29 décembre 2016

Un dangereux terroriste

Sofiane est mort.
Il avait vingt ans, l’âge de mon fils.
C’était aussi mon neveu, le fils de mon frère.

La nouvelle de l’écrivaine algérienne Maïssa Bey compte vingt-quatre pages. Intitulée Sofiane B., vingt ans, elle raconte la quête de la narratrice pour comprendre pourquoi et comment son neveu a pris le maquis pendant la guerre civile des années 1990.

L’incipit est composé de deux parties, chacune débutant par la même phrase: «Sofiane est mort». Dans la première, la narratrice indique la source de cette nouvelle tragique, l’âge de Sofiane (identique à celui de son fils), son souvenir d’un enfant timide rudoyé par son père, et le qualificatif communiqué par les forces de l’ordre et véhiculé par les journaux, «un dangereux terroriste». Dans la seconde partie, la narratrice se remémore sa dernière rencontre avec Sofiane alors âgé de quinze ou seize ans, toujours timide mais bien bâti, manifestant de la tendresse envers sa sœur dernière-née. À ses côtés, tout aussi silencieuse que lui, sa jumelle Amina.

La partie suivante nous introduit dans les méandres de l’introspection de la narratrice. Questions et réminiscences fusent dans sa tête: l’étiolement des visites familiales causé par la guerre, sa révolte contre son frère aîné, très jeune, voulant la contrainte à l’obéissance, les circonstances de la mort de Sofiane relatées dans le journal, des suppositions sur ses crimes possibles, l’incrédulité envers des faits allant à l’encontre des bons souvenirs de son neveu.

Dans la troisième partie, la narratrice-protagoniste est saisie par un impératif doublement répété: «Il me faut comprendre.» Elle ajoute: «Qui pourra m’expliquer et me faire admettre l’idée que des petits garçons rieurs ou timides, espiègles ou sages, peuvent devenir un jour des criminels capables des pires monstruosités?» Avec son mari, elle se rend dans le petit village où habite la famille de son frère. Un village dévasté, à l’image de tant d’autres. Les abords de la maison sont déserts, sans doute parce que le voisinage a peur de frayer avec une famille réprouvée.

Les retrouvailles sont d’une tristesse intense. Son frère qui pleure dans les bras de sa sœur. Malika, la mère de Sofiane, qui récite une litanie: «Ils l’ont trompé, ils l’ont entraîné avec eux, il était trop jeune, il ne pouvait pas comprendre.» Les voisines compatissantes entourant Malika, ayant vécu une situation similaire, sont aussi résignées, car interdites de parole par leur père, leur mari et leurs fils. Elles sont impuissantes, souffrantes et désespérées. Son frère qui accuse tout le monde, sauf lui. Sa belle-sœur emmurée dans sa douleur.

Dans la cinquième partie, se déroulant pendant la nuit, Amina vient rejoindre sa tante pour se délivrer de son terrible remords. C’est un tournant dans le récit de cette nouvelle. La compréhension recherchée par la narratrice surgira des confidences de sa nièce, la jumelle de Sofiane: «À moi maintenant de retrouver le fil […]. À moi d’essayer de reprendre ou de comprendre cette histoire, l’histoire de cet enfant qui avait voulu prouver au monde qu’il était un homme, un vrai, en empruntant le seul chemin qui s’offrait à lui […].»

Dans la dernière partie, la narratrice révèle l’enfance oppressante d’Anima, sans cesse humiliée par ses frères aînés. La nuit venue, les jumeaux se rencontraient en cachette. De son côté, Sofiane finit par haïr son père qui le rabroue et l’humilie. À l’extérieur, il trouvera refuge et compréhension: «Ce que voulait Sofiane, c’était échapper à l’emprise de ce père intransigeant, mais c’était aussi et surtout faire quelque chose de sa vie.» C’est ainsi qu’il se laissa convaincre par ses amis et certains de ses professeurs. Anima, impuissante devant cette transformation, ne pouvait le retenir.

Le dernier paragraphe de la nouvelle relate le départ inopiné de Sofiane de la maison, «un matin d’hiver et de pluie», et la brève et vaine attente de son retour par sa sœur jumelle et leurs parents.

Commentaire

Cette présentation succincte témoigne de l’intensité de la nouvelle de Maïssa Bey, de la sensibilité et de la perspicacité de cette écrivaine algérienne. Relisons la conclusion de la préface de son recueil de nouvelles: «Fragments de vie ciselés au burin de mes angoisses, éclats de voix au seuil de la folie, bouches fermées où tremble le cri ou le sanglot retenu au creux de ces pages, chaque instant de ces vies ne peut s’inscrire que comme une pulsion de la mémoire de tout un peuple que l’on voudrait réduire au silence.» Soulignons enfin que cette nouvelle, cette œuvre de fiction, est d’une terrible actualité.

Référence

Bey, Maïssa [Samia Benameur]. - «Sofiane B., vingt ans». - Nouvelles d’Algérie. - [Grand prix de la Nouvelle de la Société des gens de lettres]. - Avignon: Éditions de l’Aube, 2016 © 1998. - 171p. - ISBN 978-2-8159-1981-4. – P. 69-92. - [Citations des trois phrases initiales, p. 69 et 70]. - Bibliothèques de Montréal et BAnQ: Bey B5731n.

Sur la Toile

Maïssa Bey (Wikipédia)

Algerian Novelist Maissa Bey: The Rebel’s Daughter (Entrevue avec Suzanne Ruta)
Un corps qui danse (Dominique Le Boucher)
Maïssa Bey, la voix des femmes d'Algérie (Entrevue avec Liliane Charrier, TV5 Monde)
La représentation du masculin dans la nouvelle «Sofiane B., vingt ans» de Maïssa Bey (Victoria Gustavii)

23 décembre 2016

Un loup solitaire


Neige gelée, grand froid. Le cœur de l’hiver.
Un des premiers jours de janvier 2006, un loup solitaire venu de Norvège traverse la frontière invisible et passe en Suède par la vallée de Vauldalen.

C’est ainsi que débute le roman policier Le Chinois, de l’écrivain suédois Henning Mankell. Et tout le chapitre initial retrace le parcours de ce loup solitaire jusqu’au petit village de Hesjövallen, au sud du lac Hansesjön (carte ci-dessus), dans la région du Hälsingland (Suède). Dès cet incipit, l’auteur captive l’intérêt et retient l’attention du lecteur.

La scène des crime est horrible: dix-neuf cadavres, dont dix-huit affreusement mutilés.

Le polar comprend quatre parties aux titres énigmatiques et datés: Le silence (2006), Négros et chinetoques (1863), Le ruban rouge (2006), Les colonisateurs (2006). Une épigraphe précède chaque partie, la première est un extrait du Code de procédure pénale, plus précisément le serment d’un juge, et les trois autres citations (1935, 1944, 1963) sont de Mao Zedong.

Chacune de ces parties contient deux sections aux titres évocateurs: L’épitaphe, Le juge; La route de Canton, La plume et la pierre; Les Rebelles, Mah-jong; Écorce arrachée par des éléphants et Chinatown, Londres. Trente-neuf chapitres, au total.

Le roman est complété par un épilogue et une postface.

Une structure architecturale, géométrique, cérébrale. En tout, près de six cents pages.

L’enquête policière constitue la trame principale du roman, mais plusieurs quêtes personnelles traversent le récit. Celui-ci se déroule dans le temps, bien sûr, mais aussi dans l’espace. À titre d’exemple, deux extraits relatifs à la cartographie. Le premier porte sur une carte à petite échelle, le second sur une carte à très petite échelle:

1° «Brigitta Roslin alla chercher un atlas routier de la Suède. Elle ouvrit une carte générale. Le Hälsingland se trouvait encore plus au nord qu’elle ne l’avait imaginé. Elle n’arriva pas à situer Hesjövallen. Le village était si insignifiant qu’il ne figurait même pas sur la carte.»

2° «En regardant la carte du monde, San mesura l’étendue du voyage qu’il avait effectué avec son frère. »

Bien d’autres documents cartographiques seront consultés par des personnages du roman, en quête d’orientation vers et dans des lieux qui leur sont inconnus.

Les personnages ont beaucoup de profondeur. Certains événements historiques marquants les mettent aussi en valeur, dont la construction inhumaine et meurtrière du premier transcontinental américain.

Au milieu du roman, surgit furtivement un nouveau personnage, le Chinois, surnom éponyme du titre du polar. Dès lors, celui-ci se transforme en roman historique où les bouleversements dans la Chine contemporaine occupent la place centrale. Cette longue séquence en abîme saura plaire au lecteur intéressé à la dialectique maoïste et au développement du capitalisme depuis le 19e siècle.

Sans dévoiler l’intrigue de l’histoire, ces quelques notes de lecture témoignent de la diversité thématique exprimée dans ce polar enlevant.

Le loup avait continué vers l’est, passé Nävjarna, traversé le Ljusnan gelé à Kårböle, avant de disparaître de nouveau dans les forêts désertes.

Référence

Mankell, Henning. - Le Chinois. - Traduit du suédois par Rémi Cassaigne. - Paris: Seuil, 2013 © 2008. - 569p. - (Points, n° P2936). - [Citations, p. 11, 95, 199, 565]. - Bibliothèques de Montréal et BAnQ: MAN et Mankell M2789c.

Carte

Sud du lac Hansesjön (Suède) - Source: OpenStreetMap, sous licence Creative Commons paternité - partage à l’identique 2.0 (CC-BY-SA) « © les contributeurs d’OpenStreetMap ».

16 décembre 2016

Tout peut changer / Naomi Klein

Seuls les mouvements sociaux d’envergure pourront sauver l’humanité.

Dans son nouveau livre, la célèbre activiste canadienne démontre l’urgence d’une révolution (pacifique) afin de résoudre les crises de l’humanité, celle des inégalités et celle du climat.

La première partie comprend la liste des signes et acronymes, ainsi que l’avant-propos de l’auteure. Le corps de l’ouvrage compte trois sections: Deux solitudes (5 chapitres), La pensée magique (3 chapitres) et Parce qu’il faut bien commencer quelque part (5 chapitres). La dernière partie du livre contient la conclusion, les remerciements, les notes et références.

Avant-propos

Plutôt que de présenter un aperçu de chaque chapitre, je vais m’attarder à l’avant-propos intitulé D’une manière ou d’une autre, tout est en train de changer (35 pages). Comme les autres parties de l’ouvrage, celle-ci débute par des citations: deux textes exprimant des points de vue diamétralement opposés.

La partie initiale compte plus de 8 pages. La mise en situation est amenée d’une façon fort habile. À partir d’une anecdote, l’auteure nous met en face d’un paradoxe: Confrontés à une crise qui menace notre survie en tant qu’espèce, nous persistons avec zèle dans les activités mêmes qui l’ont provoquée.

Naomi Klein évoque les différentes attitudes face aux enjeux climatiques: le déni pur et simple, la minimalisation du problème, la priorité accordée au développement économique, la situation critique envisagée comme étant une abstraction lointaine, la modification de notre mode de vie, la concentration éphémère ou sporadique sur la crise actuelle.

L’auteure évoque ensuite les moyens dont nous disposons pour atténuer le caractère funeste de la crise du climat. Après avoir cité les propos d’Angela Navarro Llanos (ambassadrice bolivienne), elle rappelle le récent sauvetage des banques (2008) et l’implacable logique de l’austérité (depuis cette date). Sa réflexion l’amène à lier les enjeux climatiques à ceux des inégalités sociales.

Dans la deuxième partie intitulée Un sursaut citoyen (10 pages), Naomi Klein rappelle la réussite des affairistes qui tirent profit des crises économiques, des catastrophes naturelles, des conflits armés et des changements climatiques: Le système actuel est conçu pour inventer de nouvelles façons de privatiser les biens communs et de mettre les catastrophes au service du profit.

Face à cette situation, l’auteure souligne la nécessité d’un sursaut citoyen: Le dérèglement climatique est devenu une crise existentielle pour l’humanité. En toile de fond, elle relate les conférences mondiales et les divers scénarios envisagés en vue de réduire le réchauffement climatique.

Dans la troisième partie intitulée Au mauvais moment (10 pages), Naomi Klein traite de plusieurs solutions réalistes à la crise du climat, dont la concertation possible entre les nations, le développement de technologies adéquates, la nature humaine capable de grands sacrifices (en dénonçant ceux imposés par l’austérité). En parallèle, elle attribue la persistance et l’amplification de la crise au capitalisme dérèglementé, au sabotage systématique pratiqué par les fondamentalistes du marché.

L’auteure énonce ensuite un impératif: Pour que le moindre changement puisse se produire, une nouvelle vision du monde devra s’imposer, en vertu de laquelle la nature et les autres peuples ne seront plus considérés comme des adversaires, mais comme les partenaires d’un grand projet de réinvention collective.

Dans les deux dernières parties de l’avant-propos intitulées Au-delà de la technique: un enjeu politique et En finir avec le déni (plus de 5 pages), Naomi Klein préconise résolument une mutation fondamentale pour résoudre la crise climatique: rompre l’équilibre du pouvoir, passer des milieux d’affaires aux milieux de vie.

Appréciation

Un ouvrage volumineux de 700 pages, fruit de cinq années d’investigation, de lecture, de réflexion et de rédaction. Une somme admirable pour la richesse et la variété de sa documentation. Un livre captivant et convaincant, d’une lecture conviviale et passionnante.

Référence

Klein, Naomi. - Tout peut changer. Capitalisme et changement climatique. - Montréal: Lux, 2016 ©2015. - 696p. - (Pollux). - ISBN 978-2-89596-238-0. - [Citations, p. 522, 577, 16, 26, 33, 43, 45]. - Bibliothèques de Montréal et BAnQ: 363.73874 K644t 2016.

10 décembre 2016

Mieux enseigner la grammaire

Au cours de son histoire, l’enseignement de la grammaire a été l’objet de nombreuses luttes entre conservateurs et progressistes. Il a souvent été critiqué parce qu’il constituait un instrument de sélection, donc de discrimination sociale. La rénovation grammaticale doit se comprendre dans cette perspective: elle s’est opposée à la tradition élitiste en proposant des outils et des démarches visant à rendre l’apprentissage de la grammaire française accessible à tous, francophones ou non, socialisés au français normé ou pas.

Sous la direction de la spécialiste Suzanne-G. Chartrand, le nouveau guide pédagogique est constitué de deux grandes parties: L’enseignement de la grammaire rénovée et Des dispositifs d’enseignement de la grammaire. La première présente, explique et justifie les fondements de la nouvelle grammaire, tandis que la seconde propose des approches particulières sur des notions plus spécifiques pour la classe.

Dans la partie initiale, les auteurs abordent les thèmes suivants dans cinq chapitres:

- l’historique des réformes de l’enseignement grammatical au cours des dernières décennies; la définition de la grammaire rénovée; des pistes pour relancer la rénovation;
- les notions de classe et de fonction; les outils d’analyse de la phrase; des activités proposées pour la classe;
- les contenus (régularités du système de la langue, analyse de la langue); les démarches de la grammaire rénovée (observation, conceptualisation);
- les enjeux de l’utilisation de la métalangue en classe; le développent de la compétence métalinguistique chez les élèves;
- la progression dans l’enseignement de la grammaire (critères, pertinence et proposition d’une progression spirale).

À titre d’exemple, soulignons la section admirable consacrée aux outils d’analyse de la phrase en grammaire rénovée: le modèle d’analyse et les manipulations syntaxiques (p. 35-38).

Les thèmes abordés dans la seconde partie sont répartis dans neuf chapitres:

- l’enseignement à des élèves en difficulté en français;
- l’enseignement de l’orthographe grammaticale;
- l’enseignement de la notion du verbe au primaire;
- l’enseignement du système de conjugaison;
- l’enseignement de la phrase subordonnée relative au secondaire;
- l’enseignement du cas de la virgule;
- l’enseignement de la reprise de l’information au secondaire;
- l’enseignement du discours rapporté au secondaire;
- la révision-correction de textes en classe.

Chaque chapitre est complété par des références bibliographiques.

Le corps de l’ouvrage est précédé par des hommages envers Éric Genevay (1929-2013) et Francine Thyrion (1946-2012), la liste des contributeurs (auteurs, membres du comité scientifique, membre du comité de lecture du terrain), la table des matières détaillée et une introduction par Suzanne-G. Chartrand.

Le livre est complété par une conclusion, un index et trois annexes: un glossaire des principaux termes de la métalangue, un tableau des correspondances âge / degré scolaire (Belgique, France, Québec, Suisse romande), et des références pour un bibliothèque de base en didactique de la grammaire.

Ce guide est assurément remarquable pour son contenu, mais il est aussi exemplaire pour sa facture graphique. C’est un outil exceptionnel mis à la disposition des enseignants de français, ainsi qu’à toutes les personnes ayant des responsabilités dans la formation des élèves. C’est également un livre incomparable pour les amateurs de grammaire française.

Référence

Chartrand, Suzanne-G., dir. - Mieux enseigner la grammaire. Pistes didactiques et activités en classe. - Montréal: Éditions du Renouveau pédagogique inc. (ERPI) / Pearson, 2016. - xiv, 346p. - ISBN 978-2-7613-7870-3. - [Citation, p. 43]. - Bibliothèques de Montréal et BAnQ: 448.20712 M632 2016.

Sur la Toile

Amélioration du français (CCDMD)
Grammaire de la phrase (Formatic 2000)
Langue française (Fédération Wallonie-Bruxelles)
Portail pour l’enseignement du français (Université Laval)

Articles connexes

La phrase / règles, exercices et corrigés
Antidote 9 / Correcteur, dictionnaires et guides
La grammaire au secondaire
Sémantique conceptuelle du français
Une nouvelle grammaire pratique
Le français apprivoisé
Référentiel des connaissances en français
L’express grammatical pour le secondaire
La grammaire moderne

02 décembre 2016

Les mesures du territoire


Henri Desbois présente dans Les mesures du territoire les aspects techniques, politiques et culturels des mutations de la carte topographique.

Dans l’introduction, l’auteur précise ainsi le but de son étude: «Ce qui suit est une tentative d’enquête sur le rôle de la mesure et du calcul dans nos représentations et nos conceptions de l’espace géographique».

Le corps de l’essai est constitué de trois parties:

I - L’invention de la précision: cartographie et technique de l’astrolabe au GPS

II - La carte de l’État, de la Renaissance à Internet

III - Les imaginaires cartographiques

Les trois volets sont explorés dans une perspective historique. Les explications sont claires et détaillées. Elles sont illustrées par de multiples exemples, dont plusieurs cartes. Une rétrospective des thèmes abordés est présentée dans la conclusion.

Le livre compte plusieurs compléments: bibliographie (noms, œuvres, thèmes), liste des illustrations, index thématique, remerciements, sommaire et table des matières.

Un outil de référence d’une lecture captivante sur les fondements et les développements de la cartographique mathématique et scientifique depuis l’époque de la Renaissance jusqu’à nos jours.

Référence

Desbois, Henri. - Les mesures du territoire: aspects techniques, politiques et culturels des mutations de la carte topographique. - Paris: enssib, 2015. - 239p. - (Papiers). - ISBN 979-10-91281-47-8. - [Citation, p. 9].

Carte

1744 - France - Carte générale de la France. Tableau d'assemblage, Nouvelle carte Qui Comprend les principaux Triangles qui servent à la description Géométrique de la France levée par ordre du Roy / Par Mess.rs Maraldi et Cassini de Thury, de l'Académie Royale des Sciences. Année 1744 ; Tracé d'après les Mesures, et gravé par Dheulland ; Aubin scripsit | Giovanni Domenico Maraldi, cartographe; Aubin, graveur en lettres; Guillaume Dheulland, graveur, cartographe; César-François Cassini de Thury, cartographe | Paris. - Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France (BnF). - [Carte similaire reproduite à la page 39].

Recension

Vincent Enjalbert, « Henri Desbois, Les mesures du territoire: aspects techniques, politiques et culturels des mutations de la carte topographique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 10 mars 2016, consulté le 2 décembre 2016. URL: http://lectures.revues.org/20335

25 novembre 2016

Botanique et horticulture / Références


Cette bibliographie sélective propose des livres, des sites et des articles sur la flore. Les ressources proposées sont destinées à un large public, tels les guides d’identification des plantes. Seuls quelques ressources sont spécialisées, notamment sur la classification des plantes.

Livres

Les livres référencés sont disponibles à la Bibliothèque du Jardin botanique de Montréal ou à la Grande Bibliothèque (BAnQ). Plusieurs de ces livres sont aussi disponibles dans les Bibliothèques de Montréal et dans plusieurs autres bibliothèques publiques du Québec.

Aichelle, Dietmar. - Quelle est donc cette fleur? - Paris: Nathan, 2011. - 400p. - ISBN 978-2-092-78560-7. - BAnQ: 582.13094 A2883q 2011.

Bell, Adrian D. - Les plantes à fleurs. Guide morphologique illustré. - Traduit de l'anglais par O. Roupsard avec le concours de D. Barthélémy; dessins d'Alan Bryan. - Paris: Masson, 1993. - 341p. - ISBN 2-2258-4132-2.

Blamey, Marjorie. - Les fleurs sauvages par couleur. - Traduction de Stéphanie Soudais. - Paris: Flammarion, 2006. - 208p. - ISBN 978 2-0820-1424-X.

Brice, Françoise. - Les mots de la botanique. Dictionnaire. Terminologie bilingue français-anglais. - Préface par Francis Hallé et Philippe Danton. - Paris: Actes Sud, 2011. - 400p. - ISBN 978-2-7427-9890-2. - Bibliothèque du Jardin botanique de Montréal: 0010 B7.1.

Cheers, Gordon; Page, Suzanne; Olds, Margaret; dir. - Botanica. Encyclopédie de botanique et d’horticulture. Plus de 10 000 plantes du monde entier. - Potsdam (Allemagne): H.F. Ullmann, 2013 © 2005. - 1020p. - ISBN 978-3-8480-0286-3. - BAnQ: 635.03 B748 2013.

Cole, Trevor, éd. - Great Canadian Plant Guide: 3 000 Recommended Plants. - Toronto: Dorling Kindersley, 2003. - 670p. - ISBN 1-55363 - Bibliothèque du JBM: 0130 C6.2 2003.

Daigle, Lise; Daigle, Pierre. - Les fleurs sauvages du Québec. Guide d'identification. - 2e édition. - Saint-Constant (Québec): Broquet, 2005. - Tome 1 / Printemps-été, 368p, ISBN 2-89000-671-9. - Tome 2 / Été-automne, 360p, ISBN 978-2-89000-672-7. - Bibliothèque du JBM.

Dupont, Frédéric; Guignard, Jean-Louis. - Botanique. Les familles de plantes. - 16e édition. - Présentation par Yves Cohen. - Préface par Jean-Marie Pelt. - Paris: Elsevier / Masson, 2015. - xvi, 388p. - (Abrégés de pharmacie). - ISBN 978-2-294-74117-3. - BAnQ: 580 D938b 2015.

Erhardt, Walter et al. - The Timber Press Dictionary of Plant Names. - 18th edition. - Portland (Oregon): Timber Press © Eugen Ulmer KG, 2009. - 920p. - ISBN 978-1-60469-115-3. - BAnQ: 580.14 T5831 2009.

Guillot, Gérard. - Guide des fleurs du jardin: 800 espèces, 1 500 photos. - Ouvrage publié sous la direction de Guillaume Eyssartier. - Paris: Belin, 2015. - 696p. - ISBN 978-2-701-18310-7. - BAnQ: 635.9 G962g 2015.

Hay, Roy; Synge, Patrick M.; Kalmbacher, george. - The Color Dictionary of Flowers and Plants. - Compact Edition. - New-York: Crown Publishers, 1992. - 584p. - ISBN 0-517-52456-2. - Bibliothèque du Jardin botanique de Montréal: 0120 H34.1. - [2 048 photos].

Heywood, Vernon H., dir. - Les plantes à fleurs: 306 familles de la flore mondiale. - Traduction de Françoise Brice. - Paris: Nathan, 1996. - 336p. - ISBN 2-09-241056-3. - BAnQ: 582.13 P713pL 1996. - [Traduction de la première édition du livre Flowering Plant Families of the World (1978). La nouvelle édition (2007) de celui-ci décrit 506 familles de plantes.]

Heywood, V. H.; Brummitt, R. K.; Culham, A.; Seberg, O.. - Flowering Plant Families of the World. - Richmond Hill (Ontario): Firefly Books, 2007. - 424p. - ISBN 978-1-55407-206-4. - BanQ: 582.13 F6446 2007. - [506 familles de plantes].

Hodgson, Larry. - Vivaces. Les idées du jardinier paresseux. - Saint-Constant (Québec): Broquet, 2007. - 159p. - ISBN 978-2-89000-831-1. - BAnQ: 635.932 H6914v 2007.

Horticolor (firme). - Guide des plantes vivaces. - Lyon: Horticolor, 2015. - 400p. - ISBN 978-2-904176-41-8. - BAnQ et Bibliothèque du Jardin botanique de Montréal: 635.932 H822g 2015 et 0860 C65.1 2015.

Jean, Gérard. - L'émouvante beauté des feuilles. - Paris: Ulmer, 2015. - 192p. - ISBN 978-2-84138-793-9. - Bibliothèque du Jardin botanique de Montréal: 0130 J4.1.

Jouy, Alain. - Dictionnaire de botanique illustré. - Paris: Ulmer, 2010. - 320p + xxiii (planches). - ISBN 978-2-84138-461-7. - BAnQ: 580.3 J869d 2010.

Judd, Walter S. et al. - Botanique systématique. - Traduction et révision scientifique par Jules Bouharmont et Charles-Marie Eurard. - Bruxelles et Paris: De Boeck Université, 2002. - 467p. - BAnQ: 580.12 B748 202.

Lacoursière, Estelle; Therrien, Julie. - Fleurs sauvages du Québec. - Photographies de Michel Sokolyk. - Montréal: Éditions de l'Homme, 1998. - 272p. - ISBN 978-2-7619-1423-6. - BAnQ: 582.1309714 L145f 1998.

Magnin-Gonze, Joëlle. - Histoire de la botanique. - Paris: Delachaux et Niestlé, 2015. - 380p. - ISBN 978-2-603-02215-3.

Raynal-Roques, Aline. - La botanique redécouverte. - Paris: Belin, 1994. - 512p. - ISBN 2-7011-1610-4. - BAnQ: 580 R274bo 1994.

Reille, Maurice. - Dictionnaire visuel de botanique. - Paris: Ulmer, 2014. - 303p. - ISBN 978-2-84138-649-9. - BAnQ: 580.3 R3621d 2014.

Roguenant, Albert; Lecoufle, Marcel; Raynal-Roques, Aline. - Les Broméliacées. Approche panoramique d'une grande famille américaine. - Paris: Belin, 2016. 651p. - [Introduction traduite en anglais, p. 62-115]. - Bibliothèque du Jardin botanique de Montréal / BAnQ et Bibliothèques de Montréal: 0500 BRO R6.1 / 584.85 R736b 2016.

Schaver, Thomas. - Guide Delachaux des plantes par la couleur : 1150 fleurs, graminées, arbres et arbustes. - Paris: Delachaux et Niestlé, 2009. - 495p. + planches. - ISBN 978-2-603-01669-5. - BAnQ: 582.13094 53133g 2009.

Spence, Ian. - Toutes les plantes du jardin, avec la collaboration de la Royal Horticultural Society. - Montréal: Sélection du Reader’s Digest, 2005. - 384p. - ISBN 0-88850-776-3. - BAnQ: 635.903 S7443t 2005.

Spichiger, Rodolphe-Édouard et al. - Botanique systématique avec une introduction aux grands groupes de champignons. - 4e édition entièrement revue et augmentée. - Lausanne: Presses polytechniques et universitaires romanes (PPUR), 2016. - x, 448p. - ISBN 978-2-88915-134-9. - Bibliothèque du Jardin botanique de Montréal: 0245 S65.1 F 2015.

Sites

Alpine Garden Society (AGS Plant Encyclopaedia)
Amis du Jardin botanique de Montréal (AJBM)
Angiosperm Phylogeny Website (APG)
Australia's Virtual Herbarium (AVH)
Bromeliad Society International (BSI)
Carnet horticole et botanique (Jardin botanique de Montréal)
Discover plants and fungi (Kew)
eFloras
Encyclopédie francophone des orchidées (Univers Orchidées)
Fédération interdisciplinaire de l’horticulture ornementale du Québec (FIHOQ)
Fleurs sauvages du Québec
Flore laurentienne (OSBL)
Glossaire de botanique (FloraQuebeca)
Guide d’identification des mauvaises herbes (MAPAQ) (Gouvernement du Québec)
Index of Botanical Specimens (Harvard University Herbaria & Libraries)
International Plant Names Index (IPNI)
Jardin botanique de Montréal (JBM)
Missouri Botanical Garden (Research)
National Plant Germplasm System (USDA)
Ontario Wildflowers
Plant List (A working list of all known plant species)
Plants Database (USAD)
Québec horticole
Tela Botanica (Réseau des botanistes francophones)
World Checklist of Selected Plant Families (Kew)
Zones de rusticité des plantes au Canada (Gouvernement fédéral du Canada)

Articles

Flore du Jardin botanique de Montréal (Album photo)
La botanique redécouverte
L’émouvante beauté des feuilles
Encyclopédie Botanica
Guide des fleurs du jardin
Un dossier sur le café
Herbier numérique collaboratif citoyen
À la découverte du Nord
Parc botanique À fleur d’eau
Histoire du pavot: opium, morphine et héroïne
Mosaïcultures internationales de Montréal
Un jardin chinois
Herbier de Basil Besler
Regards croisés sur les plantes du Québec
Les jardins du Québec
Les fibres textiles
Guide botanique de Théophraste
Les bryophytes du Québec
Le monde des fougères
La forêt tropicale humide
Les tropiques à Montréal
Faune et flore pour enfants
Des chasseurs de plantes
Un manuel de botanique
Le transport maritime des plantes

Image

Bégonia hybride
Begonia x hybrida 'Megawatt Red'
Begoniaceae
Origine horticole

Source > Flore du Jardin botanique de Montréal (Album photo)

18 novembre 2016

La médiation à l’heure du numérique

Les missions des bibliothèques et centres de documentation évoluent en fonction de nouveaux outils technologiques et de leurs usages sociaux. La création continue de nouveaux outils de recherche et d'échange exige des bibliothécaires de nouvelles compétences et un nouveau type de médiation numérique permettant de faire le lien entre des outils, des dispositifs techniques et les publics.

Publié aux Éditions du Cercle de la Librairie, dans la collection Bibliothèques, le nouveau livre de Jean-Philippe Accart propose aux bibliothécaires et documentalistes la maîtrise de la médiation numérique.

L’auteur expose son argumentaire sous deux volets: La notion de médiation et de médiation en ligne, La mise en œuvre de la médiation en ligne. Ces volets théorique et pratique sont développés dans plusieurs chapitres.

Partie I - Théorie

Trois chapitres sont consacrés aux notions théoriques. Le premier porte sur le concept de médiation (définitions), les deux grands types de médiation (présentiel, virtuelle), les multiples facettes de la médiation (sociale, culturelle, autour du livre, documentaire, pédagogique, numérique, entre pairs, technique ou technologique, scientifique), les métiers de la médiation (accueil, formation, animation, gestion, numérique). Les implications pour les bibliothèques et services de documentation sont ensuite abordées: l’inscription de la médiation dans une politique globale de services, l’identité numérique démultipliée dans la sphère numérique. Les enjeux majeurs pour les professionnels de l’information sont enfin abordés, la plateforme Isidore étant cité en exemple.

Le deuxième chapitre traite des bibliothèques et services de documentation sous le prisme de l’économie. Plusieurs aspects sont analysés: la problématique de l’attention, la théorie des biens communs de la connaissance, l’émergence de l’économie dite de partage, l’accès gratuit ou payant à l’information, la valorisation et l’évaluation des services documentaires en ligne.

Le troisième chapitre met l’emphase sur l’évolution des rôles des utilisateurs et des professionnels de l’information à l’ère du numérique. Les profils des usagers sont décrits sous les catégories jeunes, aînés, décideurs, cadres, salariés, chercheurs, ingénieurs et techniciens, enseignants et étudiants. Les rôles et compétences des bibliothécaires et documentalistes à titre de consultants sont ensuite spécifiés. Les interactions fructueuses entre usagers et professionnels de l’information font l’objet des dernières sections du chapitre.

Partie II - Pratique

La mise en œuvre de la médiation en ligne fait l’objet de cinq chapitres. Les besoins des utilisateurs en information numérique sont étudiés dans les chapitres 4 et 5: l’accès aux documents numériques, la recherche personnelle, la consultation d’information de manière permanente, l’accès à des sources d’information multiples, l’accès à des informations sélectionnées et validées, la découverte et l’apprentissage d’autres technologies, l’interactivité avec des professionnels de l’information et la participation à des communautés d’intérêts.

Le sixième chapitre présente un processus structuré en vue de l’établissement d’une plateforme de services de médiation. Dans ce contexte, la démarche projet et le plan d’affaires sont décrits d’une façon détaillée.

Le chapitre suivant explique comment promouvoir les services offerts par les bibliothèques et les services de documentation. Les notions théoriques et les modalités d’application sont précisées avec de multiples exemples, notamment en ce qui concerne la communication avec le public visé.

D’une manière rétrospective et prospective, un plan de développement pour la médiation numérique est proposé dans le chapitre conclusif. Celui-ci compte trois facettes: les éléments constitutifs du besoin croissant de médiation et de médiation numérique; le projet de médiation numérique et la mise en place de services numériques; les compétences de l’architecte de l’information.

Structure générale

Le livre est préfacé par Christophe Deschamps, consultant en gestion de l’information. Cette présentation est suivie d’une introduction en trois points: l’importance du sujet traité dans le livre, le résumé de chaque chapitre, les publics cibles.

Placé en début d’ouvrage, le sommaire est détaillé.

Les chapitre sont structurés d’une façon didactique: titre explicite, introduction, exposé graduel des notions, références en bas de page, schémas synthèses, encadrés thématiques, bibliographie contextuelle.

La mise en page exemplaire et le style limpide de l’auteur favorisent une lecture conviviale, agréable et instructive.

L’ouvrage est complété par une bibliographie générale, un index des auteurs cités, un index des termes et une liste des sigles et acronymes.

En plus d’être destiné aux professionnels des bibliothèques et services de documentation, le livre s’adresse également aux décideurs et professionnels du monde numérique, ainsi qu’aux professeurs et étudiants.

Référence

Accart, Jean-Philippe. - La médiation à l'heure du numérique. - Préface de Christophe Deschamps. - Paris: Électre / Éditions du Cercle de la Librairie. - 172p. - ISBN 978-2-7654-1505-3. - Bibliothèques de Montréal et BAnQ: à venir.

Sur la Toile

Jean-Philippe Accart (Blogue de l’auteur)
Isidore (Plateforme de recherche en sciences humaines et sociales)
Portail de la médiation numérique (Gouvernement de la France)

Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ)
Services de référence sur place et à distance (BAnQ)
Vitrine et écrans interactifs (BAnQ)

Bibliothèque nationale de France (BnF)
Aides à la recherche documentaire (BnF)

Bibliothèque nationale suisse (Bns)
Des questions sur la Suisse (Bns)

Library of Congress (LoC)
Ask a Librarian (LoC)

British Library (BL)
Help for researchers (BL)

Articles connexes

Les 500 mots métiers
Le Métier de documentaliste (4e édition)
Regards croisés sur les métiers des sciences de l’information
Mémento de l’information numérique
Communiquer !
Les services de référence

11 novembre 2016

Comment tromper les électeurs ?

Peux-tu me dire ce que la honte, la décence, l’honnêteté, la pudeur, les bons sentiments ont à voir avec la politique ?

*

Au début du siècle dernier, Roberto Arlt (1900-1942) publie la nouvelle Comment tromper les électeurs ? dans le quotidien El Mundo.

C’est l’histoire d’un gars qui en rencontre un autre. Le premier est candidat, le second journaliste.

Le candidat sollicite l’aide du journaliste pour dénicher une sottise qui va épater les imbéciles qui croient à la démocratie.

Le journaliste lui reproche son cynisme. Le candidat se fâche, donne un coup de poing sur la table et se justifie par divers arguments.

En conclusion, le célèbre auteur argentin laisse la parole au candidat:

« […] il nous manque un grand mensonge capable de faire bouger la masse citoyenne. Celui qui le trouvera, croyez-moi, celui qui trouvera ce grand mensonge pourrait même être président de la République. »

Référence

Arlt, Roberto. - Dernières nouvelles de Buenos Aires. - Présenté et traduit par Antonia Garcia Castro, avec une postface de Ricardo Piglia. - Paris: Asphalte, 2015 © 1928-1942. - 196p. - ISBN 978-2-91867-57-2. - [Chronique Comment tromper les électeurs?, p. 37-40]. - [Citations, p. 39, 37-38, 39 et 40]. - BAnQ: 868.62 A725d 2015.

Version audio

Arlt, Roberto. - Comment tromper les électeurs ? (Brève présentation, 1:15 min / Texte intégral de la nouvelle lue par Antoine Vincenot et Chloé Lasne, 5:10 min).

Articles connexes

Le chef-d’œuvre de Roberto Arlt
La campagne électorale | William Hogarth

Actualité

Dans une entrevue accordée au quotidien Le Devoir, le célèbre auteur québécois Michel Tremblay tient ces propos au sujet des politiciens:

« Ce qui m'insulte le plus, c'est qu'ils nous mentent en plein face. Et ils savent qu'on sait qu'ils nous mentent en pleine face, mais ils continuent quand même. Ce cynisme de la politique me démolit. Je suis maintenant complètement apolitique à cause de ça. [...] On élit un gouvernement parce qu'on veut se débarrasser de celui qui était là avant. Il n'y a plus de héros. Quand est-ce qu'est arrivé un grand personnage, avec du charisme, qu'on a voulu suivre? C'est tellement évident pour tout le monde que ce ne sont plus les gouvernements qui mènent mais les grosses compagnies. » (Entrevue avec Danielle Laurin, 19-20 novembre 2016, cahier F, page 1)

04 novembre 2016

Flore du Jardin botanique de Montréal


Les plantes du Jardin botanique de Montréal proviennent de tous les continents. Elles sont regroupées dans une trentaine de jardins thématiques, les dix serres d’exposition et le vaste arboretum. L’album photo Flore du Jardin botanique de Montréal présente une grande variété de ces végétaux.

Les photos de l’album ont une dimension de 2048 x 1152 pixels. Elles peuvent être utilisées gratuitement à des fins éducatives non commerciales, sous une licence CC BY-NC-SA.

Chaque photo est accompagnée d’une fiche signalétique contenant des informations botaniques, relationnelles et techniques. Les informations botaniques fournissent le nom commun (français, anglais) le nom scientifique (latin), la famille (latin) et l’origine (horticole ou autre) de la plante.

Les photos sont classées par ordre alphabétique des noms communs (français) des plantes. Elles peuvent être affichées individuellement ou en séquence, sous forme de diaporama. Les plantes sélectionnées sont classées dans plusieurs familles différentes (terminaison -aceae en latin et -acée en français):

Acanthaceae Aceraceae Acoraceae Actinidiaceae Adoxaceae Agavaceae Aizoaceae Alismataceae Alliaceae Amaranthaceae Amaryllidaceae Anacardiaceae Apiaceae Apocynaceae Aquifoliaceae Anacardiaceae Anemiaceae Araceae Araliaceae Araucariaceae Arecaceae Asclepiadaceae Asparagaceae Aspleniaceae Asteraceae Athyriaceae
Balsaminaceae Begoniaceae Berberidaceae Betulaceae Bixaceae Blechnaceae Boraginaceae Brassicaceae Bromeliaceae Buddlejaceae Buxaceae
Cactaceae Caesalpiniaceae Calycanthaceae Campanulaceae Cannabaceae Cannaceae Caprifoliaceae Caricaceae Caryophyllaceae Celastraceae Cercidiphyllaceae Cibotiaceae Cistaceae Cleomaceae Clethraceae Clusiaceae Combretaceae Commelinaceae Convolvulaceae Cornaceae Costaceae Crassulaceae Cucurbitaceae Cupressaceae Cycadaceae Cyperaceae
Davalliaceae Datiscaceae Dicksoniaceae Didiereaceae Dioscoreaceae Dipsacaceae Droseraceae Dryopteridaceae
Elaeagnaceae Ericaceae Equisetaceae Euphorbiaceae
Fabaceae Fagaceae
Gentianaceae Geraniaceae Gesneriaceae Ginkgoaceae Goodeniaceae Grossulariaceae
Haemodoraceae Hamamelidaceae Heliconiaceae Hippocastanaceae Hippuridaceae Hydrangeaceae
Iridaceae
Juglandaceae
Lamiaceae Lardizabalaceae Lauraceae Lentibulariaceae Liliaceae Loganiaceae Lycopodiaceae Lygodiaceae Lythraceae
Magnoliaceae Malvaceae Marantaceae Marattiaceae Melanthiaceae Melastomataceae Meliaceae Menyanthaceae Mimosaceae Moraceae Musaceae Myrtaceae
Nepenthaceae Nephrolepidaceae Nyctaginaceae Nymphaeaceae
Oleaceae Onagraceae Orchidaceae Osmundaceae
Pandanaceae Papaveraceae Passifloraceae Pinaceae Piperaceae Pittosporaceae Plantaginaceae Plumbaginaceae Poaceae Paeoniaceae Podocarpaceae Polemoniaceae Polypodiaceae Pontederiaceae Portulacaceae Primulaceae Pteridaceae Punicaceae
Ranunculaceae Rosaceae Rhamnaceae Rubiaceae Rutaceae
Salicaceae Sapindaceae Sapotaceae Sarraceniaceae Saururaceae Saxifragaceae Sciadopityaceae Scrophulariaceae Solanaceae Strelitziaceae
Taxaceae Taxodiaceae Theaceae Thelypteridaceae Tiliaceae Tropaeolaceae Typhaceae Thymelaeaceae
Ulmaceae Urticaceae
Valerianaceae Verbenaceae Violaceae Vitaceae
Xanthorrhoeaceae
Zamiaceae Zingiberaceae Zygophyllaceae

Pour une première exploration de l’album, je vous suggère d’afficher les photos de ces dix plantes: Abutilon de Palmer (Malvacée), Aronie à fruits noirs (Rosacée), Cordyline australe (Asparagacée), Dioon (Zamiacée), Hohenbergia (Broméliacée), Iris tigré (Iridacée), Sélin de Wallich (Apiacée), Spigèle du Maryland (Loganiacée), Stenotaphrum (Poacée), Tamarillo nain (Solanacée).

L’album Flore du Jardin botanique de Montréal est proposé dans Le monde en images, un site produit par le Centre collégial de développement de matériel didactique (CCDMD). Cet organisme pédagogique est géré par le Collège de Maisonneuve.

Références

Flore du Jardin botanique de Montréal (Album photo)
Le monde en images (CCDMD)
Centre collégial de développement de matériel didactique
Collège de Maisonneuve

Botanique et horticulture / Références (Livres, sites, articles)

Jardin botanique de Montréal (JBM)
Amis du Jardin botanique de Montréal (AJBM)

Image

Gerbéra (Gerbera)
Gerbera ‘Garvinea Sweet Memories’
Asteraceae
Origine horticole

Photo prise au Jardin botanique de Montréal © Claude Trudel 2016

28 octobre 2016

Guide sur l’architecture contemporaine


Antique, classique, moderne ou contemporaine, spontanée ou savante, intuitive ou conceptualisée, l’architecture est une et indivisible dans sa pluralité dès lors qu’elle est art, création, écriture.

Gilles de Bure nous invite à découvrir le monde fascinant de l’architecture contemporaine. Son guide est structuré d’une façon aussi didactique qu’esthétique. À cet égard, le sommaire donne le ton.

Dans l’introduction, l’auteur raconte sa «première fois»… le saisissement ressenti lorsqu’il découvre à 10 ans la place des Vosges. Puis, il épilogue sur ses découvertes ultérieures. En face, sur la page de gauche, l’édifice aérien de la Fondation Louis Vuitton (Paris, Frank O. Gehry, 2014).

Le guide compte trois parties: les chapitres thématiques, les biographies d’une vingtaine d’architectes et les compléments. Après avoir lu l’introduction, le parcours des annexes est tout indiqué: Dictionnaire abrégé des styles, Les lauréats, Où voir l’architecture, Mots-clés, Bibliographie, Crédits.

J’ai feuilleté les chapitres thématiques avant de les lire d’une façon méthodique. Je me suis attardé aux photos et à leur description respective. Quelques-unes ont particulièrement attiré mon attention: Centre Pompidou (Paris, Renzo Piano et Richard Rogers, 1977), Cube orange (Jakob et MacFarlane, Lyon, 2010), Maison de bambou (Grande Muraille, Kengo Kuma, 2008), Stade olympique (Beijing, Herzog & de Meuron, 2008), Congrès national (Brasilia, Oscar Niemeyer, 1980), Musée Guggenheim (New-York, Frank Lloyd Wright, 1959), Parc des Princes (Paris, Roger Tallibert, 1972), Assemblée nationale du Bangladesh (Dacca, Louis Kahn, 1974), Fondation Cartier pour l’Art contemporain (Paris, Jean Nouvel, 1994), Centre culture Jean-Marie-Tjibaou (Nouméa, Renzo Piano,1988), Dôme du Millénium (Londres, Richard Rogers, 1999).

Le chapitre initial aborde certaines généralités de base: la naissance de l’art contemporain, la prédominance des architectes masculins et la rareté des architectes féminins, la simplicité concomitante à la complexité, la vision artistique conjuguée aux avancées technologiques et à la maîtrise des matériaux (traditionnels et nouveaux), l’architecture comme vecteur de communication et les concours internationaux.

C’est avec plaisir que j’ai revu en photo le Centre Pompidou, un des édifices qui m’avais le plus étonné lors d’un premier voyage dans la capitale française. Un nouveau centre culturel d’un style industriel dans un vieux quartier résidentiel. Quel contraste et quelle originalité! Surtout après avoir visité la Sainte-Chapelle (Paris, Pierre de Montreuil ou Jean de Chelles, 1248), dont une photo est présentée dans le Dictionnaire abrégé des styles. La photo du Cube orange m’a aussi bien impressionnée: une forme si courante rendue en dentelles lumineuses aux détails polymorphes. Quelle ingéniosité!

Le court chapitre 2 porte sur les interactions entre l’architecture, d’une part, et l’art (créativité), le cinéma (ville) et la mode (vitrines de luxe), d’autre part. À titre d’exemple, la façade de l’Immeuble Hermès (Tokyo, Renzo Piano, 2001) avec ses 13 000 briques de verre. Un ravissement pour la vue!

Le chapitre 3 explore les différentes facettes innovantes, les divers styles novateurs de l’art contemporain (exemples): modernisme (Édifice Seagram, New-York, Ludwig Nies Van der Rohe), postmodernisme (Messeturm, Francfort, Murphy/Jahn, 1991), haute-technologie (Siège de la banque Hong-Kong et Shanghai, Hong-Kong, Norman Foster, 1986), minimaliste (Médiathèque, Sendai, Toyo Ito, 2001), néobaroque (Théâtre Mariinsky II, projet, Saint-Pétersbourg, Dominique Perrault, 2003), déconstructiviste (Gymnase, Palonio, Massimiliano Fuksas, 1985), écologisme (Maison en bambou, Grande Muraille, kengo Kuma, 2008). Cette grammaire des styles présente le paysage éclaté de l’art contemporain en décrivant des œuvres exemplaires.

Le chapitre 4 présente une double sélection d’habitats collectifs et individuels. Soulignons les œuvres pionnières d’habitats collectifs de Le Corbusier [Charles-Édouard Jeanneret-Gris] (Marseille, La Cité radieuse, 1952), Jean Renaudie (Ivry-sur-Seine, logements sociaux, 1975) et Christian de Portzamparc (Paris, Les Hautes-Formes, 1979). Les constructions individuelles pionnières d’architectes novateurs sont aussi contextualisées: Palais Stoclet (Bruxelles, Joseph Hoffmann, 1911), Maison de verre (Paris, Pierre Chareau, 1932), Maison Fallingwater (Bear Run, Frank Lloyd Wright, 1939). De nombreuses réalisations ultérieures sont présentées, dont les logements Atlantis (Miami, Acquitectonica, 1982) et la maison Le Goff (Marseille, Rudy Ricciotti, 1999).

Le chapitre 5 met en évidence la dimension cultuelle inhérente aux grandes et prestigieuses réalisations architecturales (exemples): les musées (Musée des sciences, planétarium et opéra, Valence, Santiago Calatrava, 2006), les médiathèques (Bibliothèque de Peckham, Londres, William Alsop, 1999), les salles de concert (Philharmonie de l’Elbe, Hambourg, Herzog & de Meuron, 2015), les fondations (Centre d’art Pinchuk, Kiev, Philippe Chiambaretta, 2006), et les stades (Complexe olympique, Montréal, Roger Tallibert, 1976).

L’auteur introduit ainsi l’exemple du Complexe olympique de Montréal: «Aujourd’hui, les Jeux olympiques retransmis par la télévision et Internet accueillent des milliards de spectateurs. L'occasion, une fois encore, de mettre les prouesses sportives au cœur des prouesses architecturales. On l’a vu en 1972 avec les structures tendues au-dessus du stade olympique de Munich et en 1976 avec le complexe olympique édifié à Montréal par Roger Tallibert.»

Le chapitre 6 porte sur deux volets:
1 / L’architecture symbolique lié aux pouvoirs publics: assemblée nationale, hôtel de ville, palais de justice, gare ferrière, pont, passerelle, aéroport, etc. À titre d’exemple, la gare TGV d’Avignon (Jean-Marie Duthilleul, 2001) et l’aéroport de Beijing (Norman Foster, 2008);
2 / L’architecture mythique liée aux fastes et à la religion. Deux exemples: l’hôtel Atlantis (Dubaï, Skidmore, Owings et Merrill, 2009) et la mosquée du roi Faysal (Islamabad, Vedat Dalokay, 1986).

Le chapitre 7 est dédié aux utopies. Sous ce thème, l’auteur s’attarde aux réalisations de Le Corbusier à Chandigarh (plan, 1951, villa Sarabhai, 1953, Assemblée nationale, 1955) et d’Oscar Niemeyer à Brasilia (Palais présidentiel, 1960, Congrès national, 1960, cathédrale Notre-Dame-de-l’Apparition, 1970). Il évoque ensuite les perspectives d’avenir.

Le bref chapitre 8 présente des gratte-ciels célèbres, dont les tours Swiss Re (Londres, Norman Foster, 2004) et Burj Khalifa (Dubaï, Skidmore, Owings et Merrill, 2010).

Le chapitre suivant retrace d’une façon chronologique les œuvres marquantes de l’architecture contemporaine sous des thèmes variés (exemples): Le sacré, La prouesse, Le paradoxe, L’asymétrie (Berlin, Théâtre philharmonique, Hans Scharoun, 1963), L’oblique, La couleur (Mexico, Los Clubes, Luis Barragan, 1968), Le lyrisme, La performance, La légèreté, Le silence et L’hérésie (Houston, façade du magasin Best, Site, 1975).

Le dernier chapitre est consacré à vingt architectes de renom: William Aslop, Tadao Ando, Patrick Bouchain, Coop Himmelb(l)au, Norman Foster, Future Systems, Frank O. Gehry, Zaha Hadid, Herzog & de Meuron,rem Koolhaas, Daniel Libeskind, MVRDV, Jean Nouvel, Dominique Perrault, Renzo Piano, Christian de Portzamparc, Rudy Ricciotti, Richard Rogers, Sanaa et Bernard Tschumi. Chaque texte biographique est accompagné par une photo de l’architecte, une ou plusieurs photos d’œuvres réalisées et d’une chronologie des principales réalisations. Tout comme les exposés des chapitres précédents, ces récits sont instructifs et captivants.

Ce guide sur l’architecture contemporaine est un outil de référence remarquable. Toutefois, une lacune majeure: l’architecture contemporaine en Afrique est complètement ignorée.

Référence

Bure, Gilles de. - Architecture contemporaine. - Paris: Flammarion, 2015. - 224p. - (Le guide). - ISBN 978-2-0813-4385-6. - [Citations, p.5, 11-112]. - BAnQ: 724.4 B9521a 2015.

Photo

Stade olympique de Montréal © Claude Trudel (22 avril 2013)

Lecture complémentaire

Dunton, Nancy; Malkin, Helen. - Guide de l'architecture contemporaine de Montréal. - 2e édition. - Montréal: Presses de l'Université de Montréal, 2016. - BAnQ: à venir [720.971428 D927g 2008 vz].

Sur la Toile

Archicaine (L’architecture africaine du vernaculaire au contemporain)
Architecture du Québec
Kollectif (Activités publiques et professionnelles se déroulant dans la communauté architecturale du Québec)
Ordre des architectes du Québec (OAQ)

22 octobre 2016

La botanique redécouverte


Les ouvrages de référence sur la botanique sont innombrables. Celui d’Aline Raynal-Roques est particulièrement captivant. Ses buts sont multiples, dont ceux-ci:

- découvrir la variété du monde végétal;
- aborder les traits généraux de son évolution;
- envisager les grandes lignes de sa nutrition, de son fonctionnement et de son comportement biologique;
- mettre en évidence les caractéristiques du végétal.

Le livre est ainsi constitué:

- préliminaires: préface, avant-propos
- introduction (évolution de la pensée botanique)
- partie 1 (botanique logique)
- partie 2 (diversité des plantes)
- partie 3 (succès des angiospermes)
- partie 4 (diversité des formes)
- conclusion
- annexes (lexique, aide-mémoire étymologique, index des termes cités, table des illustrations, bibliographie).

Destiné à un large public, l’ouvrage est bien structuré. Les illustrations sont nombreuses, claires et légendées. Les exemples sont éloquents et diversifiés.

Quel plaisir de parcourir cet ouvrage!

Image

Nymphéa (Water Lily)
Nymphaea ‘Midnight’
Nymphaeaceae
Origine horticole

Les Nymphéacées font l’objet d’observations dans plusieurs pages du livre d’Aline Raynal-Roques (voir l’Index des termes cités).

Photo prise au Jardin botanique de Montréal © Claude Trudel 2016

Référence

Raynal-Roques, Aline. - La botanique redécouverte. - Préface par Raymond Schnell. - Paris: Belin, 1994. - 512p. - ISBN 2-7011-1610-4. - BAnQ: 580 R274bo 1994.

En plus de la version papier, une version numérique de cet ouvrage est offerte chez Archambault: La Botanique redécouverte (extrait de plusieurs pages).

Articles connexes

Encyclopédie Botanica
Guide des fleurs du jardin

16 octobre 2016

Cartes thématiques marquantes

Dans son ouvrage intitulé Maps that Changed the World, John O. E. Clark présente une vaste collection de cartes illustrant des étapes marquantes de l’histoire de la cartographie. La sélection des cartes répertoriées est basée sur cinq critères:

«The maps reproduced in this book have been chosen to highlight specific cartographic themes […]. Maps have also been chosen because their creator is an important figure in the history of cartography […]. Some maps deserve their place as examples of specific mapping techniques or approaches […]. Some of the maps symbolize or encapsulate an entire cosmology […]. The maps shown in this volume have been chosen not only for their significance but also their beauty.»

L’introduction, par Jeremy Black, professeur d’histoire à l’Université d’Exeter, porte sur la nature des cartes et l’évolution de la cartographie. Il précise par des exemples variés les divers défis relevés par les cartographes au cours de l’histoire humaine.

Le livre compte six parties: les premières cartes, les innovations cartographiques, les Grandes découvertes, les cartes militaires, les délimitations des frontières, les cartes imaginaires. Il est complété par une bibliographie anglo-saxonne, des remerciements, un index et les crédits iconographiques.

Chaque partie est précédée d’une introduction jointe à un document cartographique. Les divers chapitres sont ainsi constitués: titre, sommaire, exposé, carte(s) légendée(s). À titre d’exemple, citons une carte reproduite dans chacune des parties du recueil:

[ Introduction ] - 1786 - Monde - Grande mappemonde céleste, terrestre, historique & cosmographique, dediée au Roi, où sont représentés les differens systêmes du monde / Brion de la Tour, Charles Louis Desnos | State Library of New South Wales

[ Le choix des cartes] - 1826 - France - Map of France shows settlements, district boundaries, roads, canals, and topographical features / Joseph Perkin | Getty Images

[ Les premières cartes ] - 1132 - Chine - Estampage et reproduction d’un des deux plus anciens spécimens de la cartographie chinoise / Carte gravée sur pierre | Gallica/BnF

[ Les innovations cartographiques ] - 1579 - Angleterre et Pays de Galles - Atlas of the Counties of England and Wales / Christopher Saxton, Augustin Ryther | British Library

[ Les Grandes découvertes ] - 1677 - Nouvelle-France - Le Canada faict par le Sr de Champlain où sont la Nouvelle France, la Nouvelle Angleterre, la Nouvelle Holande, la Nouvelle Suede, la Virginie &c. avec les nations voisines et autres terres nouvellement decouvertes / Samuel de Champlain, Pierre Duval | Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ)

[ Les cartes militaires ] - 1861 - Bataille de Kernstown - Battle of Kernstown, Sunday, 23 March, 1862 / Jedediah Hotchkiss | Library of Congress

[ Les délimitations des frontières ] - 1718 - Louisiane - Carte de la Louisiane et du cours du Mississipi / Guillaume Delisle | Gallica / BnF

[ Les cartes imaginaires ] - 1703 - Prairies - Carte de la rivière Longue et de quelques autres qui se dechargent dans le grand fleuve de Missisipi / Louis Armand de Lom d'Arce, baron de Lahontan | Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ)

La mise en page du livre est exemplaire. La collection des cartes sélectionnées et commentées est remarquable. Les exposés sont limpides et captivants. Toutefois, les notices bibliographiques des documents pourraient être plus détaillées.

Un ouvrage utile pour les cours d’histoire et de géographie, ainsi que pour l’enseignement de la cartographie.

Référence

Clark, John O. E. - Maps that Changed the World. - Introduction par Jeremy Black. - Londres: Batsford, 2015. - 256p. - ISBN 978-1-8499-4297-3 - [Citation, The Choice of Maps, p. 14]. - BAnQ: 910 M.

Lectures complémentaires (livres numériques gratuits)

Cartes commentées
Anciennes cartes géographiques

09 octobre 2016

Analyse du livre « Tenir tête » (Gabriel Nadeau-Dubois)

L’essai de Gabriel Nadeau-Dubois sur le Printemps québécois, publié le 10 octobre 2013, a connu une popularité phénoménale. Pendant les vingt-trois semaines qui ont suivi son lancement, Tenir tête a figuré au Palmarès Gaspard/Le Devoir. Il a fait l’objet de maintes recensions. Par ailleurs, il est cité à plusieurs reprises dans le Rapport de la Commission spéciale d'examen des événements du printemps 2012.

L’architecture de l’essai

La structure de l’ouvrage est organique: dédicace, épigraphe, introduction, trois parties, épilogue, remerciements et chronologie. La première partie porte sur trois assemblées étudiantes débattant de la pertinence d’une grève générale illimitée. La seconde aborde les thèmes de la «juste part» et de l’«excellence». La troisième retrace les moments clés de la grève étudiante et de la crise sociale. Comme plusieurs passages de l’essai, les remerciements sont émouvants. Les repères chronologiques de l’annexe sont tirés de l’excellente anthologie Le Printemps québécois, par Maude Bonenfant, Anthony Glinoer et Martine-Emmanuelle Lapointe (Montréal, Écosociété, 2012).

Le caractère intimiste de l’essai

Tenir tête est encadré par une dédicace et les coordonnées de sa rédaction: À ma mère et à mon père, qui m’ont transmis leur amour des gens et de la justice | Saint-Antoine-de-Pontbriand, juin 2013. La nature intimiste de l’ouvrage est explicitement dévoilée dans l’introduction: J’ai écrit ce livre pour réfléchir à ce que cette grève a révélé de nous-mêmes, pour méditer sur la manière dont elle a transformé nos vies, et notamment la mienne. […] C’est mon récit […].

Un essai temporel

Héritage parental, lieu familial originaire, transformation personnelle. Ces thèmes des citations précédentes témoignent du sens historique chez Gabriel Nadeau-Dubois, un étudiant poursuivant alors la majeure de son baccalauréat en Histoire, culture et société à l’Université du Québec à Montréal (UQÀM).

Tout au long de l’essai, les évocations de temporalité sont innombrables. Citons-en les marques initiales, les premiers mots de l’épigraphe et de l’introduction: Toute l’histoire des progrès de la liberté humaine… | Toute histoire a un commencement… Presque tous les chapitres débutent par une datation: Aujourd’hui (1), Mi-février (2), Octobre 2011 (3), En mai 2012 (5), Le lundi 23 avril (6), 21 avril (7), Nous sommes le 27 avril (8), Deux mois jour pour jour (10). Enfin, la phrase conclusive de l’essai: Au printemps 2012, nous avons marché vent debout, à l’envers du temps, et c’est vers nous que nous allions. Mais au-delà des événements évoqués, le jeune écrivain exprime sa vision de la vie et de la société, le sens de son implication et de son engagement.

L’éducation civique au cœur de l’essai

Gabriel Nadeau-Dubois ayant exprimé à maintes reprises son ambition de devenir professeur, soulignons une des facettes majeures de Tenir tête, sa dimension éminemment pédagogique. Attardons-nous à la première partie intitulée Trois assemblées générales. Axés sur la démocratie, les titres de chapitre sont révélateurs: À douze votes près, Une génération que l’on attendait plus, La haine de la démocratie. Comme au début d’un cours, l’auteur entre en scène d’une façon captivante. Il poursuit ensuite son exposé avec brio. Enfin, il conclut son enseignement par une ouverture sur la société.

Chacun des trois chapitres est constitué de deux sections. La première raconte les péripéties de l’assemblée étudiante, tandis que la seconde section en dégage le sens théorique et les implications pratiques.

Le premier chapitre raconte le déroulement de l’assemblée générale du 7 février 2012 au Collège de Valleyfield. La première section contient trois séquences (treize pages). Au point de départ, une dramatisation de l’événement: la fin du discours de Gabriel Nadeau-Dubois débutant par l’assertion Aujourd’hui, ici, au Cégep de Valleyfield, l’Histoire vous regarde. Cette entrée en matière est suivie de considérations sur l’importance stratégique du vote à venir. La dernière séquence porte sur la votation: le début du discours de Gabriel Nadeau-Dubois, puis les discussions et le déroulement du vote. La seconde section du chapitre rend hommage aux initiateurs de la grève (trois pages): Cette grande grève se déploie sur un spectre complexe dont les multiples facettes s’observent, se scrutent sous plusieurs angles, mais ce sont les militants et militantes de la première heure qui l’ont tout d’abord rendu possible.

D’un point de vue didactique, ce chapitre est construit d’une façon exemplaire: 1° (amorce) interpellation directe du lecteur par un discours passionné de Gabriel Nadeau-Dubois, 2° (enjeu) explication du contexte dramatique de l’événement et de l’importance stratégique du vote à venir, 3° (événementiel) récit circonstancié du déroulement survolté de la votation, 4° (conclusion) reconnaissance du travail méconnu et héroïque des premiers artisans du mouvement étudiant, et leçon pour les militants et les citoyens.

Le deuxième chapitre raconte le déroulement de l’assemblée générale du 21 février 2012 au Collège de Maisonneuve. La première section contient deux séquences (six pages). La première séquence est brève. Elle met en relief les sentiments personnels du porte-parole de la CLASSE quant à la mobilisation en cours et à la poursuite de la grève jusqu’au 22 mars, la grande manifestation nationale étant prévue pour ce jour-là. La seconde séquence raconte le déroulement harmonieux de l’assemblée: les prises de position contrastées et le résultat du vote largement favorable à la grève générale illimitée. La seconde section contient deux composantes (six pages). La première porte sur l’impact de ce résultat et l’envolée fulgurante consécutive en faveur de la grève: Ce soir-là, j’ai compris que la mobilisation de 2012 serait radicalement différente des précédentes. Gabriel Nadeau-Dubois conclut le chapitre en évoquant le monde monolithique dans lequel il a vécu jusqu’ici, un monde caractérisé par une économie néolibérale provoquant des révoltes populaires et étudiantes: C’est dans un contexte de bouillonnement politique mondial que le mouvement étudiant d’ici a surgi.

D’un point de vue didactique, ce chapitre est construit d’une façon exemplaire: 1° (amorce) sentiments mitigés de Gabriel Nadeau-Dubois sur la poursuite de la mobilisation étudiante, 2° (événementiel) déroulement étonnant de l’assemblée et vote massif en faveur de la grève, 3° (conclusion) mobilisation exponentielle, inusitée et inattendue de la jeunesse québécoise, 4° (épilogue) contexte mondial de contestation du néolibéralisme.

Le troisième chapitre raconte le déroulement de l’assemblée générale du 26 octobre 2011 au Collège Lionel-Groulx. La première section est très brève (deux pages et demie). Une séquence initiale où Gabriel Nadeau-Dubois prend la parole devant une foule hostile. La séquence suivante décrit succinctement le déroulement confus des discussions et du vote défavorable à la grève au cours d’une assemblée où la haine de la démocratie se manifeste ouvertement. La seconde section est constituée de plusieurs composantes (onze pages). La première concerne les fondements démocratiques du mouvement étudiant: Cette grève a été l’un des plus vastes chantiers d’éducation civique qu’ait connus le Québec. Pendant un an, dans des centaines d’assemblée, des dizaines de milliers de personnes ont débattu de l’avenir d’une institution et de sa place dans la société. En contraste, la deuxième composante a trait au mépris de la démocratie étudiante: Les opposants à la grève n’ont jamais pris au sérieux l’aspect pédagogique des assemblées générales étudiantes, pas plus que leur caractère hautement démocratique. La troisième composante souligne la contribution remarquable du mouvement étudiant à la politisation de centaines de milliers de personnes. Le bilan de la grève est formulé en conclusion: Cette grève, avec ses assemblées et le mouvement des casseroles qui en a été le sommet, a été la meilleure école d’engagement politique que l’on puisse imaginer.

D’un point de vue didactique, ce chapitre est construit d’une façon exemplaire: 1° (amorce) discours inaugural courageux de Gabriel Nadeau-Dubois, 2° (événementiel) déroulement chaotique des discutions et de la votation, 3° (argumentaire) respect des principes démocratiques et participation significative dans la très grande majorité des assemblées étudiantes, valorisation de la démocratie directe face à l’ineptie des opposants à la grève, 4° (conclusion générale aux trois chapitres) réussite méritoire de la grève.

L’agencement même des trois chapitres est didactique. D’abord, deux assemblées de 2012 favorables à la grève, la première par une très faible majorité, la seconde par une large majorité. La troisième, antérieure aux deux autres assemblées et tout en contraste avec celle du chapitre deux, est caractérisée par son indiscipline et son vote défavorable à la grève.

Cette analyse sommaire de la première partie de Tenir tête pourrait sûrement être formulée d’une façon différente. Toutefois, certains traits fondamentaux de l’exposé sont déterminants: un texte structuré dans ses moindres détails, une conviction sincère envers la démocratie et les institutions publiques, des argumentaires fondés sur des démonstrations factuelles, une visée éducative évidente. Les figures de style sont aussi une dimension remarquable de cet essai, par exemple celle-ci: N’en déplaise aux crapauds qui aiment les eaux mortes des marais et qui craignent le débordement des rivières au printemps, les débats et les conflits politiques, la «la rue», ne sont pas l’ennemi de la liberté politique, ils en sont l’oxygène.

Appréciation

L’essai est le fruit d’une pensée profonde: chaque partie, chapitre et passage suscitent l’admiration, la réflexion, l’adhésion et l’action. Produit par un jeune humaniste, Tenir tête est exemplaire.

Référence

Nadeau-Dubois, Gabriel. - Tenir tête. - Montréal: Lux Éditeur, 2013. - 221p. - ISBN 978-2-89596-175-8. - Bibliothèques de Montréal et BAnQ: 371.81 N134t 2013.

Commentaires

Parmi les recensions dédiées à Tenir tête, celles-ci se démarquent:

01 | Gabriel Nadeau-Dubois dans la tourmente (Louis Cornellier, Le Devoir, 19 octobre 2013)
02 | Tenir tête: entrevue avec Gabriel Nadeau-Dubois (Julie Delisle, Le République, 21 octobre 2013) [Lien maintenant inactif]
03 | La rue, le livre (Entrevue de Gabriel Nadeau-Dubois, Le Délit, le seul journal francophone de l'Université McGill, 22 octobre 2013)
04 | Repenser - Heureux d’un printemps (Avryl Gosselin, Le Sans papier, 1er novembre 2013) [Lien maintenant inactif]
05 | Discussion entre Gabriel Nadeau-Dubois et Samuel Archibald ou comment réapprendre à tenir tête (Entrevue de Gabriel Nadeau-Dubois et Samuel Archibald à la librairie Le port de tête, Joakim Lemieux, Les méconnus, 7 novembre 2013)
06 | Le citoyen Nadeau-Dubois (Chantal Guy, La Presse, 15 novembre 2013)
07 | «Tenir Tête» de Gabriel Nadeau-Dubois: mettre les pendules à l’heure (Audrey Neveu, La Bible urbaine, 15 novembre 2013)
08 | Gabriel Nadeau-Dubois. Tenir tête (Nicolas Bourdon, L'Action nationale, janvier 2014)
09 | «Tenir Tête» revisits the Maple Spring (Nora Loreto, Rabble.ca, 6 mars 2014)
10 | Une critique teintée de rouge (Giguère, La Nouvelle Union, 15 mai 2014) [Lien maintenant inactif]

Prix littéraire du Gouverneur général 2014

Le 18 novembre 2014, le Prix littéraire du Gouverneur général, avec une bourse de 25 000 $, est attribué à Gabriel Nadeau-Dubois pour son essai « Tenir tête » :

Dans le communiqué, le jury explique son choix ainsi: «Tenir tête de Gabriel Nadeau-Dubois nous fait entrer dans les coulisses du printemps 2012 pour nous faire entendre ce que le gouvernement n'a pas voulu écouter et ce que les médias n'ont pas toujours su relayer. Dans un style simple et direct, il soulève la question de l'avenir de la démocratie.» (Chantal Guy, Gabriel Nadeau-Dubois remet sa bourse, La Presse, 19 novembre 2014)

Appréciation du récipiendaire:

«C'est avec étonnement que j'ai appris que le Conseil des arts du Canada me décerne le prix littéraire du Gouverneur général 2014 pour Tenir tête, mon premier livre. Cet honneur s'accompagne d'une bourse importante. En tant que progressiste et indépendantiste, je me suis posé beaucoup de questions sur ce que je devais faire avec ce prix et la bourse qui l'accompagne. J'ai décidé de les redonner à ceux et celles qui, ici et maintenant, défendent le bien commun au Québec.» (Page Facebook de Gabriel Nadeau-Dubois)

Doublons la mise:

Le 18 novembre dernier, le Conseil des arts du Canada a remis à Gabriel Nadeau-Dubois le prix littéraire du Gouverneur-Général pour son essai Tenir tête, publié chez Lux éditeur. Cet honneur, décerné par un jury de pairs, est accompagné d’une bourse de 25 000 $. Gabriel Nadeau-Dubois a décidé de remettre cette bourse à la campagne Coule pas chez nous, un regroupement de citoyens et de citoyennes qui tiennent tête aux pétrolières qui menacent de transformer le Québec en autoroute pour le pétrole sale de l’Alberta. (Doublons la mise, 24 novembre 2014)

«Je donne ce prix à ceux qui défendent le pays réel» (Gabriel Nadeau-Dubois, Lettre au Devoir, 24 novembre 2014)

Remarque

Cet article reprend la recension parue initialement le 9 octobre 2014.

#

Livre numérique gratuit

Le livre numérique Société contient des comptes rendus sur quatre productions de Gabriel Nadeau-Dubois: Les jeunes d’aujourd’hui, Tenir tête, La révolte des riches, Libres d’apprendre.

Ce recueil regroupe une sélection de comptes rendus sur des ouvrages relatifs à la société: sociologie, science politique, économie politique, administration publique, problèmes sociaux, éducation, commerce, ethnologie, philosophie. Une ou des références bibliographiques complètent les commentaires. Une table des matières interactive permet d’accéder directement aux auteurs et livres désirés.

08 octobre 2016

L’émouvante beauté des feuilles


Les feuilles sont des prodiges de la nature. Parmi tous ces chefs-d’œuvre que nous offre la nature, les feuilles sont remarquables pour leur diversité et leur créativité.

Gérard Jean présente une riche et plaisante collection de feuilles dans son livre intitulé à juste titre L’émouvante beauté des feuilles. Par exemple, il qualifie ainsi la plante photographiée ci-dessus Une panthère dans votre jardin.

Le livre ne contient pas de table des matières, mais plusieurs espèces sont regroupées sous ces vocables: mahonias, heuchères, pieris, hostas, rhododendrons, phormiums, restios, Acer palmatum, fougères, Araliaceae, graminées, feuilles d’automne et feuilles d’hiver.

L’ouvrage est complété par une liste de pépiniéristes français et la liste des plantes illustrées (noms scientifiques).

Un très beau livre de photographies remarquables!

Référence

Jean, Gérard. - L’émouvante beauté des feuilles. - Paris: Ulmer, 201. - 192p. - ISBN 978-2-84138-793-9. - [Citation, p. 6]. - Bibliothèque du Jardin botanique de Montréal, Bibliothèques de Montréal et BAnQ: 0130 J4.1, 581.48 J43e 2015 et 581.48 J434e 2015.

Image

Farfugium (Leopard Plant)
Farfugium japonicum ‘Aureomaculata’
Asreraceae

Photo prise au Jardin botanique de Montréal © Claude Trudel 2016

Articles connexes

Guide des fleurs du jardin
Encyclopédie Botanica

29 septembre 2016

Gabriel Nadeau-Dubois (2015)

Tout en poursuivant ses études supérieures de maîtrise en sociologie à l’Université du Québec à Montréal (UQÀM), l’étudiant Gabriel Nadeau-Dubois continue d’intervenir dans l’espace public : discours, conférences, publications, entrevues, émissions radiophoniques, chroniques, manifestes, etc.

Voici une sélection de documents portant sur des sujets variés et des enjeux majeurs : les causes judiciaires consécutives à la grève étudiante de 2012, la liberté d’expression et les mouvements sociaux, le bien commun et la justice sociale, l’environnement et le réchauffement climatique, les politiques d’austérité et les inégalités sociales, l'actualité internationale et l'avenir du Québec.

Ils embrassent la République pour l'étouffer (Gabriel Nadeau-Dubois, Ricochet, 12 janvier 2015)

Une privatisation souriante, mais une privatisation quand même (Gabriel Nadeau-Dubois, Ricochet, 19 janvier 2015)

Gabriel Nadeau-Dubois est acquitté d’outrage au tribunal (Pierre Saint-Arnaud et La Presse canadienne, Le Devoir, 21 janvier 2015)

Gabriel Nadeau-Dubois acquitté par la Cour d'appel de l'accusation d'outrage au tribunal(Le Huffington Post Québec, RCQC, Radio-Canada, 21 janvier 2015)

Outrage au tribunal: Gabriel Nadeau-Dubois acquitté (Kathleen Frenette, Le Journal de Montréal, 21 janvier 2015)

La cause impliquant Nadeau-Dubois portée en Cour suprême (Marie-Andrée Chouinard, Le Devoir, 23 janvier 2015)

La liberté d'expression de GND (Yves Boisvert, La Presse, 23 janvier 2015)

Outrage au tribunal : la Cour d’appel remet les pendules à l’heure (Pierre Trudel, Le Journal de Montréal, 23 janvier 2015)

Tenir tête, encore! (Yanick Barrette, doctorant à l’INRS et chercheur au L/AS/TT, Le Huffington Post Québec, mise à jour le 24 janvier 2015)

Un peu de soleil sur Athènes (Gabriel Nadeau-Dubois, Ricochet, 26 janvier 2015)

Dis-moi tout (avec Gabriel Nadeau-Dubois et en général) (Natalia Wysocka, Journal Métro, 30 janvier 2015)

Dis-moi tout (avec Gabriel Nadeau-Dubois) (Vidéo) (Vidéo) (Télé-Québec, 1er février 2015)

Le Québec invité d’honneur à la Foire du livre de Bruxelles 2015 (Association Nationale des Éditeurs de Livres (ANEL), 5 février 2015)

Course à la chefferie du PQ (Gabriel Nadeau-Dubois, Ricochet, 9 février 2015)

Cour supérieure : le juge en chef quittera son poste en juin (La Presse canadienne, Le Devoir, 13 février 2015)

Une curieuse alliance (Gabriel Nadeau-Dubois, Ricochet, 23 février 2015)

Conférence Gabriel Nadeau-Dubois à Louvain-la-Neuve (Vidéo, 01:31:22 h) (À l’invitation de l'Assemblée Générale des étudiants de Louvain, Unécof, 27 février 2015)

Grande marche contre les changements climatiques le 11 avril (Annabelle Blais, La Presse, 15 mars 2015)

C-51 aurait plombé le mouvement étudiant, selon Gabriel Nadeau-Dubois (Mélanie Marquis, La Presse, 17 mars 2015)

Énergie Est doit être un enjeu électoral au Québec, dit Gabriel Nadeau-Dubois (Giuseppe Valiante / La Presse canadienne, La Presse, 19 mars 2015)

Fin de l'adhésion automatique aux associations : Laurent Proulx débouté (David Rémillard, Le Soleil, 19 mars 2015)

La Cour supérieure déboute deux « carrés verts » (Le Devoir, 19 mars 2015)

Toutes paroles unies (Salon du livre de Trois-Rivières) (Catherine Lalonde, Le Devoir, 21 mars 2015)

Gabriel Nadeau-Dubois en constante réflexion (Linda Corbo, Le Nouvelliste, 28 mars 2015)

Mouvement étudiant : recomposition en cours (Ludvic Moquin-Beaudry, Ricochet, 28 mars 2015)

Armes à l’œil, ou le combat de Maxence (Marie-Andrée Chouinard, Le Devoir, 30 mars 2015)

Les policiers ne vivent pas dans un bocal (Gabriel Nadeau-Dubois, Ricochet, 30 mars 2015)

Pris pour cible (Josée Boileau, Le Devoir, 30 mars 2015)

Manifeste pour un élan global (Texte collectif, dont Gabriel Nadeau-Dubois, Le Devoir, 7 avril 2015)

Gabriel Nadeau-Dubois : « Le mouvement écologiste doit devenir un mouvement citoyen » (Équipe de Voir, Voir, 8 avril 2015)

Le dialogue plutôt que la force : les leçons de 2012 (CNW Telbec, SGPUM, 10 avril 2015)

5e anniversaire de la mort de Michel Chartrand (Pour l’homme qui aimait les arbres) (Pétition appuyée par plusieurs personnalités, dont Gabriel Nadeau-Dubois) (Suzanne-Geneviève Chartrand, Le Devoir, 11 avril 2015)

Réponse à Françoise Bertrand et à l'IEDM (Gabriel Nadeau-Dubois, Ricochet, 13 avril 2015)

Conférence sur la pauvreté à Toronto (We are Ontario, 15 avril 2015)

Pour un espoir global (Luc Gouin, Directeur d'un centre de loisirs à Longueuil, La Presse, 17 avril 2015)

Coalition ECO et Greenpeace lancent une tournée québécoise sur les sables bitumineux (Greenpeace, 21 avril 2015)

Gabriel Nadeau-Dubois veut mobiliser les étudiants contre la construction d’oléoducs au Québec (Sophie Côté, Le Journal de Québec, 22 avril 2015)

Tenir tête au pétrole (Simon Servant, L’Écho de la Rive-Nord, 30 avril 2015)

Lionel-Groulx : les étudiants encouragés à Tenir tête au pétrole (Christian Asselin, Nord Info et Voix des Mille-Îles, 30 avril 2015)

Qu'est-ce qui se cache dernière l'austérité? / Qui mène cette révolution? Qui en profite? Qui en paie le prix? Et surtout: comment y faire face? (Conférence de Gabriel Nadeau-Dubois, Cégep régional de Lanaudière à Terrebonne, 4 mai 2015) (Vidéo, 01:07:54)

Comment des étudiants ont fait tomber un gouvernement (Interview de Gabriel Nadeau-Dubois, porte-parole du mouvement étudiant québécois de 2012) (Jonathan Lefèvre, Charlie Le Paige, Nele Van Parys, Solidaire, 5 mai 2015)

Les Québécois les plus pauvres regardent les autres s’enrichir (Éric Desrosiers, Le Devoir, 7 mai 2015)

Federal NDP must disagree with Rachel Notley on Energy East to beat Stephen Harper, Quebec activist says (Travis Lupick, Straight, 7 mai 2015)

Collège Lionel-Groulx: les étudiants encouragés à Tenir tête au pétrole (Christian Asselin, L'Éveil, La Concorde, 8 mai 2015)

Gabriel Nadeau-Dubois et Radio-Canada (Vidéo, 01:03 min) (Radio-Canada, 19 mai 2015)

Gabriel Nadeau-Dubois : Radio-Canada au coeur même de notre démocratie (Gabriel Nadeau-Dubois, Société Radio-Canada, 20 mai 2015)

Décarboniser le Québec / Syndicalistes et écologistes doivent-ils se radicaliser et s’unir contre le pétrole? (Michel Lapierre, Le Devoir, 23 mai 2015)

«Amitiés improbables» : Gabriel Nadeau-Dubois et Marc Labrèche discutent de l'avenir de Radio-Canada (Vidéo) (Julien Lamoureux, Le Huffington Post Québec, 25 mai 2015)

Marc Labrèche et Gabriel Nadeau-Dubois, des amis de Radio-Canada (Vidéo, 06:19 min, Radio-Canada, 26 mai 2015)

Décès de Jacques Parizeau (Gabriel Nadeau-Dubois, Facebook, 2 juin 2015)

Et maintenant? [Hommage à Jacques Parizeau] (Gabriel Nadeau-Dubois, étudiant, Le Devoir, 6 juin 2015)

Tenir tête (Libraire de Trois-Rivières, Facebook, 11 juin 2015)

Student activist Gabriel Nadeau-Dubois (Audio) (Audio) (Entrevue animée par Bernard St-Laurent, CBC Radio, 14 juin 2015)

La Grèce souffre (Gabriel Nadeau-Dubois, Le Devoir, 26 juin 2015)

« La faim triomphera » (Gabriel Nadeau-Dubois - Collaboration spéciale à Athènes, Le Devoir, 27 juin 2015)

Ça, c'est de la vraie politique ! (Gabriel Nadeau-Dubois, Ricochet, 29 juin 2015)

In Defiance (Gabriel Nadeau-Dubois, Tenir tête traduit par Lazer Lederhendler, avant-propos par Naomi Klein, Between the Lines, 2 juillet 2015)

Profilage politique - Arrêtés pour un carré rouge (Marco Fortier, avec Sarah R. Champagne, Le Devoir, 4 juillet 2015)

Alexis Tsipras est-il le meilleur politicien d'Europe ? (Gabriel Nadeau-Dubois, Ricochet, 6 juillet 2015)

Attaques de radicaux indépendantistes (Gabriel Nadeau-Dubois, Facebook, 14 juillet 2015)

Propos sur des indépendantistes : Nadeau-Dubois se dit victime d'attaques (Philippe Teisceira-Lessard, La Presse, 15 juillet 2015)

Souvenirs d’histoires d’intolérance (Josée Legault, Le Journal de Montréal, 15 juillet 2015)

Les chauffards de l’autoroute 2.0 (Vincent Marissal, La Presse, 16 juillet 2015)

Quand les trolls sont diplômés (Mathieu Bock-Côté, Le Journal de Montréal, 16 juillet 2015)

La loi de l'ordinaire (Gabriel Nadeau-Dubois, Ricochet, 7 septembre 2015)

Au nom de Jacques Parizeau, merci ! (Lisette Lapointe, Le Devoir, 9 septembre 2015)

La grand-messe de l'inauguration du Centre Vidéotron (Gabriel Nadeau-Dubois et Alain Gravel, Radio-Canada / Gravel le matin, 14 septembre 2015)

Manifeste / Un virage vert pour la justice sociale (Alexandre Shields, Le Devoir, 15 septembre 2015)

Un grand bond vers l’avant (Manifeste pour un Canada fondé sur le souci de la planète et la sollicitude des uns pour les autres) (Texte collectif, dont le signataire initiateur Gabriel Nadeau-Dubois, Le Devoir, 15 septembre 2015)

Gabriel Nadeau-Dubois à l'Unige (Vidéo, 08:18 min) (Tristan Boursier, présentateur, CUAE, Université de Genève, 23 septembre 2015)

Conférence de Gabriel Nadeau-Dubois (Vidéo, 43:34 min) (CUAE, Université de Genève, 23 septembre 2015)

Interview de Gabriel Nadeau-Dubois (Vidéo, 08:46 min) (Tristan Boursier, présentateur, CUAE, Université de Genève, 23 septembre 2015)

Un militant québécois à Uni-Mail (Eric Lecoultre, Le Courrier de Genève, 29 septembre 2015)

Le droit d’être méchant a un prix (Gabriel Nadeau-Dubois, Ricochet, 29 septembre 2015)

Stratégie et sondages, les deux obsessions des médias en campagne électorale (Gabriel Nadeau-Dubois, Radio-Canada / Gravel le matin, 12 octobre 2015)

La Cour suprême entendra l’appel concernant Gabriel Nadeau-Dubois (La Presse canadienne, Le Devoir, 22 octobre 2015)

Nadeau-Dubois devant la Cour suprême (Lina Dib et Vicky Fragasso-Marquis, La Presse canadienne, Journal Métro, 22 octobre 2015)

La Cour suprême se prononcera sur l'acquittement de Gabriel Nadeau-Dubois (Radio-Canada, 22 octobre 2015)

Ma réaction à la décision de la Cour suprême (Gabriel Nadeau-Dubois, Facebook, 22 octobre 2015)

« Nègres blancs » et Autochtones : un dialogue nécessaire (Gabriel Nadeau-Dubois, Ricochet, 30 octobre 2015)

La force d'avoir le choix (Gabriel Nadeau-Dubois, Comac, 1er novembre 2015)

Bombardier : un investissement public problématique (Gabriel Nadeau-Dubois, Radio-Canada / Gravel le matin, 2 novembre 2015)

Gabriel Nadeau-Dubois soutient Le Devoir (Vidéo, 00:51 min) (Le Devoir, 8 novembre 2015)

Les syndicats, au-delà des charges populaires (Isabelle Porter à Québec, Le Devoir, 12 novembre 2015)

Comment penser l’indépendance au XXIe siècle (Vidéo, 01:12:06 h) (Conférence de Gabriel Nadeau Dubois, Colloque du PQ Marie-Victorin, 15 novembre 2015)

De la folie, rien de moins (Gabriel Nadeau-Dubois, Ricochet, 17 novembre 2015)

Articles connexes

A - Livres et références

Tenir tête (Publication et critiques / Analyse du livre)
Libres d’apprendre
Références

B - Chroniques radiophoniques

Saison 1 (2013-2014)
Saison 2 (2014-2015)
Saison 3 (2015-2016)

C - Rétrospectives

Gabriel Nadeau-Dubois (2009-2012)
Gabriel Nadeau-Dubois (2013)
Gabriel Nadeau-Dubois (2014)
Gabriel Nadeau-Dubois (2015)
Gabriel Nadeau-Dubois (2016)