours, after Zhao Mengfu (Dr. Sun Yat-Sen Garden Society of Vancouver)

Galerie de l’UQÀM (Exposition Hank Bull. Connexion)

Un communiqué, par Maude N. Béland, et l'excellent guide pédagogique Hank Bull - Connexion, rédigé par Ariane De Blois, sont remis aux visiteurs de l’exposition.

Article connexe

La scène riveraine (Zhang Zeduan)

14 novembre 2015

Panorama de l’archivistique contemporaine

Cet ouvrage constitue un hommage à la carrière de Carol Couture qui, à la fois comme archiviste, administrateur et professeur, a consacré sa vie professionnelle à la reconnaissance des archives, au développement de l’archivistique et à la promotion de la profession d’archiviste.

Précédés par une photo du dédicataire et la Table des matières détaillée, les Mélanges offerts à Carol Couture sont introduits par Louise Gagnon-Arguin et Marcel Lajeunesse, professeurs associés à l’École de bibliothéconomie et des sciences de l’information (EBSI) de l’Université de Montréal. Deux annexes suivent cet exposé.

Ce livre hommage, publié aux Presses de l’Université du Québec (PUQ), dans la collection Gestion de l’information, compte quatre parties: Les témoignages, Les archives, L’archivistique et Les archivistes. Chacun des textes des trois dernières parties est précédé d’un résumé et suivi d’une bibliographie. L’ouvrage est complété par les Notices biographiques des vingt-quatre contributeurs. Tout au long de l’ouvrage, on trouve la répétition du titre de l’ouvrage en bas de page de gauche et le titre courant de chapitre en bas de page de droite.

Le lancement de l’ouvrage Panorama de l’archivistique contemporaine s’est déroulé le 5 octobre 2015, au Pavillon Lionel-Groulx de l’Université de Montréal, en présence de Carol Couture et d’un grand nombre d’invités.

Introduction

L’introduction présente la carrière marquante (1970-2012) et les réalisations professionnelles de Carol Couture, ainsi que le contenu diversifié du recueil de textes. L’annexe sur les Contributions scientifiques de Carol Couture est exhaustif: livres, chapitres de livres, rapports de recherche et autres publications, articles de revues scientifiques et professionnelles, actes de congrès, comptes rendus et autres contributions, articles de journaux, outil pédagogique (série d’émissions télévisées), communications. Les Fonctions et postes occupés par Carol Couture sont présentés d’une façon chronologique dans la seconde annexe.

I - Les témoignages

La première partie de l’ouvrage est à la fois instructive et touchante sur la personnalité et les contributions de Carol Couture. À cet égard, soulignons le témoignage émouvant de Jacques Boucher, le récit factuel de Marcel Lajeunesse sur les innovations et engagements de Carol Couture dans l’enseignement, la recherche et les publications en lien avec l’archivistique, la reconnaissance de Lise Bissonnette dans le contexte de la création de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ), et le rôle dynamique de Carol Couture dans différentes associations relaté par Louise Gagnon-Arguin, notamment au sein de l’Association des archivistes du Québec (AAQ).

II - Les archives

Cette partie contient six textes abordant des thématiques variées. Yvan Lamonde (Université McGill) décortique la constellation mémoire, lieux de mémoire, commémoration et patrimoine. James Lambert (Université Laval) analyse les commémorations universitaires liées à François de Laval. Diane Bergeron (Université de Montréal) et Denys Chouinard (archiviste retraité) racontent l’histoire de la Déclaration québécoise sur les archives (2006), puis celle de la Déclaration universelle des archives (2019). Yvon Lemay (Université de Montréal) met en valeur l’exploitation des archives à des fins de création. Mario Robert (Ville de Montréal) préconise l’utilisation des médias sociaux par les centres d’archives pour la diffusion de leurs produits et services. Hélène Cadieux (BAnQ) dresse un bilan des archives privées au Québec (1989-2014).

III - L’archivistique

Cette partie contient sept textes sur des volets majeurs de l’archivistique. Theo Thomassen (Université d’Amsterdam) traite de l’avènement de la discipline archivistique parmi les programmes des sciences de l’information. Robert Nahuet (Bibliothèque et Archives Canada) réaffirme la pertinence du concept de fonds d’archives et le principe de respect des fonds. Sabine Mas (Université de Montréal) présente trois axes de recherche sur la problématique de la classification archivistique: la gestion personnelle de l’information, les modèles classificatoires à facettes et les modèles classificatoires hiérarchiques. Basma Makhlouf Shabou (Haute École de gestion de Genève) aborde cinq approches principales, les enjeux actuels et les défis futurs de la fonction d’évaluation des archives. Normand Charbonneau, Florian Daveau, François David et Frédéric Giuliano (BAnQ) consacrent leur exposé à la diffusion et la mise en valeur des archives, en lien avec le travail et l’environnement (numérique) de l’archiviste de référence. À partir de leur expérience de la gestion intégrée des documents (GID), Cynthia Couture et André Gareau (Université du Québec à Montréal) revisitent les trois grands volets de l’ouvrage de base Les archives au XXe siècle (Couture et Rousseau, 1982): archives et société, archives et administration, archives et recherche. Bruno Delmas (École nationale des chartes) décrit la diplomatique en rendant compte de son évolution, de ses composantes et de son importance.

IV - Les archivistes

Cette partie contient deux textes sur la dimension professionnelle des archivistes. Paul Servais (Université catholique de Louvain) décrit les Journées des Archives en deux temps: 1° l’origine, l’évolution et le fonctionnement de ces rencontres annuelles (buts, thèmes, problématiques, contributeurs); 2° les préoccupations transversales récurrentes (dématérialisation de l’archive; formation, identité et rôle social de l’archiviste). Didier Grange (Ville de Genève) étudie le phénomène associatif des archivistes en plusieurs points, dont ceux-ci: l’augmentation du nombre d’associations, leur présence sur tous les continents et leur implication dans la formation de base et continue de leurs membres. En conclusion, il considère que les associations professionnelles «sont devenues plus que jamais un acteur incontournable de la scène archivistique contemporaine et du destin de la profession d’archiviste».

Appréciation

Ces Mélanges regroupés sous la direction de Louise Gagnon-Arguin et Marcel Lajeunesse sont exemplaires. Ils rendent à juste titre un vibrant hommage à l’une des figures majeures de la vie culturelle du Québec contemporain. De plus, les textes sur les archives, l’archivistique et les archivistes reflètent le dynamisme de l’archivistique contemporaine auquel Carol Couture a contribué tout au long de sa fructueuse carrière, ici comme sur la scène internationale.

Référence

Gagnon-Arguin, Louise; Lajeunesse, Marcel; dir. - Panorama de l’archivistique contemporaine. Mélanges offerts à Carol Couture. - Québec: Presses de l’Université du Québec, 2015. - xiv, 332p. - (Gestion de l’information). - ISBN 978-2-7605-4337-9. - [Citation liminaire, 4e page de couverture]. - [Crédits / Conception graphique: Richard Hodgson et Michèle Blondeau; Mise en page: Le Graphe; Photographie de Carol Couture: Louise Leblanc].

Sur la Toile

Quelques-uns des sites cités dans les Mélanges :

Bibliothèque et Archives nationales du Québec (Portail)
Bibliothèque et Archives nationales du Québec (YouTube)
Archivistique et gestion documentaire (BAnQ)
BAnQ Films d’archives (YouTube)
Blogues de BAnQ
Généalogie (BAnQ)
Historypin (Collections d'images) (BAnQ)
BAnQ(Facebook)
BAnQ (Twitter)
Wikipédia:BAnQ

Archives de Montréal (Ville de Montréal)
Archives de l’Université (Université catholique de Louvain) (UCL)
Archives nationales (ANF) (France)
Association des archivistes du Québec (AAQ)
Association internationale des archives francophones (AIAF)
Bibliothèque et Archives Canada (BAC)
Commission franco-québécoise sur les lieux de mémoire communs (CFQLM)
Conseil canadien des archives (CCA)
Conseil international des archives (CIA)
Division de la gestion de documents et des archives (Université de Montréal)
Division de la gestion des documents administratifs et des archives (Université Laval)
École de bibliothéconomie et des sciences de l’information (EBSI)
École nationale des chartes (ENC)
Gestion intégrée des documents(GID)
Haute École de gestion (HEG-Genève)
Laboratoire d’histoire et de patrimoine de Montréal (LHPM)
Musée McCord
Portail international archivistique francophone (PIAF)
Réseau de diffusion des archives du Québec (RDAQ)
Réseau des services d'archives du Québec (RSAQ)
Service des archives et de gestion des documents (UQÀM)

Article connexe

L’archivistique à l’ère du numérique (Carol Couture et Marcel Lajeunesse)

07 novembre 2015

Exposition / Pièces de collections

BAnQ présente une nouvelle exposition à la Grande Bibliothèque, dans la salle chaleureuse et prestigieuse de la Collection nationale. Elle révèle des trésors patrimoniaux sous cinq thèmes exploratoires: Parcourir, Résister, Croire, Comprendre et Créer.

Les artefacts sélectionnés sont de différents types: livres anciens et récents, ouvrages périodiques, cartes géographiques et postales, iconographies anciennes, programmes de spectacles, affiches, enregistrements sonores, estampes et livres d’artistes. Au fil des mois, de nouveaux documents seront substitués, d’où une exploration en continu de notre riche patrimoine.

Voici un aperçu des trésors nationaux exposés au cœur de la plus grande institution culturelle du Québec. Les dates en italiques sont approximatives. Les cartels de l’exposition et les notices bibliographiques du Catalogue Iris fournissent des informations détaillées sur chaque artefact, ainsi que les édifices où ils peuvent être consultés. Par ailleurs, certains artefacts sont affichés sur la Toile, dans la Collection numérique de BAnQ.

Bonne exploration!

Accueil

Un texte de présentation accompagne la grande annonce de l’exposition. Par ailleurs, une longue frise du temps illustre les jalons marquants de l’histoire parallèle de la Bibliothèque Saint-Sulpice (1915-1967) et de la Bibliothèque centrale de Montréal (1917-2005), jusqu’à la création de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (2006). À cet égard, le magnifique livre de Denis Goulet, Bibliothèque et Archives nationales du Québec: un siècle d'histoire, est mis la disposition des visiteurs.

1 / Parcourir

Livres

1509 - Martin Waldseemüller - Cosmographie introductio: cum quibusdam Geometrie ac Astronomie principijs ad eam rem necessarijs. Insuper quattuor Americi Vespucij nauigationes. Uniuersalis Cosmographie descriptio tam in solido [quam in] plano / eis etiam insertis que Ptholomeo ignota / a nuperis reperta sunt. Cum deus astra regat / et terre climata Cesar Nec tellus / nec eis sydera maius habent. - BAnQ: 970.4 W168co D 1509 BMRA

1558 - André Thévet - Les Singularitez de la France antarctique autrement nommée Amerique : & de plusieurs terres & isles decouvertes de notre temps / par F. André Thevet natif d'Angoulesme. - BAnQ: 970 A555si2 1558 BMRA

1703 - Louis Armand de Lom d'Arce, baron de Lahontan - Nouveaux voyages de Mr le baron de Lahontan dans l'Amérique septentrionale: tome premier. - BAnQ: RES/AF/185 - v.1

1744 - Pierre-François-Xavier Charlevoix - Histoire et description générale de la Nouvelle France avec le journal historique d'un voyage fait par ordre du Roi dans l'Amérique septentrionnale [sic]. - BAnQ: 971.03 C478hi2 1744 BMRA - v.1

1807 - George Heriot - Travels through the Canadas: containing a description of the picturesque scenery on some of the rivers and lakes; with an account of the productions, commerce, and inhabitants of those provinces. To which is subjoined a comparative view of the manners and customs of several of the Indian nations of North and South America / by George Heriot ... Illus, with a map and numerous engravings from drawings made at the several places by the author. - BAnQ: 917.1 H547tr 1807 BMRA

Carte

1650 - Nicolas Sanson - Amerique septentrionale. - BAnQ: G/3300/1650/S35 CAR - [Collection numérique]

Image

1777 - Hervey Smyth - A view of the Pierced Island, a remarkable rock in the Gulf of St. Lawrence two leagues southward of Gaspee Bay [image fixe]: engraved for Middleton's Complete system of geography / [drawn by Hervey Smyth; etched by P. Canot]. - BAnQ: ID 2000 - [Collection numérique]

2 / Résister

La guerre de la Conquête (1754-1760)

Livre

1769 - John Knox - An Historical journal of the campaigns in North-America, for the years 1757, 1758, 1759, and 1760: containing the most remarkable occurences of that period; particularly the two sieges of Quebec, & c. & c.; the orders of admirals and general officers; descriptions of the countries ... - BAnQ: RES/AC/4 - v.2

Image

1760 - Hervey Smyth - A view of the landing place above the town of Quebec describing the assault of the enemy post, on the banks of the River St. Lawrence, with a distant view of the action between the British & French Armys, on the Hauteurs d'Abraham, Sepbr 13th, 1759 [image fixe] / Capt. Her.y Smyth, delin.; Frances Swain, pinxit ; P.C. Canot, sculpt. - BAnQ: ID 1531 - [Collection numérique]

Les Rébellions des patriotes (1837-1838)

Livre

1832 - Copies of official communications, reports and other documents: Having reference to the occurences whoch took place in Montreal on the 1st May, 1832, and during and after the election of a representative for the West ward of the said city. - BAnQ: 325.154 P489pe D 1832 BMRA FOL

Image

1832 - Jacques Viger - Plan of Place d'Armes and St. James Street at Montreal for the elucidation of the events of the 21st May, 1832. - BAnQ: G 3454 M65:3O93 F9 1832 V53 CAR pf - [Collection numérique]

3 / Croire

L’évangélisation des Amérindiens

1616 - Pierre Briard - Relation de la Novvelle Frances, de ses terres, naturel du païs, & de ses habitans: item, du voyage des Peres Iesuites ausdictes contrées, & de ce qu'ils y ont faict iusques à leur prinse par les Anglois / faicte par le P. Pierre Biard, Grenoblois de la Compagnie de Iesvs. - BAnQ: 971.023 B579re 1616 BMRA

1632 - Gabriel Sagard - Le grand voyage du pays des Hurons, situé en l'Amerique vers la Mer douce, és derniers confins de la nouvelle Francè, dite Canada. Où il est amplement traité de tout ce qui est du pays, des moeurs & du naturel des Sauvages, de leur gouvernement & façons de faire, tant dedans leurs pays, qu'allans en voyages: de leur foy & croyance; de leurs conseils & guerres, & de quel genre de tourmens ils font mourir leurs prisonniers. Comme ils se marient & eslevent leurs enfans: de leurs medecins & des remedes dont ils usent à leurs maladies: de leurs dances & chansons: de la chasse, de la pesche, & des oyseaux & animaux terrestres & aquatiques qu'ils ont. Des richesses du pays: comme ils cultivent les terres, & accommodent leur Menestre. De leur deüil, pleurs & lamentations, & comme ils ensevelissent & enterrent leurs morts. Avec un Dictionnaire de la langue Huronne, pour la commodité de ceux qui ont à voyager dans le pays, & n'ont l'intelligence d'icelle langue. / par F. Gabriel Sagard Theodat... - BAnQ: 971.025 S129gs 1632 BMRA

1681 - Marie de l’Incarnation - Lettres de la vénérable mère Marie de l'Incarnation...: divisées en deux parties; [et publiées par Claude Martin]. - BAnQ: 971.028 M334Lem 1681 BMRA

L'Église catholique

Livres

1765 - Église catholique - Catechisme du diocese de Sens. / Par Monseigneur Jean-Joseph Languet, archevêque de Sens. - BAnQ: RES/AF/19 Ex.2 | Premier livre imprimé au Québec

1800 - Église catholique - Le Graduel romain a l'usage du Diocèse de Quebec. - BAnQ: 093.71 E31gr D 1800 BMRA

Images

1690 & 1711 - Old Church-Lower Town Market. Notre Dame des Victoires, 1690 & 1711. - Photogravure. - BAnQ: ID 251 - [Collection numérique]

1800 - Bird's eye view of the Ursuline's convent [Le couvent des Ursulines de Québec à vol d’oiseau]. - Photogravure. - BAnQ: ID 267 - [Collection numérique]

1879 & 1893 - Eglise de Notre Dame de Montréal, (Canada). - Lithogravure en couleur. - BAnQ: ID 1019 - [Collection numérique]

4 / Comprendre

1664 - Pierre Boucher - Histoire véritable et naturelle des mœurs et productions du pays de la Nouvelle France, vulgairement dite le Canada. - BAnQ: 917.1 B753hi D 1664 BMRA

1670 et 1700 - Louis Nicolas - Les Raretés des Indes: «Codex canadiensis»: album manuscrit de la fin du XVIIe siècle contenant 180 dessins concernant les indigènes, leurs coutumes, tatouages, la faune et la flore de la Nouvelle-France, plus deux cartes / [Charles Bécard de Granville]; reproduit intégralement, en fac-similé, par le procédé d'héliotypie Léon Marotte; précédé d'un avant-propos par le baron Marc de Villiers. - BAnQ: RES/CA/620 1-2

1775 - François Joseph Cugnet - Traité de la police. Qui a toujours été suivie [sic] en Canada, aujourd'hui province de Québec, depuis son établissement jusqu'à la conquête, tiré des diférens [sic] réglemens, jugemens et ordonnances d'intendans, à qui par leurs commissions, cette partie du gouvernement était totalement atribuée [sic], à l'exclusion de tous autres juges, qui n'en pouvaient connaitre qu'en qualité de leurs subdélégués. Traité qui pourrait être de quelqu'utilité aux grands voyers, et aux juges de police en cette province. - BAnQ: 093.71 C965tt D 1775 BMRA

1777 - Fleury Mesplet - Almanach encyclopédique, ou Chronologie des faits les plus remarquables de l'histoire universelle, depuis Jesus-Christ; avec des anecdotes curieuses, utiles & intéressantes. - BAnQ: RES AG 30

1792 - Samuel Neilson - Le magasin de Québec. - BAnQ: 071.14471 Q319 D 1792 BMRA vol. 1

1803 - André Michaux - Flora boreali-americana: sistens caracteres planatarum quas in America septentrionali collegit et detexit: tabulis aeneis 51 ornata / André Michaux; typis Caroli Crapelet. - BAnQ: RES/AD/80 v.2 ex.1

1819 – Thomas Doige - An Alphabetical list of the merchants, traders, and housekeepers, residing in Montreal. To which is prefixed, a descriptive sketch of the town. - BAnQ: 093.71 D657aL3 D 1819 BMRA Ex.2

5 / Créer

Les reliures d’art

1940 - Sarah Larkin - Dimo et autres histoires de bêtes. - BAnQ RES/CA/801

1950 - Roland Giguère - 3 pas / [Roland Giguère]; [4 gravures de Conrad Tremblay]. - BAnQ: RES/CD/152 Ex. 2

1954 - Boris Kochno - Le ballet / avec la collab. de Maria Luz; lithographie originale de Picasso. - BAnQ: 792.8 K812ba

1960 - Gilles Hénault - Voyage au pays de mémoire: poèmes en prose / Gilles Hénault; avec six eaux-fortes originales de Marcelle Ferron. - BAnQ: RES/CC/17

1967 - Émile Nelligan - Poésies. - BAnQ: RES/CB/46 Ex. 2

1978 - Marc-Antoine Nadeau - The facinating [sic] life of midshipman swift on board his majesty's ship the Sorethroath. - BAnQ: RES/CF/14 Ex.2 pl. 3, 4 et 6

1990 - Denise Desautels - Black words / [poèmes de] Denise Desautels; [impressions laser et dessins originaux de] Betty Goodwin; [architecture et conception graphique de Judith Poirier]. - BAnQ: RES/CD/224 Ex. 2

1997 - Anne Hébert - Poèmes pour la main gauche. - BAnQ: RES/RA/264

1997 - Michèle Lemieux - Gewitternatch [Nuit d’orage]. - BAnQ: 833.914 L5542g 1997

2013 - Michel Rabagliati - Paul à la campagne. - BAnQ: 741.59714 R112p 2013 FOL

L’art de l’estampe (et de l’affiche)

1861 - Théâtre Royal - Première représentation de la Compagnie française! du Théâtre français de New York. - BAnQ: FV 119 - [Collection numérique]

1948 - Henri Paul - Tit-Coq, pièce en trois actes de Gratien Gélinas. - BanQ: PRO GELGRA 1949.00.00 x

1974 - Claude Gaudreau - La charge de l’orignal épormyable. - BanQ: AFF Q C 004068 - [Collection numérique]

1987 - FIJM - Alcan présente le Festival international de jazz de Montréal en collaboration avec Labatt bleue [image fixe] : 8e édition... - BAnQ: AFF Q C 001071 - [Collection numérique]

1988 - René Donais - Rubennippon [Titre en japonais]. - BAnQ: EST DON.R D TITREE 009080 - [Collection numérique]

1997 - Lucie Jolicœur - «Il condottiere». - BAnQ: EST JOL.L C CONDOT 004465 - [Collection numérique]

2002 - Marc Garneau – Mehr. - BAnQ: EST GAR.M D MEHR 008107 - [Collection numérique]

2005 - Manuel Lau - Les amours chiens. - BAnQ: EST LAU.M01 C AMOURS 009433 - [Collection numérique]

2007 -Déborat Chapman - Silence entre les mots. - BAnQ: EST CHA.D01 B SILENC 010763 - [Collection numérique]

2010 - Lucie Jolicœur Côté - Prime luci dell'alba. - BAnQ: EST JOL.L C PRIMEL 011471

La collection de musique

1904 - Emma Albani - Sweet Bird. - BAnQ: OPE 99 0614

1929 - La Bolduc - Jonny Monfarleau. - BAnQ: DIS-78/02137

1942 - Alys Robi - Tico Tico. - BAnQ: DIS-78/00479/CPF

1951 - Félix Leclerc - Le train du Nord. - BAnQ: DIS-78/00839

1965 - Gilles Vigneault - Mon pays. - BAnQ: DIS-78/02808

1968 - Léopold Simoneau et Pierrette Alarie - Non, c’en est trop. - BAnQ: OPE 1 Q52c

Appréciation

L’exposition Pièces de collections favorise la (re)découverte et la contemplation d’objets patrimoniaux, mais elle est aussi et davantage une invitation à étudier ces artefacts, à les contextualiser dans notre histoire nationale. Ce faisant, elle contribue activement à notre vie culturelle, à l’histoire toujours en marche du peuple québécois.

Cette exposition a été conçue et réalisée sous la direction de Nicole Vallières, directrice de la programmation culturelle à BAnQ. Le commissariat est assumé par Michèle Lefebvre, en collaboration avec quelque vingt-cinq membres du personnel. Soulignons en particulier la contribution des personnes suivantes pour leur soutien à la recherche et leurs précieux conseils: Dominique Boily, Martin Couture, Élise Lassonde, Danielle Léger, Jean-François Palomino, Isabelle Robitaille et Claire Séguin. Félicitations à toute la merveilleuse équipe de BAnQ pour la présentation de cette exposition captivante.

Références

Pièces de collections (BAnQ)

Exposition Pièces de collections (Michèle Lefebvre, commissaire, vidéo, 5:58 min, BAnQ)

Collection Saint-Sulpice (BAnQ)

Collection Saint-Sulpice (Michel Brisebois, «La collection de « ces messieurs » les sulpiciens», À rayons ouverts, no 66, hiver 2006)

Collection Philéas-Gagnon (Michel Brisebois, «Les trésors de la Bibliothèque centrale de Montréal font leur entrée à la Bibliothèque nationale du Québec», À rayons ouverts, no 66, hiver 2006)

Goulet, Denis. - Bibliothèque et Archives nationales du Québec: un siècle d'histoire. - Montréal: Bibliothèque et Archives nationales du Québec / Fides, 2009. - 357p. - ISBN 978-2-7621-2810-9. - BAnQ: 027.5714 G6987b 2009.

31 octobre 2015

Expositions des œuvres de Patrick Bernatchez


Le Musée d’art contemporain de Montréal présente une exposition captivante de l’artiste québécois Patrick Bernatchez, du 17 octobre 2015 au 10 janvier 2016. Intitulée Les temps inachevés, l’exposition comprend deux parties: Chrysalides, 2006-2013 et Lost in Time, 2009-2015. Auparavant, en 2011, des œuvres de cet artiste multidisciplinaire avaient été exposées à la Galerie de l’UQÀM. Voici quelques références dédiées à ces deux expositions. Ce répertoire sera mis à jour au cours de l’exposition se déroulant au MACM.

Exposition de 2011

L’exposition Lost in Time s’est déroulée du 21 octobre au 3 décembre 2011 à la Galerie de l’UQÀM (Université du Québec à Montréal).

Livre

Boucher, Mélanie; Michel Marie, Michel; Schütze, Bernard. - Patrick Bernatchez. Lost in Time. - Préface de Louise Déry. - Montréal: Galerie de l’UQÀM, 2012. - 128p. - ISBN 978-2-920325-3. - BAnQ: 709.2 B524b 2012. - [Catalogue de l’exposition].

Mémoire

Philippon, Anne. - Étude comparative de la réactivation du motif de la vanité dans la pratique contemporaine. - Mémoire de maîtrise en études des arts, Université du Québec à Montréal (UQÀM), octobre 2013. - 115p.

Articles

Patrick Bernatchez. Lost in Time (Mélanie Boucher, commissaire, Galerie de l’UQÀM)
À la recherche du temps perdu (Claude Gauvreau, Journal L'UQAM, vol. XXXVIII, n° 5 (31 octobre 2011)
Patrick Bernatchez. Lost in Time (Vidéo de 7:40 min mise en ligne le 16 décembre 2011, Galerie de l’UQÀM)
Patrick Bernatchez «Lost In Time» (Eloi Desjardins, Un show de mot'arts, 28 décembre 2011)

Exposition de 2015

L’exposition Les temps inachevés se déroule du 17 octobre 2015 au 10 janvier 2016 au Musée d’art contemporain de Montréal (MACM).

Livre

Patrick Bernatchez et al. - Les temps inachevés. - Luxembourg / Montréal: Casino Luxembourg / Musée d’art contemporain de Montréal, 2015. - ISBN 978-99959-30-27-1. - BAnQ: à venir. - [Catalogue de l’exposition].

Disque

Murcof - Lost in Time (Album double avec disques vinyles 33 tours, environ 63 min)

Articles

Les temps inachevés (Casino Luxembourg, 27 septembre 2014 au 4 janvier 2015)
Saison 2015 du MAC: la signature Zeppetelli (Éric Clément, La Presse, 21 janvier 2015)
Les Temps inachevés (Lesley Johnstone, Le Magazine du Musée d’art contemporain de Montréal, vol. 26, n° 2, automne 2015, format pdf)
L’odyssée de Patrick Bernatchez, enfin au musée (Jérôme Delgado, Le Devoir, 17 octobre 2015)
Le MAC, de New York à Montréal (Éric Clément et Mario Cloutier, La Presse, 17 octobre 2015)
Boucles temporelles et mutations en trois tons au MAC (Marie-Ève Charron, Le Devoir, 31 octobre 2015)

Sur la Toile

Patrick Bernatchez (Site de l’artiste)

Image

Lost in Time (Patrick Bernatchez) [extrait] - Photo prise au Musée d’art contemporain de Montréal (MACM), par Claude Trudel, le 30 octobre 2015.

Remarque

Les quotidiens et les revues peuvent être consultés à la Grande Bibliothèque et dans les Bibliothèques de Montréal.

24 octobre 2015

Érythrée sous régime totalitaire


La nouvelle publication de Jean-Baptiste Jeangène Vilmer et Franck Gouéry, maîtres de conférences à Sciences-Po, est un livre à thèse sur l’Érythrée contemporaine (1961-2015).

L’introduction est constituée de trois parties. La première aborde des considérations relatives à l’historiographie sur le totalitarisme. La deuxième présente un survol de l’histoire récente de l’Érythrée. La troisième identifie les trois parties de la monographie: la jeunesse, la maturité et la déchéance du régime totalitaire érythréen.

Partie I - Les germes

Le développement du totalitarisme en Érythrée est abordé en deux phases. Une période de gestation caractérisée par l’accumulation primitive du capital (1961-1991), suivie d’une période de croissance pendant laquelle le pouvoir se consolide (1991-2001).

Partie II - La dérive

Les trois étapes de la dérive du régime totalitaire sont successivement décrites: l’isolation du monde extérieur, la transformation des sujets en objets, l’endoctrinent des individus réduits à du matériau humain.

Le passage sur l’extractivisme mérite d’être signalé (p. 187-189).

Partie III - Les failles

Plusieurs manifestations de la déchéance du régime sont analysées: l’exil massif des jeunes, la faillite économique, les divisions religieuses et la contestation croissante.

Le livre est complété par des outils de repérage: la liste des abréviations, la bibliographie (32 pages), la légende du cahier iconographique (cartes et photos), les crédits et la table des matières. Une carte des groupes ethnolinguistiques est aussi affichée sur la page 110.

Commentaire

Les événements datés abondent dans le récit, mais il ne s’agit pas d’un livre d’histoire. L’ouvrage est plutôt un reportage, une longue démonstration, références bibliographiques et photos à l’appui. La vision idéologique affirmée des auteurs cadre le récit et le rend moralisateur et polémiste, voire pamphlétaire. Les auteurs en sont d’ailleurs conscients, comme en témoigne la phrase initiale de leur introduction: «La question totalitaire est prise aujourd’hui entre enfermement dans le passé et simplification du présent.» Ceci étant dit, les informations recensées dans cette étude méritent d’être considérées pour mieux comprendre l’actualité, en particulier pour appréhender les causes de l’émigration massive d’Érythréens.

Carte

1895 - Érythrée - Carta dei possedimenti italiani in Africa : Etiopia (Eritrea ed Abissinia) e Somalia / del prof G Giuseppe Dalla Vedova / G.-B. Paravia (Torino) - Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France.

Référence

Jeangène Vilmer, Jean-Baptiste; Gouéry, Franck. - Érythrée, un naufrage totalitaire. - Paris: PUF 2015. - viii, 335p. - ISBN 978-2-13-063126-2. - BanQ: 320.9635 J437e 2015. - [Citation, p. 1].

Sur la Toile

Erythrée: l’exode de ceux qui n’ont plus rien à perdre (Stefania Summermatter, SWI swissinfo.ch, 16 septembre 2014)
Erythrée, une prison à ciel ouvert (Laurent Marchand, Ouest-France, 14 mai 2015)
«Le régime érythréen est en phase terminale» (Entrevue avec Jean-Baptiste Jeangène Vilmer, par Aude Massiot, Libération, 17 juin 2015)
Érythrée, un naufrage totalitaire - (Benoît Villiers, Institut d'histoire sociale, juin 2015) (pdf)

17 octobre 2015

David Altmejd / Références


Cette bibliographie a été constituée au cours de l’exposition David Altmejd - Flux présentée au Musée d’art contemporain de Montréal (MACM), du 20 juin au 13 septembre 2015. Elle constitue un répertoire global des références affichées sur les billets de la Série David Altmejd présentée à la fin de la bibliographie. Par ailleurs, la sculpture synthèse The Flux and the Puddle / Le flux et la flaque (2014) sera exposée au Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) à compter de 2016.

Livres

2006 / Déry, Louise. - David Altmejd. Métamorphose. - Montréal: Galerie de l’UQÀM, 2006. - 112p. - ISBN 2-920325-95-7. - BAnQ: 730.92 A4689d 2006. - [Version électronique gratuite].

2007 / Déry, Louise. - David Altmejd. The Index. - (Catalogue de la 52e Biennale de Venise, exposition internationale d’art, du 18 juin au 21 novembre 2007). - Montréal: Galerie de l’UQAM, 2007. -72p. - ISBN 978-2-920325-18-0. - BAnQ: 730.92 A4689de 2007. - [Version numérique gratuite offerte par la Galerie de l'UQÀM].

2010 / La métaphore « renouvelée » comme modalité d'indécidabilité en art actuel: David Altmejd, Claudie Gagnon et Carsten Höller (Dominique Allard, mémoire de maîtrise, Université du Québec à Montréal (UQÀM), février 2010)

2014 / Hergott, Fabrice. - David Altmejd. Flux. - Paris: Éditions Paris Musées, 2014. - 182p. - ISBN 978-2-7596-0262-9. - BAnQ: à venir.

2014 / La métamorphose dans l’œuvre de David Altmejd (Marie-Ève Tanguay, mémoire de maîtrise, Université Laval, juillet 2014)

2014 / Venero, Isabel, éditrice. - David Altmejd. - Bologne: Damiani, 2014. - 384p. - ISBN 978-88-6208-345-4. - BAnQ: 709 A4689d 2014. - [Version électronique de l’essai de Robert Hobbs: David Altmejd: Beyond the Apocalypse].

2015 / Altmejd, David; Kotana, Jason; Prentnieks, Anne. - The Flux and the Puddle. - New-York: David Altmejd Studio Inc., 2014. - 128p. - ISBN 978-0-9906628-0-8. - [Publication le 23 juin 2015]. - BAnQ: à venir.

Compléments

Freitag, Michel. - Dialectique et société. - Volume 3: Culture, pouvoir, contrôle. Les modes de reproduction formels de la société. - Montréal: Liber, 2013 © 1986. - 492p. - Bibliothèques de Montréal et BAnQ: 301 F866c v.3 et 301 F8665d 2011.

Ouellette, Annik-Corona; Vézina, Alain. - Contes et légendes du Québec. - Montréal: Beauchemin, 2006. - 333p. - (Parcours d’un genre). - ISBN 978-2-7616-3292-3. - [Le loup-garou, p. 73-108 / Les loups-garous, p. 261-270]. - Bibliothèques de Montréal et BAnQ: 398.209714 C7618 2006.

Tous les contes (Thème du loup-garou / Auteurs: Charles-Marie Ducharme, Honoré Beaugrand, Louis Fréchette, Pamphile Lemay, Louvigny de Montigny, Wenceslas-Eugène Dick)

Les définitions, étymologies et histoires des mots loup, garou et loup-garou sont détaillées dans le dictionnaire Le Trésor de la langue française informatisée (TLFi). Par ailleurs, selon le dictionnaire Merriam-Webster, les mots wolf et werewolf sont apparus dans la langue anglaise avant le 12e siècle.

Articles, photos et vidéos

01 / David Altmejd (Site de l’artiste)

02 / Sculpteur de choc (L’actualité, 13 avril 2007)

03 / La beauté du monstre (David Altmejd représentera le Canada à la Biennale de Venise) (Marie-Claude Bourdon, Inter, Printemps 2007) (UQÀM)

04 / Biennale de Venise (Site du sculpteur)

05 / The Index (Site du sculpteur)

06 / The Giant 2 (art21)

07 / From the Archives: David Altmejd and the 2007 Venice Biennale (Christina Bagatavicius, CanadianArt, 1er juin 2007)

08 / AGO Receives Acclaimed Canadian Contemporary Sculpture (Musée des beaux-arts de l’Ontario)

09 / David Altmejd (Andrea Rosen Gallery)

10 / Chaorismatique - David Altmejd, sculpteur (Film de Reynald Bellemare dont certaines séquence sont en anglais, 52 min, 2012, Cinémathèque québécoise) (Synopsis en français)

11 / Le spectre et la main, 2012 (Photos) (Site de artiste)

12 / Le sculpteur montréalais David Altmejd devient sujet du documentaire «Chaorismatique» (Vidéo, Nelson Wyatt, La Presse Canadienne, Le Huffingtton Post Québec, 22 mars 2012)

13 / David Altmejd, catalogue d’exposition (André-Louis Paré, Esse, 2013)

14 / A Spectre emerges from Montreal’s Zoo (Sarah Milroy, The Globe and Mail, 20 juillet 2013)

15 / The Flux and The Puddle (Exposition Juices / Andrea Rosen Gallery) (Description) (Photos) (Vidéo, 1er février 2014, Vimeo, 4:35 min)

16 / The Flux and the Puddle (Robert Mack, vidéo, 2014, YouTube, 4:32 min)

17 / Le laboratoire de David Altmejd (Jean Siag, La Presse, 16 février 2014)

18 / L’été Altmejd (Jérôme Delgado, Le Devoir, 27 juin 2014)

19 / Artist David Altmejd’s World of Pure Imagination (Anne Prentnieks, The Wall Street Journal, 6 octobre 2014)

20 / David Altmejd - Flux (Musée d’art moderne de Paris) (Photos, vidéos, applications App Store et Google Play) (10 octobre 2014)

21 / Exposition "David Altmejd -Flux" | Musée d'art moderne de la Ville de Paris (Vidéo) (Interview de l’artiste dans l’exposition "Flux" de David Altmejd au musée d'Art moderne de la Ville de Paris) (12 novembre 2014)

22 / David Altmejd (Xavier Hufkens, Gallerie, Bruxelles, 2015)

23 / Entrevue avec David Altmejd (Robyn Jeffrey, Magazine, 5 janvier 2015)

24 / Compagnon des arts et des lettres du Québec (David Altmejd, C.A.L.Q.)

25 / Ordre des arts et des lettres (Diplômés honorés par le Conseil des arts et des lettres du Québec) (Actualités UQÀM, 24 mars 2015)

26 / «Flux» au MAC: David Altmejd nous parle de sa future exposition (Entrevue/viédo/photos) (Ismaël Houdassine, Le Huffington Post Québec, 13 avril 2015) (Vidéo, YouTube, 3:13 min)

27 / Parcours (Musée d’art contemporain de Montréal) (MACM)

28 / Faire flotter les choses (Entrevue avec Émilie Granjon, Vie des arts, n° 239, Été 2015, p. 16-21). - [Cette revue peut être consultée dans les Bibliothèques de Montréal et à la Grande Bibliothèque.]

29 / Flux de David Altmejd au Musée d’art contemporain de Montréal. Surréaliste et indescriptible (Gisèle Kayata Eid, L’hebdo magazine, 2015)

30 / David Altmejd: la beauté du monstre (Nathalie Petrowski, La Presse, 15 juin 2015)

31 / La distance et la contrainte (Julie Ledoux, Voir, 18 juin 2015). - [Ce périodique peut être consulté dans les Bibliothèques de Montréal et à la Grande Bibliothèque.]

32 / David Altmejd transforms the Musée d'art contemporain (John Pohl, Montreal Gazette, 18 juin 2015)

33 / Rencontre avec David Altmejd (Entretien avec Josée Bélisle, commissaire, vidéo, 1:04:30, Vimeo, 18 juin 2015)

34 / David Altmejd au MNBAQ (The Flux and the Puddle / David Altmejd, en bref, 19 juin 2015)

35 / David Altmejd - Flux (Exposition 2015 / Musée d’art contemporain de Montréal)

36 / Une œuvre de David Altmejd au MNBAQ (Le Devoir, 20 juin 2015)

37 / David Altmejd au MAC: la beauté de l'infini travail (Mario Cloutier, La Presse, 20 juin 2015)

38 / Les anges et les bêtes de David Altmejd (Odile Tremblay, Le Devoir, 20 juin 2015)

39 / Altmejd au MAC: Flux ininterrompu (Mathias Marchal et Jessica Émond-Ferrat, Métro, 21 juin 2015)

40 / David Altmejd: Montreal Native Launches Career Retrospective (Hannah Liddle, The Main, 23 juin 2015)

41 / David Altmejd vu par Alexandre (La Fabrique culturelle, 27 juillet 2015) (Vidéo, 5:30 min)

42 / Frank Gehry et David Altmejd exposés à Paris (Vidéo, Pierre Lapointe, Télé-Québec, 8 septembre 2015)

43 / Engouement et files d’attente pour Altmejd (Jérôme Delgado, Le Devoir, 15 septembre 2015)

44 / Record d'affluence au Musée d'art contemporain (Éric Clément, La Presse, 15 septembre 2015)

Base de données

Plusieurs périodiques ont publiés des articles sur David Altmejd et son œuvre. Par l’intermédiaire de la base de données Érudit, ces documents peuvent être consultés gratuitement par les abonnés à Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ).

Billets / Série David Altmejd

Exposition 2015 / David Altmejd - Flux
David Altmejd / La genèse du loup-garou
David Altmejd à la Biennale de Venise
David Altmejd / La galopade des zèbres
David Altmejd / L’atelier laboratoire
David Altmejd / Le flux et la flaque
David Altmejd / Les parcours du flux
David Altmejd et son œuvre
David Altmejd à la Galerie de l’UQÀM
David Altmejd / Au revoir Sarah
David Altmejd / Bibliographie

Photo

Le flux et la flaque - Claude Trudel (12 août 2015)

15 octobre 2015

Applications Android gratuites en français

Une nouvelle version des Applications Android vient d’être publiée. Ce livre numérique gratuit a déjà été téléchargé plus de 6 000 fois.

Parmi les centaines de milliers d’applications qui sont proposées dans la Boutique Applications Android de Google Play, ce livre propose une sélection de plusieurs centaines d’applications gratuites en français. Les applications recensées sont présentées avec trois indications: Titre | Développeur | Note.

Les applications sélectionnées sont regroupées sous seize thèmes:

- Actualités (actualités générales, actualités thématiques, agrégateurs de nouvelles, festivals et concerts)
- Audio
- Communications (annuaires, courriel)
- Dictionnaires
- Gestionnaires de données
- Jeux et divertissements
- Bibliothèques, liseuses et livres numériques
- Orientation et emploi
- Photographie
- Références générales
- Sciences et maths
- Sports (actualités sportives, annuaires sportifs, automobile et moto, ballon-panier, ballon-volant, chasse et pêche, escrime, football (soccer), football canadien, golf, handball, hockey, natation, plongée sous-marine, rugby, ski, sports extrêmes, sports nautiques, tennis)
- Technologies
- Transports
- Utilitaires
- Vidéo.

Le répertoire est complété par une bibliographie (livres et sites spécialisés).

Bonnes découvertes!

11 octobre 2015

Les mesures d'autérité au Québec

Pour mieux connaître l'ampleur et les impacts des mesures d'austérité imposées par le gouvernement québécois:

Observatoire des conséquences des mesures d’austérité au Québec (IRIS)

Le gouvernement actuel soutient que les mesures d’austérité qui ont été mises en place depuis son arrivée au pouvoir n’ont pas de conséquences sur les services livrés aux citoyen·ne·s ou pour le Québec en général. Ce site se veut un observatoire virtuel qui a pour mandat de tester la véracité de ce discours.

Les données sont mises à jour chaque semaine.

L’IRIS est un institut de recherche et d’informations socio-économiques sans but lucratif, indépendant et progressiste.

Référence

Observatoire de l’austérité de l’IRIS (Hélène Roulot-Ganzmann, Le Devoir, 10-11 octobre 2015) - [Le journal Le Devoir, le seul quotidien indépendant au Québec, peut être consulté dans les Bibliothèques de Montréal et à la Grande Bibliothèque.]

10 octobre 2015

La grammaire au secondaire

Louise Côté et Nathalie Xanthopoulos ont publié aux Éditions Grand Duc une grammaire destinée aux élèves du secondaire, un outil de référence remarquable tant pour son contenu que pour sa mise en page.

La couverture rigide, d’une facture attrayante, les ravissantes illustrations, les onglets et marges colorés captent l’attention. Ces deux derniers éléments sont aussi des outils de repérage fort utiles. La présentation graphique des tableaux est aussi exemplaire.

Les diverses parties de l’ouvrage peuvent être ainsi regroupées:

Références préliminaires: Table des matières, La démarche d’apprentissage, Les pictogrammes, Les symboles et les abréviations

Langue et communication: La langue (Section 1), La situation de communication écrite et orale (Section 2)

Texte: La grammaire du texte (Section 3), L’organisation du texte (Section 4)

Phrase: La construction de la phrase (Section 5), La construction des groupes syntaxiques (Section 6), Les liens dans la phrase et entre les phrases (Section 7)

Verbe: Le système des accords (Section 8), La conjugaison (Section 9)

Mots: Le lexique (Section 10), Les variétés de la langue (Section 11), Coffre à outils (Section 12)

Références complémentaires: Bibliographie et Index

Le guide d’utilisation est contenu dans les parties liminaires. La Table des matières est détaillée. L’approche didactique est explicitée clairement et graphiquement dans La démarche d’apprentissage: 1° observation, 2° notion exemplifiée, 3° résumé, 4° exercice, 5° trucs et astuces. Les notions supplémentaires destinées aux élèves du second cycle du secondaire sont spécifiées. Les symboles et abréviations sont présentés sous forme de tableaux: Les groupes et les phrases, les classes de mots, Des fonctions, Autres. Ainsi, en quelques pages, l’élève est en mesure d’utiliser le manuel et de bien comprendre son organisation.

Toutes les parties de l’ouvrage sont exemplaires. À titre d’exemple, soulignons le volet Le discours rapporté (p. 32-44) abordé dans la deuxième section du livre, La situation de communication écrite et orale. Ce volet est présenté sous cinq rubriques, les éléments concernant les élèves du second cycle du secondaire étant clairement indiqués:

- Le discours rapporté; deux actes d’énonciation
- Les différentes formes du discours rapporté
- Le discours rapporté direct et les marques de modalité
- Le discours rapporté indirect et les marques de modalité
- Le discours indirect libre
- Les changements linguistiques amenés par la transposition du discours direct en discours indirect

Voyons un autre exemple. Le type de texte correspondant à la séquence narrative (Section 4) est développé sous les rubriques suivantes (p. 83-102): La séquence narrative, Le narrateur, Les personnages, L’harmonisation des temps verbaux, La situation spatiotemporelle, La chronologie du déroulement, le rythme du récit. Chaque aspect est à son tour détaillé. Ainsi, celui de La séquence narrative, contient trois parties:

1° Exploration (lecture et question): le texte de la fable Le Coche et la Mouche (Jean De La Fontaine) suivi d’une question sur ce texte
2° En mémoire (explications et exemples): La séquence narrative, Le schéma narratif, Les diverses modalités de réalisation de la séquence narrative, L’univers narratif
3° Coup d’œil (deux tableaux récapitulatifs): Le schéma narratif (Situation initiale, Élément déclencheur, Déroulement, Dénouement, Situation finale), Des univers narratifs (Récit historique, Récit biographique, Récit psychologique, Récit de voyage, Récit d’apprentissage, Récit d’amour, Récit d’aventures, Récit policier, Récit fantastique, Récit d’anticipation).

Référence

Côté, Louise; Xanthopoulos, Nathalie. - La grammaire au secondaire. - Édition revue et corrigée. - Laval : Éditions Grand Duc, [2010] © 2008. - x, 501p. - ISBN 978-2-7655-0218-0. - BAnQ: 448.2 C8435g 2008.

Sur la Toile

Grammaire de la phrase

Articles connexes

La grammaire moderne
L’express grammatical pour le secondaire
Le français apprivoisé
Une nouvelle grammaire pratique
Sémantique conceptuelle du français

#

Livre numérique gratuit

Le recueil Documentation regroupe une sélection de comptes rendus sur des ouvrages d'information et de documentation. Les publications commentées ont trait aux domaines suivants: informatique, bibliographies, bibliothéconomie, encyclopédies générales, publications en série, muséologie, journalisme, manuscrits et livres rares; linguistique, dictionnaires et grammaires.

03 octobre 2015

Carte / Amérique du Nord britannique (1831)


Cette carte à petite échelle a été dressée par Joseph Bouchette (1800-1881), fils du célèbre cartographe Joseph Bouchette (1774-1841). Arpenteur général adjoint du Bas-Canada avant 1829, Joseph Bouchette fils occupe le poste d’arpenteur général par intérim (1829-1834) lorsque son père va à Londres pour la production de sa seconde carte à grande échelle du Bas-Canada (1831). Celui-ci prolonge son voyage en Europe jusqu’en 1834.

Collée sur une toile, la carte est constituée de trois feuilles séparées (mais assemblées sur la carte numérisée par la Bibliothèque nationale de France). La carte est en anglais, car elle a été produite pour les autorités britanniques.

Le cadre de la carte est composé d’un trait épais bordé de deux traits minces. Ce cadre est crevé à plusieurs endroits: île du Prince-Édouard, Nouvelle-Écosse, lac Érié, lac Huron. Les indications relatives à l’éditeur sont inscrites dans la marge inférieure de la carte: James Wyld, géographe du Roi, à Londres, le 2 mai 1831.

Le cartouche de titre est volumineux et ornementé. Il contient plusieurs éléments: le nom du dédicataire (Guillaume IV), le titre de la carte (Map of the Provinces of Lower & Upper Canada, Nova Scotia, New Brunswick, Newfoundland & Prince Edward Island with a large section of the United States), les sources documentaires, le nom et le titre du cartographe (Joseph Bouchette fils, arpenteur général adjoint du Bas-Canada), le nom et l’adresse du graveur (J. & C. Walker).

Les colonies canadiennes, une partie des provinces maritimes et le nord-est des États-Unis d’Amérique font l’objet de la carte principale, alors que les cartes figurant dans les deux cartons portent respectivement sur la région du golfe Saint-Laurent (Bas-Canada et provinces atlantiques) et la région occidentale de l’Amérique du Nord britannique. Voyons d’abord les éléments cartographiques de la carte principale.

La carte est orientée vers le nord géographique. Elle est quadrillée par les coordonnées géographiques. Les degrés des longitudes et des latitudes sont indiqués et gradués tout autour de la carte, à l’intérieur du cadre. Le méridien d’origine est celui de Greenwich. Le type de projection n’est pas indiqué sur cette carte, pas plus que sur les cartes secondaires.

Trois échelles graphiques figurent sur la carte: en milles géographiques, en milles britanniques et en lieues françaises. Selon la notice bibliographique affichée dans la Bibliothèque numérique Gallica (BnF), l’échelle numérique de la carte est d’environ 1/1 960 000.

La typographie (tailles et polices de caractères) reflète la hiérarchie des divisions politiques et administratives du territoire cartographié (exemples): provinces (Bas-Canada), districts (Montréal), comtés (Drummond), seigneuries (Contrecœur), cantons (Chester). Il en va généralement de même pour les autres toponymes: villes (Québec), villages (Berthier), routes (Craig), cours d’eau (fleuve Saint-Laurent, lac Saint-Pierre, rivière Richelieu), etc. La présence amérindienne est signalée ici et là: le Village indien (Kahnawake), la Mission d’Oka (Kanesatake), le poste de traite sur un ancien établissement des jésuites (lac Saint-Jean), des réserves indiennes (Bosanquet), etc.

Les symboles représentés dans la légende portent sur les cantons (différents types de propriétés de la Compagnie du Canada), les relais postaux, les villages, les canaux et les délimitations (comtés, districts, frontières). Plusieurs symboles sont absents de la légende, comme les églises paroissiales (croix), le relief des montagnes (lignes hachurées), les cours d’eau et les lacs (lignes noires, lignes horizontales), les canaux (ligne épaisse bordée de lignes minces), les récifs (plus), les routes (double ligne) et les garnisons (carrés).

La remarque inscrite sous les échelles graphiques a trait aux frontières séparant les colonies britanniques de la République des États-Unis d’Amérique (couleur rouge). D’une façon spécifique, entre le point A (jonction Bas-Canada, Nouveau-Brunswick et Maine) et le point B (jonction Bellechasse, Beauce et Maine), le tracé de la frontière correspond aux crêtes du bassin atlantique, selon les prétentions britanniques. Par ailleurs, le tracé de la frontière revendiquée par les États-Unis d’Amérique est constitué d’une ligne pointillée en jaune.

L’île Saint-Paul est minuscule. Figurant sur le carton des provinces atlantiques, elle est située entre le Cap Ray (Terre-Neuve) et le Cap Nord (Nouvelle-Écosse). Malgré sa petitesse, elle est illustrée sur la carte principale. C’est d’ailleurs la seule illustration du document cartographique. La double coupe de l’île vise à montrer l’endroit où un nouveau phare a été installé. Selon la notice indiquée sous l’illustration, la double coupe (1829) est attribuée au Colonel Bouchette. Cette image forte souligne l’importance de la navigation océanique dans le développement des colonies britanniques.

Les canaux indiqués sur la carte, aussi bien dans les deux provinces canadiennes (Lachine, Grenville, Rideau, Welland) qu’aux États-Unis d’Amérique (Grand Canal), indiquent l’importance de la navigation intérieure. Les moulins situés le long de cours d’eau manifestent l’importance des rivières pour le transport des billots de bois, par exemple dans le bassin de la rivière Outaouais. Les portages sont signalés en grand nombre, notamment dans le Haut-Canada. Les chenaux à proximité de l’île d’Orléans, ainsi que les remarques inscrites dans le lac Huron visent à favoriser une navigation sécuritaire. Un autre réseau de communication est indiqué sur la carte, celui des routes terrestres. Par exemple, outre les relais postaux entre les centres urbains, les chemins Craig, Dudswell et Kennebec favorisent le lotissement de plusieurs cantons.

Les sources documentaires sont listées à la droite de la légende: 1° Samuel Holland, William Fitz Owen, Thomas Wright, Joseph-Frédéric Vallet Des Barres, Joseph Bouchette père, Henry Wolsey Bayfield, John W. Jones; 2° observations astronomiques et relevés effectués par les commissaires chargés de donner suite au traité de Gand (1814); 3° plusieurs autorités américaines importantes.

Quels furent les documents cartographiques consultés et utilisés par Joseph Bouchette fils lors de l’élaboration de sa carte de l’Amérique du Nord britannique? Seule une étude exhaustive de ses sources et de sa carte permettrait de répondre à cette question. Toutefois, la lecture des biographies des personnages cités dans les références donnent quelques indices. Attardons-nous aux levés effectués par ces arpenteurs-cartographes avant 1831.

Samuel Holland (1728-1801) participe activement à la guerre de la Conquête. En 1764, il devient arpenteur général de la province de Québec et du district nord de l’Amérique du Nord. Il procède à l’arpentage des îles Saint-Jean (1764-1765), de la Madeleine et du Cap-Breton (1765). Holland dirige ensuite des levés effectués sur les côtes atlantiques, de la rivière Saint-Jean au fleuve Hudson. Il produit des levés dans des colonies situées au sud du 45e parallèle. Lors de la guerre d’Indépendance, il continue à servir la Grande-Bretagne. Il contribue à The Atlantic Neptune (1774-1784) publié par Des Barres. Holland dirige les travaux d’arpentage effectués dans le Haut-Canada, dans les années 1780, puis dans les Cantons-de-l’Est, dans les années 1790. Après son décès, selon le biographe F. J. Thorpe, la plupart de ses œuvres sont achetées par Henry Caldwell et Joseph Bouchette père.

William Fitz Owen (1774-1857) effectue un levé hydrographique complet du fleuve Saint-Laurent et des Grands Lacs, de mai 1815 à août 1817. Selon l’historien Paul G. Cornell, Owen a jeté les bases de l’hydrographie scientifique au Canada au cours de ces vingt-sept mois.

Selon le biographe H. T. Holman, Thomas Wright (1740-1812) effectue de nombreux levés topographiques des côtes des provinces maritimes, de 1764 à 1812.

Joseph-Frédéric Vallet Des Barres (1721-1824) contribue activement à la guerre de la Conquête. Par la suite, de 1764 à 1773, il effectue des levés détaillés du littoral des provinces maritimes et du golfe Saint-Laurent. Sa publication The Atlantic Neptune (1774-1784) servit de référence pendant plusieurs décennies, selon le biographe Robert J. Morgan.

Joseph Bouchette (1774-1841), père de Joseph Bouchette (1800-1881), dirige les levés hydrographiques du port d’York (Toronto), en 1791-1792. Il devient arpenteur général du Bas-Canada en 1804. À ce titre, il dirige des levés en Mauricie (1806), le long des rives du Saint-Laurent, de Cap-Rouge à Sillery (1809), et dans l’estuaire de la rivière Saint-Charles (1810). Il participe activement à la guerre de 1812. En 1815, il publie à Londres une carte à grande échelle du Bas-Canada. Selon les biographes Claude Boudreau (alors étudiant en géographie) et Pierre Lépine (cartothécaire), cette carte constitue la première synthèse des connaissances sur le Bas-Canada. Dans la foulée du traité de Gand (1814), Bouchette travaille avec les commissaires chargés de délimiter la frontière entre les colonies britanniques et la République des États-Unis d’Amérique. Sur la carte, son camp de 1817 au nord-ouest du Nouveau-Brunswick est indiqué. Au début des années 1820, son travail vise à préciser les limites entre les terres de la couronne et les seigneuries. De 1826 à 1829, il compile les renseignements qui lui serviront à dresser une nouvelle carte du Bas-Canada. Cette carte sera publiée à Londres, en même temps que celle de son fils, le 2 mai 1831.

Henry Wolsey Bayfield (1795-1885) travaille à des levés au lac Érié (1816-1817), au lac Huron et à la baie Georgienne (1820-1824), et au lac Supérieur (1823-1825). À partir de 1828, il se consacre pendant quatorze ans aux levés de toute la rive nord du Saint-Laurent, selon la biographe Ruth McKenzie.

Selon l’historien Joel Zemel, John W. Jones (1787-1857) effectue des relevés hydrographiques avec les vaisseaux de la marine royale britannique Dotterel (1824-1825) et Hussar (1828-1830). Halifax fut son port d’attache.

Les sources révélées par Joseph Bouchette fils concernent donc principalement le Bas-Canada, le Haut-Canada, les provinces maritimes et la partie nord-est des États-Unis d’Amérique. Les sources relatives à la carte secondaire du nord-ouest du continent américain ne sont pas indiquées.

Après avoir passé en revue les sources et les traits caractéristiques de la carte principale, soit le paysage (dont les cours d’eau et les montagnes), l’emprise politique (provinces, districts, comtés, seigneuries, cantons, paroisses), les établissements (villes, villages), et les moyens de communication (navigation, réseau routier), voyons les traits particuliers des cartes figurant dans les cartons.

Les cartons n’ont pas d’échelle. Toutefois, ils sont quadrillés par les coordonnées géographiques. Le carton des provinces atlantiques vise à montrer les positions topographiques des principaux caps à partir des observations astronomiques les plus récentes. Les récifs sont aussi indiqués. Nous retrouvons ici l’importance des communications maritimes. De fait, les toponymes abondent le long des côtes, mais ils sont pratiquement absents à l’intérieur des terres. Les bancs signalés au sud de Terre-Neuve signalent le commerce séculaire de la pêche.

Le carton des territoires britanniques occidentaux montre les ambitions territoriales de la Grande-Bretagne dans cette partie du continent américain. Au Nord, les parties inconnues sont ignorées. Ainsi, le passage du Nord-Ouest n’est pas indiqué, mais sa possibilité est signalée (ouverture au-delà de l’île Melville). La frontière continentale du territoire russe (Alaska) est bien délimitée, mais ce n’est pas le cas pour les archipels qui restent incolores. La frontière américano-britannique du 49e parallèle s’arrête aux Rocheuses, puis le territoire revendiqué par la Grande-Bretagne décent largement au sud pour rejoindre enfin le Pacifique. L’espace est peuplé d’Amérindiens, selon des toponymes révélateurs, tandis que les établissements européens se limitent à la colonie de la Rivière-Rouge, à des forts et postes de traite à l’intérieur du continent et à la baie d’Hudson. Ainsi, le commerce séculaire des fourrures est bien signalé, tout comme les réseaux hydrographiques qui le rendent possible.

Plusieurs autres aspects de ce riche document cartographique mériteraient d’être analysés. Mais, en conclusion de cet aperçu exploratoire, notons les principaux buts de cette carte: illustrer les possessions britanniques en Amérique du Nord (principalement le Bas-Canada et le Haut-Canada), les possibilités de développement (pêcheries, fourrures, bois, mines; réseaux de communications; peuplement des cantons), les rivalités territoriales entre la Grande-Bretagne et les États-Unis d’Amérique (frontières contestées), et les découvertes potentielles dans ce vaste empire américain (dont le passage du Nord-Ouest). Globalement, on pourrait attribuer à cette carte un caractère de propagande au service de l’impérialisme britannique.

Carte

1831 - Amérique du Nord britannique - To His most Excellent Majesty King William IVth, This Map of the Provinces of Lower & Upper Canada, Nova Scotia, New Brunswick, Newfoundland & Prince Edward Island with a large section fo the limited States, Compiled / from the last & most approved Astronomical observations, Authorities & recent Surveys, is with His Majesty's most gracious & special permission most humbly & gratefully dedicated by... Joseph Bouchette, Deputy Surveyor of the Province of Lower Canada ; engraved by J. & C. Walker | Auteur : Bouchette, Joseph (1774-1841). Fonction indéterminée / Auteur : Wyld, James (1812-1887). Fonction indéterminée / Auteur : J. & C. Walker (Londres). Graveur / Éditeur : James Wyld, May 2nd (London) / Date d'édition : 1831. - Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France (Date de la mise en ligne: 29 juin 2015).

Un exemplaire de cette carte peut être consulté au Centre de conservation de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ), sous la cote G/3400/1831/B68 DCA. Cet exemplaire sera numérisé dans quelques mois. La version numérisée de cette carte sera alors accessible depuis la Collection numérique de cartes et plans de BAnQ.

Attribution

La carte est attribuée à Joseph Bouchette père (1774-1841) dans la notice de la Bibliothèque numérique Gallica (BnF), tandis qu’elle est attribuée à Joseph Bouchette fils (1800-1881) dans la notice du Catalogue Iris (BAnQ). L’attribution de cette carte à Joseph Bouchette fils plutôt qu’à Joseph Bouchette père peut être déduite des indications suivantes contenues

1° dans le cartouche de titre: Joseph Bouchette jun. Deputy Surveyor General of the province of Lower Canada (Joseph Bouchette junior, arpenteur général adjoint de la province du Bas-Canada);

2° dans la liste des sources documentaires: Lieut Col Bouchette S.G.L.C. (Lieutenant-Colonel Bouchette, Surveyor General of Lower Canada, arpenteur général du Bas-Canada).

L’étude exhaustive de la genèse de cette carte pourrait éventuellement permettre de découvrir la part effective de l’un et l’autre de ces cartographes dans la réalisation de cette carte générale de l’Amérique du Nord britannique.

[Ajout, 04 10 2015] - [Les sites américains David Rumsey Map Collection et Dorothy Sloan-Rare Books affichent chacun un exemplaire de la première édition (1831) de la carte de Joseph Bouchette fils. Le premier site fait état des réimpressions de la carte en 1846 (en plus grand format, avec des ajouts), en 1852 et 1853. Le second site aborde la problématique de l’attribution de la carte en citant notamment un extrait du livre de Joseph Bouchette père intitulé The British Dominions in North America (Preface, p. xiii-xiv).]

Références

Boudreau, Claude. - La cartographie au Québec, 1760-1840. - Québec: PUL, 1994. - xii, 270 p. - ISBN 2-7637-7350-8. - Bibliothèques de Montréal et BAnQ: 526.09714 B756ca 1994. - [Voir en particulier les pages 75-78, 123-175, 196-211 et 259]. - [Extraits].

Biographies affichées dans le Dictionnaire biographique du Canada (dates de rédaction): Samuel Holland (1983), William Fitz Owen (1985), Thomas Wright(1983), Joseph-Frédéric Vallet Des Barres (1987), Joseph Bouchette père (1988) et Henry Wolsey Bayfield (1982). Biographie de Joseph Bouchette fils (Ministère de la Culture et des Communications, Gouvernement du Québec, 2013). Biographie de John W. Jones (Joel Zemel, 2015).

Articles connexes

La carte de 1831 de Bouchette (Mémoires, Robert-Shore-Milnes Bouchette)
Cartographes de l’Empire britannique (Holland et Des Barres)
La carte fluviale de Bayfield

#

Livre numérique gratuit

L'Atlas du Québec compte trois parties. La première contient un répertoire de cartes et plans relatifs au Québec couvrant cinq siècles. La deuxième est un guide d’interprétation d’anciennes cartes géographiques selon trois étapes: observation globale de la carte, analyse de ses éléments et élaboration d’une synthèse. La troisième présente quelques descriptions de cartes exemplaires.